Media

Facebook Twitter

La Cité du mâle : la contre-enquête. Trafic d’organes au Kosovo. Le rapport présenté le 16 décembre devant le Conseil de l’Europe par le député suisse Dick Marty sur le trafic d’organes dont auraient été victimes des prisonniers de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) a fait l’effet d’une bombe (1).

Trafic d’organes au Kosovo

Pourtant, les allégations contenues dans ce rapport ne sont pas nouvelles : ce trafic est déjà évoqué dans les mémoires publiées en 2008 par l’ancienne Procureure générale du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), Carla Del Ponte (2) et, au Kosovo, l’hypothèse d’un tel trafic est une « rumeur » qui circule depuis longtemps. De même, l’enquête publiée en 2009 par les journalistes Altin Raxhimi, Michael Montgomery et Vladimir Karaj avait confirmé l’existence d’un véritable « archipel » de centres secrets de détention de l’UCK en Albanie (3). Le rapport de M. Marty apporte cependant nombre d’informations nouvelles, permettant de mieux comprendre les mécanismes de ce trafic. TSR - Accusations d'un trafic d'organes au Kosovo - une vidéo Actu et Politique. Kouchner a-t-il « une tête à vendre des organes » ? - une vidéo Actu et Politique.

Kouchner traficant d'organes au Kosovo - une vidéo Expression Libre. FAKIR | Presse alternative | Edition électronique. Acrimed | Action Critique Médias. Le Monde oublie un document WikiLeaks sur les médias français. Coïncidence ?

Le Monde oublie un document WikiLeaks sur les médias français

Le lendemain de la publication de l’article qui suit, le Monde mettait en ligne un article intitulé « WikiLeaks : la presse française vue par l’ambassade des Etats-Unis », également disponible dans la version papier du quotidien. (Acrimed, le 15 décembre, 17h). Depuis le 28 novembre, le journal Le Monde publie chaque jour un ou plusieurs articles traitant des « révélations » du site fondé par Julian Assange. Le quotidien du soir est l’un des partenaires de WikiLeaks, aux côtés du Guardian, du New York Times, d’El Pais et du Spiegel. Critiqué par nombre de ses pairs, Le Monde a justifié ainsi sa démarche : « À partir du moment où cette masse de documents a été transmise, même illégalement, à WikiLeaks, et qu’elle risque donc de tomber à tout instant dans le domaine public, Le Monde a considéré qu’il relevait de sa mission de prendre connaissance de ces documents, d’en faire une analyse journalistique, et de la mettre à la disposition de ses lecteurs ». « Les médias et la crise », par Frédéric Lordon (« Jeudi d'Acrimed », vidéo)

Supplique pour être interrogé par David Pujadas. Monsieur David Pujadas, Dans un article publié le 4 mai 2009 sur le site d’Acrimed, sous le titre « Des journaux télévisés face aux “violences” des salariés, nous avions relevé votre entretien avec Xavier Mathieu, délégué syndical CGT-Continental, après que les salariés de cette entreprise eurent manifesté leur colère (à la suite du rejet de leur démarche d’annulation de la fermeture de leur usine par le tribunal de Sarreguemines) en créant un certain désordre et en brisant du matériel dans la sous-préfecture de Compiègne.

Supplique pour être interrogé par David Pujadas

Vous aviez jugé inutile alors d’interroger Xavier Mathieu sur les motifs de cette colère et préféré le sommer de s’expliquer sur la « violence » de salariés. Pierre Carles, dans le film « Fin de concession » a soumis cette séquence à Jean-Luc Mélenchon qui s’en est fort indigné (en des termes que le savoir-vivre du patronat réprouve). Souvenez-vous... En 2’30, trois questions, mais quelles questions ! Les indignations sélectives d’Audrey Pulvar. Dans un livre dont Franz-Olivier Giesbert, Laurent Joffrin ou Philippe Val ne s’étaient pas empressés de faire la promotion, Sébastien Rouquette avait montré, il y a quelques années, que les classes populaires sont à peu de choses près exclues des débats télévisés [1].

Les indignations sélectives d’Audrey Pulvar

Outre cette extrême sous-représentation, il est patent que, lorsque des ouvriers ou des employés [2] mobilisés sont invités sur les plateaux de télévision ou sur les ondes, c’est moins pour y exposer les raisons de leurs grèves ou leurs revendications qu’en vue d’être réprimandés par des journalistes soucieux de l’ordre public et prompts à dénicher des salariés « privilégiés ». « Les kiosquiers souffrent » Ainsi en est-il d’Audrey Pulvar qui, après s’être indignée des propos tenus par Jean-Luc Mélenchon concernant David Pujadas, a pu faire la leçon à Laurent Jourdas. Un expert médiatique. Pour les journalistes, l’expert appelé à la rescousse doit répondre à plusieurs critères : efficacité (il doit être bref et concis), disponibilité (il doit habiter en Île-de-France) et orthodoxie (il doit être partisan de l’économie de marché).

Un expert médiatique

Les trois critères sont essentiels… et presque toujours vérifiés. Le talent – caractéristique évidemment subjective, nous y reviendrons – ne semble pas toujours nécessaire pour devenir un « bon client » [1]. Nous avions déjà observé les invitations d’économistes sur France Inter et sur France Culture pour illustrer cette situation [2]. Suspension d’Audrey Pulvar : l’arbre qui cache la forêt. « Le 22 novembre 2010, La direction d’i-Télé, après discussion avec Audrey Pulvar, a décidé de suspendre dès aujourd’hui lundi 22 novembre 2010 le rendez-vous quotidien d’information et de politique "Audrey Pulvar Soir" diffusé du lundi au vendredi de 19h à 20h et présenté par celle-ci.

