background preloader

La musique techno est-elle une musique répétitive?

Facebook Twitter

Terry Riley, fondateur de la musique minimaliste répétitive. Avec "In C", composé en 1964, Terry Riley est considéré comme le fondateur de la musique minimaliste répétitive.

Terry Riley, fondateur de la musique minimaliste répétitive

Ami de La Monte Young, il partage avec lui sa passion pour la musique indienne dont il est devenu un grand spécialiste. Page annexe : Discographie. News. Le projet Aleph de Terry Riley, initié par John Zorn, est sorti sur Tzadik en janvier 2012. Aleph est un album double. Avant que la Seconde Guerre mondiale n'éclate, Terry Riley (né à Colfax, Californie, en 1935) entend des standards du jazz à la radio et acquière ses premières bases musicales au violon.

En 1959, il entre à l'Université de Berkeley et, en classe de composition, fait la connaissance de La Monte Young avec qui il se lie immédiatement. Terry Riley crée Poppy No Good and The Phantom Band (1967) pour saxophone, orgue et dispositif à bande magnétique ("tape delay") et Rainbow in Curved Air (1969) pour orgue électronique en re-recording. Page annexe : Discographie News : Chroniques disques : Bibliographie : Liens : Steve Reich. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Steve Reich

Steve Reich Steve Reich en 2006 Œuvres principales Steve Reich, né Stephen Michael Reich le à New York, est un musicien et compositeur américain. Il est considéré comme l'un des pionniers de la musique minimaliste[1], un courant de la musique contemporaine jouant un rôle central dans la musique classique des États-Unis. Bien qu'ayant joué un rôle central dans l'évolution de la musique contemporaine, et, par ses œuvres, influencé des artistes au-delà de son champ de création, comme en musique électronique et en danse contemporaine, Steve Reich reste toutefois un compositeur peu prolifique qui n'a écrit, durant l'ensemble de sa carrière, qu'une cinquantaine de pièces distinctes.

Biographie Jeunesse et études Enfant, Steve Reich vit entre New York chez son père... « John Cage et le sérialisme ont surtout représenté pour moi une influence à combattre[12]. » Débuts du minimalisme Reconnaissance internationale. TECHNO MUSIQUE. Electronique et Musiques minimalistes, répétitives. 12 • Electronique & Minimalisme : de l'Ostinato à l'hypnose Dans les années 60, un mouvement essentiellement américain voit le jour : la musique minimaliste et/ou musique répétitive.

Electronique et Musiques minimalistes, répétitives

L'objectif du courant minimaliste est clair : être accessible à un large public et rompre avec les excès du post-sérialisme (1). Les compositions reposent sur des ré-utilisations de sons, produites par des répétitions et des effets de retard sur bande (tape-delay), l'importance du rythme, de la tonalité et de la mélodie. La musique s'apparente à un processus graduel, avec une économie de moyens manifeste. Les principaux pionniers à l'origine de ce courant sont La Monte Young, Terry Riley, Steve Reich, Philip Glass mais également John Adams, Tony Conrad et Charlemagne Palestine. Musique minimaliste - Minimalisme. Introduction à l'un des courants majeurs de la musique contemporaine La musique minimaliste également appelée minimaliste répétitive fait son apparition au début des années 60 aux Etats-Unis.

Musique minimaliste - Minimalisme

Le terme "minimaliste" lui-même est emprunté au minimal art apparu aux Etats-Unis vers 1965. Le minimalisme en peinture et sculpture rejette à la fois le lyrisme de l'expressionnisme abstrait et la figuration du pop art. Il vise une neutralité esthétique absolue : épure des formes, froideur, refus de toute subjectivité. Un seul mot d'ordre : The less is more ("le moins est le mieux"). La musique techno : approches anthropologiques. III.

La musique techno : approches anthropologiques

La techno comme expression d'une utopie Nous abordons maintenant la phase d'interprétation proprement dite. Ces interprétations touchent plus au mouvement free party et teknival, mais certaines remarques sont communes à tous les courants techno. La techno, à toute étape, de sa création à sa réception, est basée sur un principe ludique. C'est une musique qui cherche continuellement à tromper, qui joue sur des illusions auditives, que ce soit dans son travail du timbre ou dans celui du rythme. Le jeu est souvent en rapport avec le beat, cette grosse caisse synthétique qui martèle les temps de façon insistante, et qui rebute la plupart du temps les non-initiés au premier abord. Nous allons alors nous concentrer sur le sens du beat.