background preloader

L'uberisation de la société et de l'économie

Facebook Twitter

Deloitte etude economie on demand juillet 15. L’ubérisation est-elle une chance pour l’économie ?

Autres collections

Étatavancement1510sujetOD. D finition Uberisation : Le glossaire illustr du marketing. Uberisation : le profit uber alles ? - Les cahiers de l'innovation. Dans le milieu des start-up, on peut être assez sidéré par la déconnexion d’avec le réel qui semble parfois s’emparer de tous.

uberisation : le profit uber alles ? - Les cahiers de l'innovation

En particulier dans le domaine du numérique, on est très vite entouré d’une faune sympathique et tolérante, à l’aise à l’ère globalisée, hipsterisée et connectée, urbaine et utilisant un vocabulaire complètement étranger au commun des mortels. Il y est question de valorisation post-money, de burn-rate, d’exit strategy, de growth hacking, de MVP, de stratégie de monétisation, de venture capital, de proposition de valeur … J’ai parfois l’impression que tout le monde ne comprend pas tout ce qui se dit mais que ce n’est pas le principal, l’important étant de faire partie de la tribu branchée en en adoptant les codes et les mots.

Le pays des licornes La question de la création globale de la valeur pour la société se pose La capitalisation d’entreprises très récentes atteint des sommets. De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Les réseaux sociaux utilisent depuis quelques mois le terme d’« uberisation », un néologisme formé à partir du nom d’Uber, la fameuse société de transport californienne.

De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ?

Ils s’en gargarisent même depuis les incidents des derniers jours entre les taxis et les VTC (voitures de transport avec chauffeur) : Entre numérisation et paupérisation, que recoupe ce terme, qui sert d’étendard aux détracteurs de plusieurs réalités économiques ? Le tour du concept en 5 exemples. CONCURRENCE, DEFINITION Uber, Airbnb... Qui arrêtera les « nouveaux barbares » ? Uber promet la Lune au chau f feu r du d i- manche, Airbnb fait miroiter au baroudeur des petits coins de campagne italienne pour quelques dizaines d’euros.

CONCURRENCE, DEFINITION Uber, Airbnb... Qui arrêtera les « nouveaux barbares » ?

Catalogue SUDOC. L’uberisation est un néologisme qui décrit un phénomène récent dont la société de technologie californienne Uber est l’inspiratrice directe et la parfaite illustration.

Catalogue SUDOC

Uber a développé une plateforme mobile de mise en relation d'utilisateurs avec des chauffeurs équipés de véhicules de tourisme (VTC) géolocalisés en temps réel. Toute la relation depuis la commande jusqu’au paiement est dématérialisée, plus de frais d’approche, plus d’attentes interminables pour trouver un taxi. Sciences économiques et sociales - Ressources pour les SES en Terminale ES. Les ressources proposées prennent la forme de 12 fiches téléchargeables pour l'enseignement spécifique et 13 fiches téléchargeables pour l'enseignement de spécialité qui couvrent l'ensemble du nouveau programme.

Sciences économiques et sociales - Ressources pour les SES en Terminale ES

Elles ont pour but de faciliter son appropriation par les professeurs et de les aider à le mettre en œuvre. Sans prétendre à l'exhaustivité, ni constituer un modèle, chaque fiche offre un repérage des principales connaissances à mobiliser pour chacune des questions à traiter, suggère des ressources et des activités pédagogiques utilisables en classe et propose des indications bibliographiques et sitographiques commentées. Enseignement spécifique - Classe Terminale Science économique Thème 1 : Croissance, fluctuations et crises Fiche 1.1 : Quelles sont les sources de la croissance économique ? Fiche 1.2 : Comment expliquer l'instabilité de la croissance ?

Thème 2 : Mondialisation, finance internationale et intégration européenne Thème 3 : Economie du développement durable Sociologie. Ent et pouvoir de marche 217665. Pol de concurrence 217663. Cas d'usages. SES. Construire une sequence pedagogique. Économie : L'uberisation de l'économie est-elle une malédiction ?- Économie Gestion en Lycées Professionnels. Le conflit entre les taxis et les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) met en lumière les difficultés de certains secteurs à s’adapter aux usages des consommateurs, à l’heure des smartphones.

Économie : L'uberisation de l'économie est-elle une malédiction ?- Économie Gestion en Lycées Professionnels

"Tout le monde a peur de se faire ’ubériser’", déclarait en décembre Maurice Lévy, patron de Publicis, illustrant ainsi l’angoisse de certains groupes face à des modèles économiques émergents, et notamment l’économie collaborative. Qu’entend le publicitaire par ce terme ? "C’est l’idée qu’on se réveille soudainement en découvrant que son activité historique a disparu.

L'Uberisation du travail décryptée par The Economist. Uber économie, économie à la demande, capitalisme de plate-forme… La terminologie n’est pas encore figée, mais le modèle est bel et bien en place.

L'Uberisation du travail décryptée par The Economist

Et en transformant l’économie, inévitablement il transforme également le travail. Il le bouleverse même au point que l’hebdomadaire britannique The Economist en a fait sa une en ce début d’année 2015. Titré "workers on tap", l’article utilise l’image d’une force de travail disponible comme l’eau sortant d’un robinet, que l’on ouvre plus ou moins ou que l’on ferme selon son bon vouloir. Uber et les taxis : qui doit s’adapter ? Pourquoi "l'uberisation" de la société est-elle tangible ? L'économie mondiale est en mutation : le temps vaut plus que le capital.