Suspension d’Audrey Pulvar : l’arbre qui cache la forêt

Cette décision a été prise en raison de la déclaration de candidature d’Arnaud Montebourg "à la présidence de la République" en 2012, et de ce fait, dès à présent aux primaires du Parti Socialiste et sera effective pour la durée de la campagne. Audrey Pulvar et la direction d’i-Télé réfléchissent actuellement à l’élaboration d’un nouveau format pour la chaîne. » [2] La décision d’i-Télé, et donc de Canal+, n’aura pas traîné. Dès le lendemain de l’annonce, par Arnaud Montebourg, de sa décision de se porter candidat à la candidature socialiste à la présidentielle, Audrey Pulvar est privée d’antenne. Sa faute ? Dix mauvais plagiats valent plus qu'un bon livre, par PPDA et ses ?diteurs - Acrimed | Action Critique M?dias. I.

Dix mauvais plagiats valent plus qu'un bon livre, par PPDA et ses ?diteurs - Acrimed | Action Critique M?dias

Une ténébreuse affaire C’est à un article de Jérôme Dupuis, « Patrick Plagiat d’Arvor », publié le 4 janvier 2011 par L’Express, que l’on doit la mise en évidence des coïncidences troublantes entre le livre attribué à Patrick Poivre d’Arvor (à paraître, nous dit-on, le 19 janvier) – Hemingway, la vie jusqu’à l’excès – et la biographie signée Peter Griffin, parue aux États-Unis en 1985. Les fabuleuses histoires de Poivre d'Arvor. ...

Les fabuleuses histoires de Poivre d'Arvor

Retour sur une émission intitulée « Patrick Poivre d’Arvor » (enregistrée en novembre 2002, dans le cadre de la série « Télé notre histoire », de Jérôme Bourdon et Pierre Tchernia). En fait, il s’agit d’un entretien avec Patrick Poivre d’Arvor, sans aucun élément complémentaire. Jean-Luc Mélenchon, invité dans la salle d’interrogatoire de Nicolas Demorand.

Les atouts et les qualités mobilisés par Nicolas Demorand ?

Jean-Luc Mélenchon, invité dans la salle d’interrogatoire de Nicolas Demorand

Nous les avons déjà évoqués : la docilité à l’égard des chefferies médiatiques et les petites lâchetés, notamment lorsque des collègues sont contraints de prendre la porte (Miguel Benasayag en 2004 sur France Culture et Didier Porte en 2010 sur France Inter ; les fidélités du transfuge d’une station à l’autre à l’égard de ses invités habituels (et notamment de Bernard-Henri Lévy) ; les gardiennages sourcilleux d’une démocratie atrophiée, de débats déséquilibrés, d’un accès limités des auditeurs à la parole ; et enfin la capacité de transformer l’impertinence en bouffonnerie (comme on a pu le voir à l’occasion d’un entretien avec Jean-Louis Debré)… Des qualités socialement et médiatiquement construites que Nicolas Demorand partage avec d’autres et auxquelles il apporte son propre style.

Un style qui plaît sans doute – il faut en convenir – à de nombreux auditeurs. [video] Melenchon et les médias, des amours rebelles. [Dans la série "Patientons tandis que notre rédacteur retrouve le chemin de son blog...

[video] Melenchon et les médias, des amours rebelles

"] La scène débarque sur le net au début du mois... A travers l'objectif d'un étudiant en journalisme traquant le clash au camescope, Jean-Luc Mélenchon s'attaque à la « sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier ». « Front (de Gauche) contre Front (National) », le Grand Journal referme le cercle de la raison. Le jeudi 9 février 2012, la première partie du « Grand Journal » – l’émission phare de Canal + – était consacrée aux représentants du Front de gauche et du Front national. Clémentine Autain et Nicolas Bay étaient invités ensemble : on peut s’interroger sur les raisons de cette invitation conjointe de deux représentants politiques que tout oppose. « Front contre Front »

France Inter omet d’identifier un contradicteur de Mélenchon… L’apprentissage est actuellement l’objet d’un débat politique. Jean-Luc Mélenchon a critiqué les propos tenus par Nicolas Sarkozy qui, le 29 janvier, a appelé à un développement de ce mode de formation, supposé constituer un remède contre le chômage des jeunes. France Inter évoque, lundi 6 février, dans son « 19-20 », ce débat en donnant la parole à Morgan Marietti, présenté comme président de l’Association nationale des apprentis de France. Quelle est cette mystérieuse association ? Des sous et des hommes - emissions passees. Chaque émission dure environ 20 minutes, les fichiers MP3 proposés ici ont une taille d'environ 6Mo (écoutables directement ou téléchargeables avec l'ADSL en moins d'une minute...): vous pouvez commander les 2 CD des émissions là !

Vous trouverez pour chaque émission classée par saison : 1. Son numéro et sa date de diffusion. 2. Le nom de l'intervenant et sa brève fiche biographique. 3. Www.la-bas.org. PIERRE CARLES le club le siècle ils étaient la !