background preloader

Un media de masse peut-il favoriser l'accès à une culture savant

Facebook Twitter

La démocratie culturelle : un autre modèle de politique culturelle | Politiques de la culture. Par Alice Chatzimanassis J’aimerais vous proposer une réflexion sur l’orientation des politiques culturelles et les principes qui en guident l’action. Ma communication s’articulera en 3 parties. Je commencerai par discuter le concept de démocratisation de la culture. Je présenterai ensuite la notion de démocratie culturelle comme contre-modèle au paradigme de la démocratisation. Critique du projet de démocratisation L’architecte Manon Asselin, lauréate du concours lancé par le Musée des beaux-arts de Montréal pour réaliser son 5ème pavillon1, disait, il y a quelques mois, dans le magazine du musée : « Aujourd’hui, toujours impulsé par la critique bourdieusienne des années 1960, le musée poursuit cette idéologie d’accès à la culture légitime pour tous et développe son rôle social et son approche communicationnelle. »2 Ces quelques lignes illustrent parfaitement ce qui constitue à mon sens le principal « défaut » du concept de démocratisation.

La réhabilitation de toutes les cultures. Dés-INFORMATION de MASSE (médias, possédants et soumis) 3.1 Vers une uniformisation culturelle mondiale? | SES-noailles. A) la mondialisation de la culture =>L’homogénéisation de la culture au niveau mondial passe par plusieurs vecteurs : de la mondialisation économique va résulter une homogénéisation de la consommation de biens et services sous l’effet du développement des FMN.Les FMN vont aussi jouer un rôle non négligeable dans l’homogénéisation des modes d’organisation du travail (système capitaliste, division du travail)les médias (TV et internet) ont également joué un rôle majeur : par la multiplication des échanges d’information, elle a favorisé la diffusion mondiale de l’uniformisation des musiques, des pratiques vestimentaires, des valeurs,…par le développement des valeurs universelles, notamment par rapport aux droits de l’homme, à la démocratie, mais aussi dans une moindre mesure le libéralisme économique, en particulier par le biais des grandes instances internationales.

Conclusion : La domination culturelle résulte en grande partie de la domination économique. Le Lay (TF1) vend " du temps de cerveau humain disponible " L'Etat soutient une plate-forme de cours universitaires sur Internet. 01net. le 02/10/13 à 16h19 La première plate-forme française de cours universitaire en ligne (Mooc, massive online open course) ouverte à tous, va être créée. Elle bénéficie le soutien politique et financier du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de l'initiative France université numérique. La France s'inspire en partie des plates-formes dispensant déjà des cours universitaire en ligne ouverts, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Ces cours (non-diplômants) seront accessibles via Internet sur ce site national : france-universite-numerique.fr . Les inscriptions en ligne débuteront le 28 octobre 2013. Dans le domaine environnemental, un cours sur le développement durable est assuré par Pascal Da Costa de l'Ecole Centrale Paris.

Certaines cours d'université en ligne, de type Moocs, existent déjà Dans le domaine du numérique, 4 cours en ligne préparent à la certification informatique et Internet (C2i niveau 1). Culture et télévision | Patrimoine et télévision. L’association culture et télévision a fait pendant un temps l’objet d’un consensus chez les personnels de la télévision, que partageaient aussi les spectateurs, la “télévision culturelle” constituant une sorte de doctrine des professionnels, et le sujet a fait l’objet d’une bonne bibliographie.

En 2013, l’association culture et télévision semble moins aller de soi. Or l’évolution qui conduit non de l’hégémonie de la culture à la télévision mais de sa forte représentation à sa disparition progressive, est une forme d’obsession des observateurs de ce média chez certains universitaires et une certaine critique. Les fondements de cette interrogation sur la place de la culture à la télévision la rendent légitime, mais il y a beaucoup de choses à déconstruire des représentations de la culture à la télévision pour que le débat ne se réduise pas à un propos caricatural. Ce billet a été inspiré par la relecture de mes notes de l’ouvrage d’Isabelle Veyrat-Masson[1] : Imprimer ce billet. Le boom des cours gratuits sur Internet à l'université. Retraités, salariés… Plus besoin d'aller sur les bancs de la fac pour s'instruire.