Pourquoi "l'uberisation" de la société est-elle tangible ?

Les XIXe et XXe siècles sont une parenthèse de l'histoire économique et sociale. La révolution industrielle a conduit les hommes à devenir salariés. Depuis 1945 environ, le salarié est passé d'une rémunération à la tâche à une rémunération mensuelle - en France, le CDI. Le secteur primaire - l'agriculture, pour l'essentiel - qui dominait avant la révolution industrielle, a été dépassé par le secteur secondaire (cols bleus de l'industrie), puis par les cols blancs du tertiaire.

Le tertiaire lui-même (vers les 70% des emplois) a donné naissance aux activités sous-traitées (le quaternaire) comme le juridique, la finance, les études, la publicité. Et finalement, apparaît aujourd'hui le quinternaire (la recherche, la créativité et l'innovation). Résister à l’uberisation du monde, par Evgeny Morozov (Le Monde diplomatique, septembre 2015) Voici près de dix ans que nous sommes otages de deux bouleversements.

Résister à l’uberisation du monde, par Evgeny Morozov (Le Monde diplomatique, septembre 2015)

Le premier est le fait de Wall Street ; le second, de la Silicon Valley. L’un et l’autre se complètent à merveille dans le numéro du mauvais et du bon policier : Wall Street prône la pénurie et l’austérité ; la Silicon Valley exalte l’abondance et l’innovation. Premier bouleversement : la crise financière mondiale, qui s’est soldée par un sauvetage du système bancaire, a transformé l’Etat social en un champ de ruines. Le secteur public, ultime rempart contre les avancées de l’idéologie néolibérale, en est sorti mutilé, voire totalement anéanti. Les services publics ayant survécu aux coupes budgétaires ont dû augmenter leurs tarifs ou se sont vus contraints d’expérimenter de nouvelles tactiques de survie.

Le second bouleversement, à l’inverse, est plutôt bien vu. Airbnb veut inventer l'économie du partage de demain. "L'ubérisation" de l'économie est-elle une malédiction ? Propos recueillis par Ariane Nicolas Mis à jour le , publié le Le conflit entre les taxis et les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) met en lumière les difficultés de certains secteurs à s'adapter aux usages des consommateurs, à l'heure des smartphones.

"L'ubérisation" de l'économie est-elle une malédiction ?

"Tout le monde a peur de se faire 'ubériser'", déclarait en décembre Maurice Lévy, patron de Publicis, illustrant ainsi l'angoisse de certains groupes face à des modèles économiques émergents, et notamment l'économie collaborative. Qu'entend le publicitaire par ce terme ? "C'est l'idée qu'on se réveille soudainement en découvrant que son activité historique a disparu.

Francetv info : Comment expliquer la crise entre les taxis et ses nouveaux concurrents, Uber et UberPop ? Philippe Moati : Un secteur traditionnel, régulé, qui s'est peut-être un peu endormi sur ses habitudes, se fait secouer le cocotier. Les enjeux de l'uberisation à la lumière des théories économiques - Marché de l'emploi. 12 octobre 2015 Vidéos S'abonner Publications Alertes. "Uberisation" : l'avènement de l'auto-entrepreneur ? Le mot de l’éco cette semaine, c’est "uberisation", du nom d’Uber, cette société de VTC (Voitures de Transports avec Chauffeurs) dont les taxis dénoncent la concurrence.

L’ "uberisation" de l’économie… Une formule qui revient souvent dans la bouches des économistes et de certains grands patrons. En France, c'est Maurice Lévy, l’influent patron de Publicis qui déclarait, il y a quelques mois : "Tout le monde a peur de se faire ubériser, de se réveiller un matin pour s'apercevoir que son business traditionnel a disparu". Cette crainte, on la retrouve chez les chauffeurs de taxis face à la concurrence d'Uber et de ses services de VTC (Voitures de transports avec chauffeurs) Alors, ce que fait Uber, c'est de mettre directement en relation le consommateur qui a besoin de se déplacer avec des chauffeurs indépendants. Ils ne sont ni des artisans taxis, qui ont besoin d'acheter à prix d'or leurs licence, ni des salariés d'une compagnie de taxi. Jusqu'où l'uberisation de la société va-t-elle aller. De meilleurs services pour un prix plus bas...

On a du mal à y croire mais la récente baisse de tarifs du service VTC d'Uber, en réaction aux nouvelles offres commerciales des compagnies de taxis parisiens G7 et Taxis bleus qui cherchent à reconquérir les clients perdus, est un exemple parmi d'autres de la révolution en cours que traverse notre économie, bouleversée par l'Internet. La révolution des applis semble une aubaine pour les consommateurs. Mais elle risque d'accroître le chômage et la précarité. Voici à quoi nous devons nous attendre... A voir son siège parisien, un simple appartement de 200 mètres carrés perché au-dessus d'un vendeur de scooters dans le quartier du Sentier, on imagine mal que Creads puisse faire trembler les empereurs de la publicité. UBERISATION ? Leurs modèles ? Transport, logistique, tourisme, services à la personne, restauration, banque et même industrie du sexe... Jeff Clavier : « Il y a une véritable uberification du marché de la santé » - Santé.