Juin 2010

Facebook Twitter

Karachi: la police luxembourgeoise met en cause Nicolas Sarkozy. L'affaire de Karachi atteint le sommet de l'Etat français.

Karachi: la police luxembourgeoise met en cause Nicolas Sarkozy

Un rapport de synthèse de la police luxembourgeoise, daté du 19 janvier 2010, désigne nommément Nicolas Sarkozy comme ayant été l'architecte en 1994, alors qu'il était ministre du budget, d'un dispositif occulte qui aurait été utilisé pour le financement illicite de la campagne présidentielle de son mentor Edouard Balladur grâce aux ventes d'armes.

Outre l'évocation du rôle central joué par Nicolas Sarkozy dans cette affaire, le rapport, dont Mediapart révèle le contenu, décrit aussi de manière circonstanciée les circuits financiers susceptibles d'avoir été utilisés pour acheminer les fonds suspects d'un montant total de 96.462.000 de francs. Selon les ... Karachi : Sarkozy et Balladur directement impliqués. Selon un rapport, une société off-shore créée avec leur accord a permis le financement illégal de campagnes politiques en France.

Karachi : Sarkozy et Balladur directement impliqués

C’est une nouvelle pièce dans le dossier de l’attentat de Karachi. Dans un rapport, dont le contenu est révélé ce mercredi par Mediapart , la police judiciaire luxembourgeoise décortique l’activité d’une société off-shore mise en place par la DCN (Direction des constructions navales) pour distribuer des commissions. Une off-shore créée « directement » sur accord de Balladur et de Sarkozy.

Avec la trace de commissions qui ont financé des « campagnes politiques françaises ». Cela fait deux ans que les pièces s’accumulent dans les armoires des enquêteurs chargés d’analyser le système de financement des contrats d’armement de la DCN dans les années 90. Attentat de Karachi : l'enquête qui inquiète Sarkozy. L'étau se resserrerait-il autour de Nicolas Sarkozy dans l'affaire de l'attentat de Karachi ?

Attentat de Karachi : l'enquête qui inquiète Sarkozy

Toujours est-il qu'un rapport policier luxembourgeois étaie les soupçons de rétrocommissions vers la France via une société off-shore créée avec l'aval, en 1994, du ministre du Budget, Nicolas Sarkozy. Il évoque aussi, sans en apporter la preuve, un financement occulte de la campagne d'Édouard Balladur. Ce document rédigé en janvier et révélé hier par Médiapart a été réalisé à la demande de juges financiers parisiens qui enquêtent sur un espionnage informatique présumé à la Direction des constructions navales (DCN). Dans le cadre de cette enquête, les juges Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin se sont penchés sur une société luxembourgeoise baptisée Heine et créée en 1994 par la branche internationale de DCN avec l'accord de Sarkozy. France : Karachi : nouveaux soupçons contre Balladur. La fable de Karachi, suite.

C'est mal de tirer sur les ambulances, mais il arrive qu'on ait envie de le faire et même que cela paraisse juste.

La fable de Karachi, suite

Vous souvenez-vous de cette conférence de presse de Nicolas Sarkozy à Bruxelles, et de la question que Philippe Alfroy, journaliste à l'AFP, lui posa? «Selon les informations qui ont été rapportées hier à la suite d’une réunion entre les parties civiles dans l’attentat de Karachi et les juges d’instruction, il semblerait que l’origine de l’attentat ne soit pas due à un acte terroriste mais plutôt à des représailles de l’Etat pakistanais après le non versement de commissions. On parle même de rétro-commissions qui auraient pu alimenter la campagne d’Edouard Balladur en 1995. En mauvaise compagnie. L'Express en ligne revient sur les dernières révélations dans l'affaire du Karachigate, pour noter que dans le camp du pouvoir on monte au créneau.

En mauvaise compagnie

Tout le monde est sur les remparts pour défendre Nicolas Sarkozy. Luc Chatel, porte-parole, déverse des fables bouillantes sur l'assaillant, Axel Poniatowski balance du scandale et des amalgames… Bon, ce sont en fait les deux seules réactions de droite citées par l'Express, il n'y a pas encore foule pour le moment. Prenez garde, ceux du donjon, il vous faudrait du renfort! Le chevalier Lefebvre, par exemple, mais il doit être en train de fourbir ses armes! À gauche, il est question de réactions prudentes au PS, et il est vrai que personne n'y a vraiment tapé sur la table médiatique pour exiger avec force toute la lumière sans délai .Toutefois, on peut imaginer que cette affaire de l'attentat de Karachi se révèle en fin de compte embarrassante pour le PS…

[Revue de presse] - [56] - [3 juin 2010] - [reactions] "Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a dénoncé ce matin "une fable à épisodes" après la publication d'un rapport policier luxembourgeois étayant des soupçons de rétrocommissions vers la France, lors de la vente de sous-marins au Pakistan en 1994.

