background preloader

Internet des objets

Facebook Twitter

Rapports du CES / Olivier Ezratti

Wearables #iot. IoT : les géants high-tech unissent leurs forces #OpenConnectivityFoundation. Plusieurs entreprises annoncent la mise en place d'un nouvel organisme, baptisé Open Connectivity Foundation, pour structurer l'industrie de l'Internet des objets.

IoT : les géants high-tech unissent leurs forces #OpenConnectivityFoundation

Le marché de l’Internet des objets pousse les entreprises à se rapprocher les unes des autres. En 2014, un consortium — Industrial Internet Consortium — a vu le jour dans le but d’avoir une influence sur l’établissement des normes à venir. L’équipementier en télécommunications Cisco, l’électricien General Electric, le fabricant de semi-conducteurs Intel, le géant de l’informatique IBM et l’opérateur AT&T sont tous des membres fondateurs de ce consortium, qui compte aujourd’hui plusieurs dizaines de membres.

Mais visiblement, cette structure ne suffisait pas puisqu’une nouvelle organisation est en train d’émerger. Il s’agit cette fois d’une fondation — baptisée Open Connectivity Foundation — qui aura pour rôle de fixer et de promouvoir des normes pour l’industrie de l’Internet des objets. Lire. L'Union européenne doit-elle réglementer l'Internet des objets ? Maison intelligente, voiture connectée, smart city, e-santé… les domaines d’application de l’Internet des objets (IoT) ne cessent de croître et constituent selon certains une troisième révolution de l’Internet [1] en partie liée à l’accroissement du volume de données mises en ligne.

L'Union européenne doit-elle réglementer l'Internet des objets ?

A l’horizon 2020, le nombre d’objets connectés est estimé entre 20 et 50 milliards, avec un impact sur l’économie mondiale compris entre 2.000 et 5.000 milliards d’euros par an. Le déploiement de l’Internet des objets soulève aujourd’hui de nombreuses questions techniques (initiatives 5G en Europe et aux États-Unis, coûts de gestion des réseaux, mise en place de chaînes de valeurs complexes). Il suscite aussi de nombreux défis en terme de protection de la vie privée, de confidentialité, de cyber-sécurité ou encore d’encadrement des données personnelles générées et collectées. Peut-on sécuriser l’Internet des objets ? Je suis intervenu en ouverture de la Conférence Cybersécurité – IOT et Systèmes Embarqués organisée à Toulouse le 18 février 2016.

Peut-on sécuriser l’Internet des objets ?

Organisée par Captronic et la société de conseil G-Echo, cette conférence rassemblait une centaine de personnes au laboratoire du LAAS-CNRS de Toulouse et voyait intervenir des spécialistes des questions de sécurité. C’était une belle occasion de faire le point sur le sujet. Ce compte-rendu utilise des informations glanées dans les interventions de cette conférence, complétées de quelques recherches en ligne. La conférence était sponsorisée par AllianTech (outils de mesure et capteurs), Digital Security (services et conseil), HSC/Deloitte (la filiale de conseil en sécurité de Deloitte issue de l’acquisition de Hervé Schauer Consultants en 2014), ISIT (développement temps-réel) et NeoTech (services et conseils). Enovamag - mai 2016 (special enova d'angers et iot)

Défis informatiques de l'Internet des Objets. Les 4 grandes intox dans les objets connectés. Le marché des objets connectés est l’un des plus dynamiques et intéressants du moment dans le monde de la high-tech et au-delà.

Les 4 grandes intox dans les objets connectés

On peut y trouver son bonheur quasiment quels que soient ses centres d’intérêt comme la santé, la maison intelligente, l’automobile, les composants électroniques, les télécommunications ou le big data. A vrai dire, il existe depuis longtemps, notamment dans l’industrie. Une machine à commande numérique dans une ligne de production est littéralement un objet connecté ! Les usines grouillent de capteurs en tout genre, surtout dans les unités de production automatisées.

E-jeans. Internet des objets : la révolution est-elle en marche. A qui profitera «l'Internet des objets»? Nous sommes à l'aube d'une nouvelle révolution technologique majeure: l'Internet des objets.

«La première vraie révolution technologique du XXIe siècle» selon Jean-Luc Baylat, président d'Alcatel-Lucent Bell Labs France. En 2020, 50 milliards d'objets seront connectés à Internet. Aujourd’hui déjà, certains réfrigérateurs ont accès au web et proposent toute une gamme de services connectés. Beko, une marque américaine, va par exemple commercialiser un réfrigérateur qui se connecte à Internet en wifi. Grâce à un écran tactile, son utilisateur pourra faire ses courses en ligne. Infographie : Que va-t-il se passer dans le futur ? Que diriez-vous d’un petit voyage dans le futur ?

Infographie : Que va-t-il se passer dans le futur ?

