background preloader

Open Data

Facebook Twitter

OpenData / BigData. CONSO Indications participatives. Open EveryThing. Openaccess.inist. OpenOil - bigdata. Logiciels libres en danger: mobilisons-nous contre le TPP, encore une autre fumisterie! (in english too) Relais FSF traduit au plus près possible!

Logiciels libres en danger: mobilisons-nous contre le TPP, encore une autre fumisterie! (in english too)

Vous pouvez déjà être impliqué dans le mouvement populaire international contre le Partenariat Trans-Pacifique. Les lobbyistes et les représentants de douze pays, dont les États-Unis, sont actuellement en train de se chamailler sur sur les détails de ce traité d’un "libre-échange" massif international. FSF: battons-nous pour le logiciel libre, crénom!!! Relais important!

FSF: battons-nous pour le logiciel libre, crénom!!!

Cher-e partisan-e du logiciel libre, Le mouvement du logiciel libre est né suite à une vague de restrictions mises sur les utilisateurs via des contrats et des accords de non-divulgation (DRM et autres saletés du genre). La Licence publique générale GNU (GPL) et d’autres licences libres offrent des mécanismes juridiques qui permettent de garantir que le logiciel puisse être utilisé par chaque utilisateur qui aura la liberté de l’utiliser dans n’importe quel but, que ce soit pour étudier, modifier ou encore partager le code source.

Les termes de la licence GPL permettent au public le droit d’utiliser et de partager le logiciel, d’en faire de la promotion ainsi que de la pub pour les appareils électroniques qui respectent les utilisateurs. FSF et GNU: mobilisons-nous tous contre les DRM! (in english too!) La semaine dernière , la Motion Picture Association of America (MPAA) est devenu membre payant et directeur du World Wide Web Consortium (W3C ((ou www: en début d’adresse URL))…(non, sérieusement).

FSF et GNU: mobilisons-nous tous contre les DRM! (in english too!)

NSA peut vous lorgner même si vous n’êtes pas connecté à Internet. Vilain mouchard!

NSA peut vous lorgner même si vous n’êtes pas connecté à Internet

Et c’est encore grâce aux révélations d’Edward Snowden qui nous apprennent que le matos acheté depuis 2008 est équipé d’un mouchard qui permet à la NSA de fouiller dans votre ordi même si vous n’êtes pas connectés à Internet! Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant (la vidéo ne se trouvant pas sur Youtube, of course!) : Les AZA subversifs. Les Grands d’internet demandent une réforme sur la surveillance gouvernementale d’Internet. Les signataires qui régissent Aol., Apple, Fesses-bouc, Google, Linked in, Microsoft, Twitter et Yahoo sont mis à mal depuis les révélations d’un certain Snowden et estiment qu’il est grand temps de regagner la confiance des internautes pour continuer à se faire des pépètes sans être impliqués dans ce vaste réseau de renseignements que sont la NSA, PRISM, Xkeyscore, ils s’en passent et des meilleurs.

Les Grands d’internet demandent une réforme sur la surveillance gouvernementale d’Internet.

Facebook teste le suivi de curseur sur ses pages. Les recoins poussiéreux d’Internet! Apple pomme avec le bourg Samsung? Que nenni, Oncle Sam help you! Apple: la technologie du futur, le temps d’aller plagier les Sud-Coréens… Il faut remonter 26 ans en arrière, en 1987 pour celles et ceux qui ne savent pas compter sans leur calculette, pour voir le gouvernement américain user de son droit de veto pour protéger son baby Apple, qui se retrouve pomme avec le bourg face à son adversaire Samsung.

Apple pomme avec le bourg Samsung? Que nenni, Oncle Sam help you!

Alors, à quoi servent les brevets, les droits d’auteurs, les copyrights que les Américains veulent placer sur n’importe quel ordinateur si l’Etat lui-même soutient un produit contrevenant à toutes les règles que lui-même applique ou veut appliquer?! William Binney, le père de PRISM, ne défend pas la NSA. William Binney, mathématicien, inventeur et précurseur de PRISM, (programme d’espionnage dénoncé par Edward Snowden), est aussi un ancien directeur du programme de surveillance et d’espionnage de la NSA qu’il dénonce.

