background preloader

À lire, ailleurs, sur le même sujet

Facebook Twitter

«En classe, on voudrait des petits blonds avec nos enfants» Ce que prévoit la réforme du collège prévue pour la rentrée 2016. Le gouvernement s’attelle, mercredi 11 mars, à un exercice périlleux : étendre au second degré la « refondation de l’école » engagée en première partie de mandat. « Faire que le collège unique ne soit plus un collège uniforme », a souligné la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, en présentant son projet à la presse.

Ce que prévoit la réforme du collège prévue pour la rentrée 2016

Lire aussi : Le gouvernement ouvre le dossier miné du collège La ministre, dont beaucoup disent qu’il s’agit là d’un « baptême du feu », joue une partition difficile. Communication prudente d’un côté, puisqu’elle affirme vouloir bâtir ce « collège 2016 » en tirant profit « de ce qui marche déjà sur le terrain » ; de ce qui a déjà été imaginé, parfois même expérimenté, par ses prédécesseurs. Les trois écoles. Pour que l'école primaire puisse tenir ses promesses, pour qu’elle échappe au marasme, il faudrait « arrêter ces dénis de réalité qui usent et démoralisent », estime Alain Amariglio, instituteur.

Les trois écoles

Il faudrait « ne pas étouffer l’enthousiasme de la salle de classe entre grisaille gestionnaire et infantilisation des enseignants », et aussi se montrer plus ambitieux. C’est une Ecole primaire de rêve. Infatigable, une jeune ministre travaille sans relâche à son amélioration et nous annonce chaque jour de bonnes nouvelles. Rythmes scolaires enfin naturels, partenariat harmonieux avec les collectivités territoriales, égalités en tous genres, modernité numérique, notation bienveillante, redoublement interdit et, bien sûr, afflux de nombreux candidats, désireux d’enseigner dans un pareil Eden. Ministère des bonnets d'âne: le 93 s'entête ;)

Chers parents,Depuis début novembre, des parents d'élèves de Saint-Denis campent sur un terrain vague pour dénoncer le manque de professeurs et la discrimination dont ils sont victimes.Ainsi est né le Ministère des bonnets d'âne ;)

Ministère des bonnets d'âne: le 93 s'entête ;)

Questions de classe(s) Voici un article transmis par Choukri Ben Ayed (publié ce début de semaine dans le café pédagogique) Il est des jours où les statistiques parlent.

Questions de classe(s)

Il est des jours où le poids des inégalités de la relégation urbaine et des discriminations s’incarne dans des lieux et des visages. Il est des jours également où l’on accède à un état différent de la connaissance. Parents Professeurs Ensemble : pour l'école, ils témoignent et proposent! Comment résorber la pénurie d’enseignants dans les banlieues populaires de l’Ile de France ? Comment faire face à la pénurie d'enseignants dans l'académie de Créteil et particulièrement dans la Seine Saint-Denis ?

Comment résorber la pénurie d’enseignants dans les banlieues populaires de l’Ile de France ?

En supprimant la frontière académique suggère Jean-Louis Auduc, ancien directeur adjoint de l 'IUFM de Créteil. "25 ans après la chute du mur de Berlin, il apparaît impossible de maintenir le périphérique comme un mur" pour l'école... Tout le monde en convient, il y a aujourd’hui une pénurie grave de professeurs des écoles dans les banlieues populaires de l’Ile de France. Enseigner dans le 93 : "Accepterait-on cela à Paris ?" L'appel des enseignants de la Seine-Saint-Denis contre le « marasme éducatif » 60 000 postes dans l’éducation, vraiment ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard François Hollande avait promis 60 000 postes pour l’école à l’horizon 2017.

60 000 postes dans l’éducation, vraiment ?

A la moitié du quinquennat, le ministère de l’éducation nationale reconnaît en avoir créé 3 856 dans l’enseignement public (2 906 dans le primaire et 950 en collèges et lycées). Il s’agit là de vrais postes, d’emplois de titulaires, pérennes, à temps plein devant les élèves – quand l’essentiel des créations faites depuis 2012 concerne des stagiaires. Pas payés, des enseignants réclament des bons alimentaires. Pétition · Pétition des stagiaires de l'académie de Créteil : Formé-e-s ? Oui ! Infantilisé-e-s ? Non ! Professeurs et CPE stagiaires, nous avons besoin d'une véritable formation, adaptée à nos besoins pour exercer correctement notre métier.

Pétition · Pétition des stagiaires de l'académie de Créteil : Formé-e-s ? Oui ! Infantilisé-e-s ? Non !

L’entrée dans le métier des personnels d’enseignement et d’éducation doit être organisée pour offrir à l’ensemble des stagiaires des conditions de travail prenant en compte le temps professionnel et le temps de formation. Les conditions d’ouverture des ESPE et la mise en place de la nouvelle réforme placent, dans toutes les académies, les stagiaires face à de nombreuses difficultés. L’absence de cadrage national et les contraintes budgétaires posent réellement le problème de la qualité d’une formation égale sur tout le territoire. C’est pourquoi nous demandons un cadrage national mettant fin aux dérives académiques. Joëlle, instit sans salaire, dépannée avec des bons alimentaires - 04/11/2014. Blog des parents du collège Guillaume Budé – Paris 19. NVB : son plan com pour lutter contre le décrochage scolaire. Dans une longue interview à paraitre jeudi 6 novembre dans l'Obs et peu avant l'annonce de son plan de lutte contre le décrochage scolaire, à la question "Comment faites-vous pour aider Créteil sans ulcérer Toulouse ?

NVB : son plan com pour lutter contre le décrochage scolaire

" Najat Vallaud Belkacem a eu cette réponse : "Je trouve qu’on a un déficit de communication sur la réalité de l’école" (voir ici).