[Revue de presse] - [56] - [3 juin 2010] - [reactions]

"Je ne confirme absolument rien, je rappelle qu'il s'agit d'évènements qui sont situés au début des années 1990, à une époque qui suit la signature des contrats concernant ce marché puisque ces contrats avaient eu lieu au tout début des années 90", a déclaré M. Chatel sur LCI. Il a souligné que "le gouvernement d'Edouard Balladur n'était pas aux responsabilités" à ce moment-là et que "le président de la République a eu l'occasion de s'exprimer sur ce sujet pour dire qu'il s'agissait d'une farce totale". "Là on est plutôt dans une fable à épisodes", a-t-il dit. Karachi : Sarkozy mis en cause par la police luxembourgeoise. Karachigate: "Le PS n'est pas dans l'instrumentalisation mais da. Karachi 02/06/2010 à 19h27 - mis à jour le 03/06/2010 à 09h20 | vues | réactions Affiche du film Les Barbouzes | DR Selon Médiapart, un rapport de la police luxembourgeoise impliquerait Nicolas Sarkozy dans l'attribution de commissions illégales lors de la vente de sous-marins au Pakistan en 1994.

Karachigate: "Le PS n'est pas dans l'instrumentalisation mais da

Le non-paiement de commissions à des intermédiaires pakistanais serait la cause de l'attentat de Karachi qui a tué 11 ingénieurs français en mai 2002. Karachi: ''une fable à épisode'' (Chate. Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a dénoncé ce matin "une fable à épisodes" après la publication d'un rapport policier luxembourgeois étayant des soupçons de rétrocommissions vers la France, lors de la vente de sous-marins au Pakistan en 1994.

Karachi: ''une fable à épisode'' (Chate

"Je ne confirme absolument rien, je rappelle qu'il s'agit d'évènements qui sont situés au début des années 1990, à une époque qui suit la signature des contrats concernant ce marché puisque ces contrats avaient eu lieu au tout début des années 90", a déclaré M. Chatel sur LCI. Il a souligné que "le gouvernement d'Edouard Balladur n'était pas aux responsabilités" à ce moment-là et que "le président de la République a eu l'occasion de s'exprimer sur ce sujet pour dire qu'il s'agissait d'une farce totale". "Là on est plutôt dans une fable à épisodes", a-t-il dit. Harlem Désir et l'affaire Karachi "Le secret défense doit être l. Attentat de Karachi 03/06/2010 à 07h03 - mis à jour le 03/06/2010 à 15h02 | vues | réactions Un rapport de la police luxembourgeoise accuse Nicolas Sarkozy d'avoir "supervisé et validé" un circuit de commissions occultes sur des ventes de sous-marins au Pakistan en 1994 alors qu'il était ministre du Budget.

Harlem Désir et l'affaire Karachi "Le secret défense doit être l

But de la manoeuvre: récupérer des fonds pour financer la campagne de son mentor, Edouard Balladur (qui devait échouer en 1995). Si elle traîne depuis longtemps, le nouveau rebondissement dans l'affaire a suscité une vague de réactions, assez prévisibles. Harlem Désir, n°2 du PS, a plaidé pour une transparence totale dans l'émission "Face à Nous" diffusée sur Public Sénat : "il est temps que toute la clarté soit faite. Karachi, le débat. Retenez la date: le mercredi 30 juin à 19 heures, à la Maison des métallos (Paris), Mediapart vous invite à un grand débat autour de l'affaire Karachi.

Karachi, le débat

L'occasion de rencontrer les auteurs de l'enquête, un défenseur des victimes, le député rapporteur de la mission d'information... Autour de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, journalistes à Mediapart et auteurs du Livre «Le contrat» (éd. Karachigate : quand l’insulte s’ajoute à l’incompéte. J’ai évoqué, subtilement, l’érythème fessier dans un précédent billet. Une des façons d’en choper un beau consiste à mariner dans le caca. Or, c’est précisément ce que semble faire certain chef d’état dans les grosses commissions d’une certaine affaire, d’état elle aussi, impliquant des sous-marins, des explosifs, des tués et des pays lointains… Eh oui : toutes les semaines, l’affaire Karachi se rapproche de Nicolas Sarkozy.