William Binney, le père de PRISM, ne défend pas la NSA

Alors qu’il avait mis en place des mécanismes de protection pour toutes les personnes écoutées dans le monde, la Maison Blanche et la NSA en décident autrement et désamorcent toutes les protections et les systèmes de cryptage afin d’en récolter toutes les données. Une décision qui sera prise un peu avant les attaques du 11 septembre. William Binney, qui se sent un peu comme le père de toute cette technologie de cette sale histoire, proteste. Mais rien n’y fait. Internautes! Le futur WEB en veut à votre fric en restreignant vos libertés. C’est le moment de réagir!!!

Voir aussi notre article du 29 juin 2013: Netflix ou le beau piège à cons!

Internautes! Le futur WEB en veut à votre fric en restreignant vos libertés. C’est le moment de réagir!!!

Depuis quelques mois, nous avions soulevé un tollé contre les Extensions Encrypted Media (EME), un plan à la noix de Netflix, autres médias et éditeurs de logiciels qui soutiennent cette saloperie de Digital Restrictions Management (DRM) dans le HTML, le langage de base du World Wide Web. La norme HTML est défini par le World Wide Web Consortium (W3C) (ou les fameux www. pour les nul-les), ledit consortium qui subit de fortes pressions en ce moment même. La proposition d’adoption de l’EME est d’autant plus inquiétante sur la façon dont les décisions sont prises par rapport au Web et pour celles et ceux qui sont adeptes ou utilisateurs du logiciel libre.

Pourquoi?! La NSA à la sauce française. En temps de crise et pour savoir ce que le contribuable paie à l’Etat français, un voile se lève depuis l’affaire Snowden, ceci afin que de petits informaticiens malins de l’Hexagone ne révèlent point au grand jour ce que la DSGE (Direction générale de la sécurité extérieure) a construit depuis longtemps (?)

La NSA à la sauce française

L’ombre: son super NSF. Netflix ou le beau piège à cons! / Fuck Netflix in english too. In english after the image Ben c’est un système qui n’est pas encore en Europe, mais qui ne saurait tarder, et qui a pour but de verrouiller les tablettes et autres ordinateurs avec le système DRM ou, si cela ne vous parle pas, c’est facile de le comprendre, même en anglais : Digital Restrictions Management Et ce n’est que le début d’un long processus qui a pour but de verrouiller les programmes écrits en HTML5 et qui sont principalement présents sur les navigateurs que l’on dit avec «Premium Extensions vidéo», soit les deux géants du web : Google et Microsoft dont les navigateurs sont Google-Chrome et Internet Explorer.

Netflix ou le beau piège à cons! / Fuck Netflix in english too

Netflix est déjà présent sur les vidéos en streaming et annonce fièrement qu’il va couvrir le WEB en DRM. D’ailleurs, il est en phase finale et nous en entendons déjà parler, de ce fameux Netflix et ce, dans nos contrées. La NSA, késako?! Une des multiples réponses. Le top des documents secrets présentés par le tribunal montrent que les juges ont signé des blanc seings permettant à la NSA de faire usage des informations récoltées "par inadvertance" auprès des communications intérieures des Américains et ce, sans mandat. The Guardian publie d’ailleurs l’intégralité de ces deux documents soumis à la Cour secrète des Affaires étrangères du renseignement de Surveillance (plus connu sous le doux nom du tribunal de la FISA ), signés par le procureur général Eric Holder et affranchis 29 Juillet 2009.

Des documents qui détaillent les procédures dont use la NSA pour cibler les «quidams non-américains» et sur ce que cette agence fait pour réduire au minimum les données recueillies sur les citoyens et les résidents des États-Unis dans le cadre de cette surveillance…mondiale! • Conserver les données qui pourraient contenir des renseignements sur des personnes vivant aux États-Unis et ce, pour un maximum de cinq ans; Actualités - Données publiques & connaissances au service de l'action publique. Guide Open Data pour le secteur culturel. Les petits secrets de la RATP révélés au public. En 2011, 23 voyageurs sont décédés dans le métro parisien, et 7738 se sont blessés. La même année, 71 personnes ont tenté de se suicider dans une station du réseau et les services de sécurité ont recensé 494 atteintes physiques contre les agents de la RATP, 88 (soit 18%) de plus que l’année précédente.