Non, ne sortez pas votre Delorean du garage, puisque notre voyage se fera via une infographie réalisée par la BBC. Le média anglais a en effet compilé différentes prédictions de politiques, de businessmen et surtout de scientifiques pour imaginer le monde de demain. Il y a deux visions, l’une idéale, et l’autre cauchemardesque. Insolite : iPotty, et l'iPad s'invite sur le pot ! - iPad mini, iPad Retina. Insolite : iPotty, et l'iPad s'invite sur le pot !

Insolite : iPotty, et l'iPad s'invite sur le pot ! - iPad mini, iPad Retina

Par grobubu le jeudi 10 janvier 2013, 11:50 - Accessoires iPad - Lien permanent ces-2013 Ce que j'aime au CES c'est que chaque année on découvre des objets toujours plus insolites.Celui que je vous propose aujourd'hui risque bien d'être difficile à battre, mais je compte sur les fabricants pour nous surprendre encore. Qui parmi vous n'a jamais emmené l'iPad avec lui aux toilettes ? Sincèrement, s'il y en a je suis certain qu'ils ne sont pas nombreux. Ne perdez plus votre iPhone et vos autres objets de valeur grâce à Proximo (vidéo) R. Haladjian, Sen.se : « un bon objet connecté se fait oublier » Qui ?

R. Haladjian, Sen.se : « un bon objet connecté se fait oublier »

Rafi Haladjian, Pdg de Sen.se, plateforme et objets connectés, qui sortiront mi-2013. Sous-titrée "the meaning of life" en hommage aux Monty Pithon, Sen.se a été créée sur fonds propres, comme les précédentes, FranceNet, Ozone et Violet. Quoi ? Une interview du pionnier des objets connectés, meilleur speaker de Le Web, ex-aequo avec Scott Harrison de Charity:Water selon Petit Web. French Tech : 30 champions (vraiment) cachés des objets connectés - dossier. Les objets connectés sont en plein boom... et la France tire son épingle du jeu dans ce secteur émergent.

French Tech : 30 champions (vraiment) cachés des objets connectés - dossier

Mais que cachent-ils derrière leur design épuré ? Des systèmes et logiciels embarqués qui les font fonctionner. Près de 76 000 entreprises sont impliquées dans les systèmes et logiciels embarqués en France selon l’étude 2014 de l’Opiiec (Observatoire paritaire des métiers de l’informatique, de l’ingénierie, des études et du conseil), conduite par le cabinet Kyu Associés. Après avoir fondé son développement sur les secteurs d’application de pointe (militaire, aérospatial, ferroviaire, nucléaire, automobile, médical...), cette filière cherche un nouveau souffle dans les objets connectés.

Www.webofthings.org/wp-content/uploads/2012/01/268_Internet-des-objets_3.pdf. Test d'Aria, la balance FitBit. Aria, c’est quoi ?

Test d'Aria, la balance FitBit

Certes, cette balance permet de mesurer le poids, mais aussi son indice de masse grasse et l’IMC (Indice de Masse Corporelle). Le plus de cet objet, c’est surtout qu’elle synchronise automatiquement toutes les informations sur un compte personnel, via le réseau WiFi. Il est possible d’accéder à toutes ses données, organisées sous forme de courbes et de tableaux au travers de l’application.

Pour les plus motivés, il y a même des outils permettant d’enregistrer son alimentation et son activité physique. Inutile d’essayer de feinter cet appareil, Aria vous reconnait dès que vous posez les pieds dessus. Côté design, rien à dire, solide et résolument moderne, c’est un bel objet qui ne fera pas tâche dans votre salle de bain. La balance, vue d'en dessous !

Elle est alimentée par 4 piles AA, qui sont censées durer au moins 3 mois avec une utilisation modérée. Mais à l’usage ? Internet des objets et RFID. Quand Goldman Sachs décrypte le marché des objets connectés : 7 idées à retenir. Un rapport de Goldman Sachs rédigé s’est penché sur le marché des objets connectés.

Quand Goldman Sachs décrypte le marché des objets connectés : 7 idées à retenir

Un marché potentiellement explosif estimé par lDC à 28 milliards d’objets connectés en 2020. Décryptage en 7 enseignements : Le décollage Le marché des objets est prêt à prendre son envol car les technologies de capteurs (le prix moyen est tombé de 1,30 dollars à 60 cts), de bande passante (divisée pars 40) et l’ipV6 et ses 4,3 milliards d’adresses et la capacité de traitement logicielle (divisée par 60) rendent possible les conditions de l’omniprésence des objets connectés. Le foyer et la vie professionnelle seront radicalement modifiés Le marché des objets connectés crée de nouvelles opportunités pour les opérateurs (cf : l’offre voiture connectée d’ATT lancée à 10 dollars par mois avec Audi, GM, Tesla et Volvo), les Data analysts et les industriels. Goldman Sachs estime l’opportunité industrielle à 2000 milliards de dollars en 2020. Les 5 segments d’Early adopters Le secteur va sortir de la high tech.

Le Web’12 : Un thème énigmatique « Internet of Things » ReaDIYmate.