Attentat de Karachi: le juge français sollicite l’aide de la jus. Affaire de Karachi: les «fables» de la Sarkozie. De nombreuses réactions de la classe politique française ont accompagné les révélations de Mediapart, mercredi 2 juin, sur l'implication de Nicolas Sarkozy dans le volet financier de l'affaire de Karachi. D'après les conclusions d'un rapport de synthèse de la police luxembourgeoise datant de janvier 2010, l'actuel chef de l'Etat a «directement» supervisé et validé, à l'époque où il était ministre du budget (1993-1995), la création au Luxembourg d'un système financier opaque. Un dispositif qui aurait été utilisé, selon les enquêteurs luxembourgeois, pour le financement illicite de la campagne présidentielle du premier ministre d'alors, Edouard Balladur, en marge de ventes d'armes par la Direction des constructions navales (DCN). A l'UMP, ... Karachigate, et Sarkozy sur France24 : Les bas-fonds de Sarkofra.

Attentat de Karachi : l’homme qui fait peur au pouvoir. Homme clé des circuits financiers occultes, âme damnée de la Direction des constructions navales (DCN), chef d'orchestre de la grande valse des millions distribués en marge des contrats d'armement, Jean-Marie Boivin, 56 ans, est convoqué aujourd'hui par les juges financiers Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin en vue d'une éventuelle mise en examen. Mais nul ne sait s'il fera le déplacement. « S'il vient, il ne dira rien, pronostique déjà une source proche du dossier.

Ce n'est pas dans son intérêt. » Patron d'une myriade de sociétés offshore par lesquelles transitait l'argent noir des contrats, les confidences de Jean-Marie Boivin ont de quoi inquiéter au plus haut sommet de l'Etat. La création en 1993 de la principale de ces structures, Heine SA, n'a pu se faire sans l'aval de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget. INFO LEPOINT.FR : ATTENTAT DE KARACHI - François Léotard croit à. Article publié le 8 juin 2010 Au cours de son audition par la mission d'information parlementaire sur l'attentat de Karachi, l'ancien ministre de la Défense François Léotard a privilégié l'hypothèse d'une "vengeance de personnes n'ayant pas touché leur part de commissions" comme mobile de l'attaque terroriste qui tua onze Français en 2002.

M. Léotard avait été convoqué par les députés le 24 novembre 2009. Heine, boîte à pots-de-vin qui tache. Le côté obscur des relations entre les décideurs politiques français et l’industrie de l’armement se révèle peu à peu au fil de l’instruction sur l’attentat de Karachi. Cette zone d’ombre a désormais un nom : Société de développement international Heine S.A. Et une adresse, 1, place du Théâtre, à Luxembourg. Selon des documents inédits obtenus par Libération, cette société offshore a pu servir à violer la législation anticorruption, au moins jusqu’en 2005. Attentat de Karachi. «J'accuse Jacques Chirac et Dominique de Vi. [Revue de presse] - [57] - [8 juin 2010]

Karachi : des lettres de menaces impliquent Nicolas Sarkozy - Po. KARACHIGATE : Morin et la Commission du Secret Defense - une vid. France : Attentat Karachi: Perquisition chez Takieddine. Karachi: perquisition à la DCNS. Karachi, on insiste ! Affaire de Karachi: Nouvelle plainte pour enquêter sur les rétro. Karachigate: Le procureur de Paris protège-t-il Nicolas Sarkozy? L'affaire de l'attentat de Karachi relancée sur plusieurs fronts. Karachi: le parquet protège le pouvoir exécutif, selon l'avocat.

JUSTICE : Attentat de Karachi : nouvelle plainte contre le club. Karachi : On insiste (2) [video] - [conference de presse du 16.06.2010, integrale] Karachi: la CCSDN favorable à la levée du secret-défense sur les. Karachi: Avis favorable pour déclassifier des documents secrets- Untitled. Affaires : la presse étrangère juge sévèrement nos ministres - P. Karachi : l'existence de rétrocommissions illicites est confirmé. Karachi: le juge confirme l'existence de r trocommissions illici. [Revue de presse] - [60] - [vendredi 18 juin 2010] DCN : Jean-Marie Boivin mis en examen pour espionnage et corrupt. Attentat de Karachi : le ministre français de la Défense déclass.