background preloader

CIVILISATIONS

Facebook Twitter

Ancient prestigious civilizations. Un peuple disparus par la connerie humaine.wmv. Le début de la fin. REVOLTE DES INDIENS KAYAPO au brésil - WICASA SIOTANTKA (l'homme qui joue et qui... En Amazonie, le bras de fer autour du Belo Monte continue. C'est un combat majeur qui se déroule en Amazonie depuis de nombreuses années : la bataille autour du Belo Monte, cet immense barrage qui doit voir le jour dans le nord-ouest du Brésil, sur le fleuve Xingu.

En Amazonie, le bras de fer autour du Belo Monte continue

Le feu vert définitif pour la construction de l'édifice hydroélectrique a été donné le 1er juin dernier par l’Institut brésilien de l'environnement. Mais les opposants au projet ne baissent pas les bras. Fin août, des manifestations ont été organisées dans quinze pays — du Brésil à la France en passant par le Mexique, les Etats-Unis et le Canada — par plusieurs associations telles que France libertés, Survival ou Amazon Watch. "Préservons la forêt et l'humanité. Non à Belo Monte ! " La pétition lancée par le chef Raoni, connu pour ses combats en faveur de la forêt amazonienne et fer de lance de l'opposition au projet, a par ailleurs réuni plus de 100 000 signatures, tandis que des personnalités s'engageaient contre le barrage, comme le chanteur Sting ou le réalisateur James Cameron.

Le 3 minutes 1/7. ‪Dernières nouvelles de l'Atlantide [1]‬‏ Bolivie : Le peuple Chipaya préserve ses traditions contre vents et marées. La culture Chipaya, aujourd’hui menacée, est l’une des plus anciennes du continent sud-américain, et malgré les diverses influences étrangères qui ont touché ce peuple depuis la colonisation espagnole, elle est parvenue par la force de ses croyances (cosmovision) et de ses traditions à survivre à travers les siècles.

Bolivie : Le peuple Chipaya préserve ses traditions contre vents et marées

Des études menées par des scientifiques mettent en évidence que cette culture est plus ancienne que la culture aymara, mais malheureusement elle continue à vivre isolée dans une nature hostile (écosystème) et sans grand appui de l’État, ce qui menace sa pérennité. Au sein de chaque foyer, les plus vieux apprennent à la jeune génération les techniques de tressage, de tissage et de chasse ainsi que l’usage de la langue « Puquina » afin d’éviter l’influence du castillan mais également d’autres langues indigènes comme l’aymara et le quechua. Ils se nourrissent essentiellement de la viande de « Tujo », une espèce animale endémique qui vit dans des terriers en fouillant le sol. Le c lin le plus long de l histoire.

CIVILISATION. Lancement d'une campagne pour la protection de 35 tribus colombiennes menacées d'extinction. Les Nations-Unies ont lancé une campagne pour protéger 35 groupes indiens de Colombie menacés d’extinction.

Lancement d'une campagne pour la protection de 35 tribus colombiennes menacées d'extinction

Survival International soutient depuis plusieurs années l’un d’entre eux, les chasseurs-cueilleurs nomades nukak qui vivent en Amazonie du nord-ouest. Cette campagne répond à une série de menaces qui pèsent sur ces groupes : déplacements internes, disparitions, massacres, mines antipersonnel et enrôlement forcé des jeunes dans les groupes armés.

En 2010, un article de l’Organisation des Nations-Unies alertait sur ‘le risque d’extinction physique ou culturelle [de ces groupes]’ et déplorait le fait que ‘dans certains cas il était déjà trop tard’. Parmi les peuples qu’elle considérait particulièrement menacés se trouvaient les Nukak-Maku, les Guayaberos, les Hitnu et les Sicuani. L’ONIC, l’organisation nationale des Indiens de Colombie, affirme pour sa part que 60 Indiens ont été assassinés ces 8 derniers mois. Un jeune Nukak jouant avec sa famille, Colombie. Le message prémonitoire des Indiens d'Amérique. "Nous avons toujours eu beaucoup; nos enfants n'ont jamais pleuré de faim, notre peuple n'a jamais manqué de rien...

Le message prémonitoire des Indiens d'Amérique

Les rapides de Rock River nous fournissaient un excellent poisson, et la terre très fertile a toujours porté de bonnes récoltes de maïs, de haricots, ce citrouilles, de courges... Ici était notre village depuis plus de 100 ans pendant lesquels nous avons tenu la vallée sans qu'elle nous fût jamais disputée. Penser Autrement.net. Pour que le génocide Amérindien soit classé Crime contre l'Humanité - Signer la pétition / De petitie ondertekenen. Pour signer, remplissez le formulaire ET SURTOUT, n'oubliez pas de confirmer votre signature en cliquant sur le lien que la pétition.be va vous envoyer par mail - Si le lien ne fonctionne pas, copier coller le lien dans votre navigateur - Si vous ne recevez pas le mail de confirmation vérifiez dans vos courriers indésirables. - Si vous ne trouvez pas le mail dans vos courriers indésirable, envoyer nous un mail avec le numéro de la pétition que vous avez signé, nous validerons votre signature manuellement. - Pour éviter que le mail de confirmation ne soit classé en spam, configurez votre anti-spam pour qu'il accepte les mails de lapetition.be - Si la zone de saisie "Courriel / E-mail" apparaît en rouge, cela signifie que votre adresse mail à déjà été utilisée pour signer cette pétition. - Nous ne vendons pas, nous ne louons pas, nous ne prêtons pas les informations des signataires à des tiers.

Pour que le génocide Amérindien soit classé Crime contre l'Humanité - Signer la pétition / De petitie ondertekenen.

Pour toutes informations concernant une pétition, veuillez contacter l'auteur. Deux barrages bientôt détruits pour laisser passer les saumons. Barrage sur la Snake River © Jeff T. Green/Getty Images/AFP) ‪Une époque sans précédent - Édition 17‬‏ ‪Les grandes inventions de l'antiquité : Les mégastructures englouties [1]‬‏ Ce que l'on nous cache sur l'Egypte 2-3 savoir des anciens - une vidéo Expression Libre. Egypte-le livre des morts (1/6) - une vidéo High-tech et Science. Cent ans après : le mystère irrésolu des esclaves du caoutchouc. Une Indienne d’Amazonie a lancé un appel pour lever le voile sur la destinée de deux esclaves indiens amenés en Grande-Bretagne il y a un siècle.

Cent ans après : le mystère irrésolu des esclaves du caoutchouc

Cent ans après la publication d’un article du Daily News sur ses ancêtres Omarino et Ricudo, Fany Kuiru, une Indienne witoto de Colombie, a appelé l’opinion publique ‘à l’aider à connaître le sort qui a été réservé à [ses] frères indiens… afin que [leurs] esprits puissent reposer en paix’. Le consul britannique Roger Casement avait rencontré ces Indiens en 1910 dans le Putumayo, au sud de la Colombie. Omarino avait été échangé contre un pantalon et une chemise. Ricudo avait été ‘gagné’ lors d’une partie de cartes.