Toutes les universités ont désormais un site Web dédié à l'enseignement (www.universites-numeriques.fr). La plupart ont décidé de faire en sorte que leurs ressources pédagogiques soient de plus en plus souvent rendues publiques. Selon le ministère de l'Enseignement supérieur, qui a financé la formation de deux mille enseignants en la matière, le volume de cours disponibles en fichiers podcast numérisés, vidéo ou audio, a triplé entre 2009 et 2010, passant de 12.000 à 30.000 heures. «Ce chiffre a sans doute encore doublé depuis», assure le responsable des nouvelles technologies d'une université parisienne. Au point que les enseignants sont régulièrement contactés par des passionnés… qui ne sont plus étudiants depuis longtemps. «Le profil classique, c'est le retraité ou l'ingénieur qui souhaite accéder à des contenus scientifiques très pointus», confie un professeur d'économie de l'université Toulouse-I.

Culture de masse ou cultures de classes ? (par Philippe Coulangeon*) Les écarts entre les groupes sociaux, vis à vis des pratiques culturelles, apparaissent plus importants aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a trente ou quarante ans. L’émancipation par la culture demeure ainsi plus que jamais un enjeu pleinement politique. Les pratiques culturelles des Français, comme celle des ressortissants de la plupart des pays occidentaux, font, depuis une trentaine d’années l’objet d’observations régulières et fouillées. Il n’est d’ailleurs pas fortuit que l’attention portée aux habitudes en matière de lecture, d’usage des média ou des technologies de l’information et de la communication, de fréquentation des équipements culturels comme d’activités artistiques amateurs se concentre principalement dans cette partie du monde où la culture s’envisage de plus en plus comme un segment parmi d’autres du monde marchand, et les observateurs les plus scrupuleux de nos comportements en la matière se recrutent désormais chez les professionnels du marketing.

Médias de masse. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Naissance du concept[modifier | modifier le code] Le terme a été créé dans les années 1920. Dans un premier temps, du fait des techniques employées, les médias de masse se caractérisent par une logique "push" c'est-à-dire que l'information est poussée par un émetteur vers des destinataires, à grande échelle, d'où un coût par contact très faible pour l'annonceur. Ainsi la télévision est considérée comme le média de masse par excellence. Le sociologue Marshall McLuhan[1], présente le phénomène « des médias de masse » sous quatre caractéristiques principales : la communication de un vers plusieurs.l’uni-latéralité du message : le public n'interagit pas avec le véhicule du message.l'information est indifférenciée : tout le monde reçoit la même information au même moment.l'information est linéaire et présentée selon des séquences pré-définies.

Publicité et propagande[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Culture de masse et mass medias- Cours n°1-sept.2010. XXe siècle : nouveaux médias et transformations culturelles Au XXe siècle, l’apparition de nouvelles technologies correspond à des remaniements profonds dans le champ de la culture. Le cinéma, le disque, la radiodiffusion, la télévision puis internet entraînent des mutations dans l’économie et les pratiques culturelles. Le livre, le théâtre, le music-hall, la musique populaire prennent alors des formes nouvelles. Les systèmes d’information et de communication se transforment aussi lorsque la radiodiffusion puis la télévision se substituent à la presse comme moyen d’information habituel.

Ces transformations donnent lieu à un regard critique des contemporains. Les notions de mass-media et de culture de masse sont élaborées au cours des années 1930 puis critiquées et remises en question. On étudiera dans les leçons de ce second semestre à la fois la mise en place des industries de la culture et l’émergence du discours critique à leur endroit. I. A. B. C. D. Musique. Ecrit. III. Ill. A. B.