L’ouverture des données publiques devient une obligation pour les collectivités locales. Le sujet avait été mentionné lors du Comité interministériel à la modernisation de l’action publique, fin décembre 2012. Il est confirmé dans le projet de loi de décentralisation transmis au Conseil d’Etat, que la Gazette s’est procuré le 7 mars : les collectivités locales [de plus de 3500 habitants et leurs EPCI] auront l’obligation d’ouvrir leurs données publiques. Depuis que le gouvernement avait pris position sur le sujet de l’open data, relançant un dossier en sommeil depuis le changement de majorité, il était question de généraliser l’ouverture des données publiques pour réutilisation à tout l’appareil d’Etat, et aux collectivités locales, mais en concertation.

Le 28 février encore, alors que le gouvernement présente sa feuille de route pour l’open data, il est question de concertation, de consultation et surtout de temps. OpenData : la RATP ouvre une nouvelle ligne de données. Début 2011 la réflexion allait bon train à la RATP pour actualiser la stratégie internet, avec au menu l'exploration du potentiel de l'opendata et une recommandation d'ouvrir quelques données. Une recommandation qui demandait encore de convaincre en interne, par exemple de montrer que cela ne posait aucun problème de sécurité si ces données arrivent dans des mains mal intentionnées.

Quand soudainement à l'Eté 2011 l'actualité s'est invitée dans le débat avec l'initiative d'une jeune pousse, CheckMyMetro. Cette jeune impertinente sors une application iPhone s'appuyant sur la liste des stations pour offrir un service d'informations géolocalisées entre utilisateurs depuis leur smartphone. Un service gratuit pour leur permettre de signaler la présence dans une station d'incidents sur la ligne, de pickpockets et surtout pour les premiers utilisateurs de l'application, de... contrôleurs. L'open data favorise-t-il nécessairement l'open source ? Voici une question simple posée, excusez du peu, sur un des blogs du site de la Commission européenne.

Recommandations pour l'ouverture des données et des contenus culturels. Open Glam est un réseau international informel de personnes et d’organisations cherchant à favoriser l’ouverture des contenus conservés ou produits par les institutions culturelles (Glam etant l’acronyme anglais de Galleries, Libraries, Archives, Museums). Une start-up marseillaise met la biodiversité en "open data" « On n’aura jamais assez de données ! Vers un Nouveau Monde de données. A l'occasion de la Semaine européenne des l'Open Data qui se déroulait à Nantes du 21 au 26 mai 2012, j'étais invité à faire une présentation sur le web des données, pour dépasser et élargir la problématique particulière de la réutilisation des données publiques. Données publiques / Open Data.

Data.gov. Welcome to PublicData.eu - Europe's Public Data - publicdata.eu. Open Data (1/4) : Où en est-on. Claire Gallon de LiberTIC, l’association nantaise de promotion de l’ouverture des données publiques (@LiberTIC), et Charles Nepote du programme Réutilisation des données publiques de la Fondation internet nouvelle génération (Fing) (@CharlesNepote, @la_fing), principaux coorganisateurs de la Semaine européenne de l’Open Data qui avait lieu à Nantes du 21 au 26 mai 2012, ont commencé par poser un état des lieux assez complet du mouvement de réutilisation des données publiques.

Ce que l’Open Data a réalisé Le mouvement pour la réutilisation des données publiques est un mouvement mondial né début 2009 et qui a connu une forte accélération en 2010-2011, estime Charles Nepote. Image : la carte de France de l’Open Data maintenue par LiberTIC, version 4, mise à jour janvier 2012. Pourtant “si le mouvement commence à se structurer, force est de reconnaître que nous en sommes encore au temps des pionniers”, souligne Charles Nepote. Les défis à venir de l’Open Data. Open Data (2/4) : Animer, animer et encore animer. Par Hubert Guillaud le 31/05/12 | 7 commentaires | 3,418 lectures | Impression Suite de notre retour sur la semaine européenne de la réutilisation des données publiques qui se tenait à Nantes du 21 au 26 mai 2012. Open Data (3/4) : L’enjeu de la coproduction. Par Hubert Guillaud le 06/06/12 | 3 commentaires | 2,747 lectures | Impression. Open Data (4/4) : Le monde de l’entreprise face au défi de l’ouverture

Par Hubert Guillaud le 07/06/12 | 4 commentaires | 3,246 lectures | Impression Le mouvement de l’Open Data a été initié dans le secteur public.