background preloader

Thésée et le minotaure

Facebook Twitter

Dédale initiatique. Dès le paléolithique, les hommes ont dessiné spirales et dédales dans un but bien défini qui restait encore à découvrir.

Dédale initiatique

Peu de pays, peu de peuples échappent à ce rite. Dans quel but ? Ainsi commence une passionnante enquête. Labyrinthes ou dédales gravés fleurissent de la Scandinavie jusqu'au Japon, de la Sibérie jusqu'au Maghreb, de l'Amérique latine jusqu'en Afrique du Sud, du Tibet jusqu'en Nouvelle Zélande. Avant de s'y engager, voici un fil d'Ariane : Geoffrey Russel a vécu 25 ans au Sri Lanka. En 1962, sa femme a écrit un ouvrage sur la vie campagnarde anglaise. Dès lors, sa vocation est né : Russel a consacré sa vie aux dédales gravés sur les mégalithes et aux labyrinthes dallés sur le sol des églises romanes. La légende du minotaure. À la fois voyage des morts et parcours initiatique, le labyrinthe est une figure très présente en Crète, comme dans beaucoup d'autres cultures (Babyloniens, Tibétains, Chinois, …).

La légende du minotaure

Les jeunes gens devaient gravir des montagnes sacrées et les redescendre à travers des défilés et des cavernes, combattant les adultes déguisés en monstres. Pendant leur initiation, leurs familles les tenaient pour morts. À leur retour, ils étaient adultes. Les jeunes spartiates devaient affronter des géants dans un piège, un taureau venu de Crète et traverser un labyrinthe. " Tout le mythe de Thésée raconte un voyage vers la mort, un sacrifice, une renaissance et une initiation. La faute est la cause de l'exil, l'errance est initiatique, et la récompense est au bout du parcours. Le labyrinthe du Minotaure :Icare, Dédale, Ariane, Minos, Thésée. < Accueil Le labyrinthe du Minotaure Icare, Dédale, Ariane, Minos, Thésée Dora et le Minotaure, Pablo Picasso, 1936 Dans la mythologie grecque, Dédale, architecte, sculpteur et inventeur athénien fut chargé de construire pour le roi Minos de Crète le labyrinthe dans lequel fut enfermé le Minotaure.

Le labyrinthe du Minotaure :Icare, Dédale, Ariane, Minos, Thésée

Mi taureau - mi homme, le Minotaure est né de l'union de Pasiphaé avec un taureau que Poséidon avait envoyé à Minos afin qu'il fût sacrifié. Minos ayant refusé de sacrifier le taureau, Pasiphaé, sous l'emprise de Poséidon, s'éprit du taureau. Le labyrinthe était construit de telle manière que personne ne pouvait s'en échapper ou échapper au Minotaure. Pris de cours, les prisonniers ne trouvèrent pas la sortie, mais Dédale eut l’idée de fabriquer des ailes de plumes, fixées par de la cire pour s’échapper en volant. Dédale vola jusqu'en Sicile, où il fut accueilli par le roi Cocalos. Tous les neuf ans, sept jeunes gens et sept jeunes filles étaient offerts au Minotaure. Dossier Artezia © M.M. Thésée. La mythologie grecque et crétoise. Minotaure, Thesée, Ariane, Minos. Le mythe du Minotaure, d'Ariane ... un terrible malheur s'était abattu sur la cité d'Athènes.

La mythologie grecque et crétoise. Minotaure, Thesée, Ariane, Minos

Androgée, fils unique de Minos, le puissant Roi de Crète, perdit la vie au cours d'une visite qu'il faisait au Roi athénien Egée. Celui-ci, au mépris de toutes traditions, avait envoyé son hôte dans une expédition pleine de périls - il s'agissait de tuer un taureau redoutable. Ce fut le taureau qui tua l'adolescent et Minos, en représailles, envahit le pays, prit Athènes et déclara qu'il raserait la ville jusqu'au sol à moins que les Athéniens ne s'engagent à lui livrer tous les neuf ans un tribut de sept jeunes gens et autant de jeunes filles. Un sort affreux attendait ces malheureux. L'Atlantide et le culte du taureau (L'épopée atlante) "Des taureaux étaient libérés dans l'enceinte du sanctuaire de Poséidon ; les dix rois y étaient seuls et priaient le dieu de capturer la victime qui lui serait agréable ; sans armes de fer, avec des épieux et des lacs, ils se mettaient en chasse.

L'Atlantide et le culte du taureau (L'épopée atlante)

Celui des taureaux qu'ils avaient capturé, ils le conduisaient à la colonne et l'égorgeaient à son sommet, contre l'inscription. Sur la colonne, outre les lois, figurait un serment qui prononçait de terribles imprécations contre ceux qui le trahiraient. Quand donc, après avoir sacrifié selon leurs lois, ils consacraient tous les membres du taureau, ils remplissaient de vin trempé un cratère, et lançaient un caillot de sang sur chacun d'eux. Le reste était porté au feu et la colonne était purifiée. (Platon, Critias) Quiconque imaginerait encore une Atlantide de science-fiction peuplée d'Atlantes maîtrisant toutes les technologies imaginables se devrait de relire plusieurs fois cet extrait essentiel du "Critias". Bisons ou taureaux ? VIII, 170 : Thésée et Ariane (2)

Thésée. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thésée

Héros fondateur, à l'instar de Persée ou Héraclès, Thésée est vénéré par les Ioniens et est considéré par les Athéniens comme leur grand réformateur : roi mythique d'Athènes, il est rendu responsable de l'unification politique de l'Attique sous la domination athénienne[1]. Son règne marque aussi une période de paix avec les Thessaliens et les Béotiens[2]. En tant que roi unificateur, Thésée est censé avoir construit et occupé un palais de la forteresse de l'Acropole, qui peut avoir été semblable au palais excavé de Mycènes.

Le géographe Pausanias rapporte qu'après le synœcisme, Thésée a établi un culte de l'Aphrodite Pandémos (« de tout le peuple ») et Péitho sur le versant sud de l'Acropole. Dans Les Grenouilles, Aristophane lui attribue l'invention de nombreuses traditions athéniennes, dont celle de la consécration de la chevelure des éphèbes. Le mythe Naissance et enfance Arrivée à Athènes et avènement royal Maturité et mort Littérature.