background preloader

June- July 2o15

Facebook Twitter

FLI - Future of Life Institute. Autonomous weapons select and engage targets without human intervention.

FLI - Future of Life Institute

They might include, for example, armed quadcopters that can search for and eliminate people meeting certain pre-defined criteria, but do not include cruise missiles or remotely piloted drones for which humans make all targeting decisions. Artificial Intelligence (AI) technology has reached a point where the deployment of such systems is — practically if not legally — feasible within years, not decades, and the stakes are high: autonomous weapons have been described as the third revolution in warfare, after gunpowder and nuclear arms.

Many arguments have been made for and against autonomous weapons, for example that replacing human soldiers by machines is good by reducing casualties for the owner but bad by thereby lowering the threshold for going to battle. The key question for humanity today is whether to start a global AI arms race or to prevent it from starting. Stephen Hawking, Noam Chomsky et Steve Wozniak veulent interdire la guerre sous intelligence artificielle. C’est une révolution cynique que pourrait constituer celle du recours aux armes de guerre autonomes.

Stephen Hawking, Noam Chomsky et Steve Wozniak veulent interdire la guerre sous intelligence artificielle

Tandis que nos sociétés utilisent les machines pour intervenir au service de l’humain, lui offrir plus de confort et le libérer de certaines tâches fastidieuses, le secteur militaire s’intéresse à l’intelligence artificielle pour opérer des actions militaires sans intervention humaine. Et c’est bien ce qui affole le milieu scientifique et les milliers de personnalités signataires d’une lettre ouverte intitulée “Armes automatiques : lettre ouverte des chercheurs en robotique et en intelligence artificielle”.

Honte sur la France : le Conseil Constitutionnel valide largement la loi Renseignement. Mise à jour du 24 juillet 2015 : Le Conseil constitutionnel persiste et signe son mépris pour les droits fondamentaux.

Honte sur la France : le Conseil Constitutionnel valide largement la loi Renseignement

Ce matin, après avoir validé la plus grande partie de la loi renseignement, le Conseil constitutionnel a continué dans sa lancée, rejetant la Question Prioritaire de Constitutionnalité sur la loi de programmation militaire dans son ensemble, transmise par La Quadrature du Net, FDN et la Fédération FDN. Tor : Mails-toi de tes oignons. Il y a ces tweets appelant les internautes français à «installer Tor» pour protester contre la loi sur le renseignement.

Tor : Mails-toi de tes oignons

Ou ce rapporteur spécial auprès du conseil des droits de l’homme de l’ONU qui recommande de «promouvoir» l’accès aux outils d’anonymat en ligne, «tels que Tor», pour que les individus puissent «exercer leur liberté d’opinion et d’expression en toute sécurité». Il y a cette photo d’Edward Snowden en juin 2013, un autocollant «Tor Project» bien visible sur son ordinateur portable. Et, parmi les documents confidentiels de l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine qu’il a transmis aux journalistes Laura Poitras et Glenn Greenwald, cette présentation datée de juin 2012, sèchement titrée «Tor stinks» («Tor pue»).

Rapport Hadopi au Sénat : le pire est devant nous. NSA : espionnage économique, le sale jeu américain. Mais oui, France Inter, le "darknet" a aussi une face lumineuse ! Et revoici le "darknet" !

Mais oui, France Inter, le "darknet" a aussi une face lumineuse !

D'après France Inter, le réseau TOR, conçu pour protéger la vie privée des internautes, permettrait d'accéder à un "marché noir" fréquenté par des millions d'internautes venus y acheter de la drogue ou des faux papiers, mater des photos pédo-pornographiques ou encore recruter un tueur à gages. C'est vrai. Mais TOR n'en est pas moins, aussi, un système conçu par l'US Army pour pouvoir protéger l'anonymat des internautes, dont les valeurs et technologies sont recommandées par les Nations Unies, Amnesty, la FIDH et Reporters sans frontières (entre autres). Malware : Duqu fait son retour, et Kaspersky en fait les frais.

Les attaques ciblées, ça n’arrive pas qu’aux autres.

Malware : Duqu fait son retour, et Kaspersky en fait les frais

Les données personnelles de 4 millions d’employés fédéraux américains piratées. Le gouvernement américain a annoncé jeudi 4 juin avoir détecté le piratage informatique des données personnelles de quatre millions d’employés fédéraux.

Les données personnelles de 4 millions d’employés fédéraux américains piratées

Cette « cyberintrusion », repérée en avril 2015, a visé l’Office of Personnel Management (OPM), qui gère les effectifs du gouvernement et attribue les accréditations à ses membres. Selon le Washington Post, qui cite des responsables américains sous le couvert de l’anonymat, l’attaque aurait été fomentée en décembre par des pirates informatiques chinois, déjà à l’origine d’un piratage majeur de l’agence l’an dernier. 1 million de dollars de dédommagement Dans un communiqué, l’OPM a révélé que les données personnelles d’environ 4 millions d’employés — anciens et actuels — du gouvernement auraient été compromises et a annoncé que ces personnes seraient informées à partir du 8 juin.

Le Sénat américain devrait voter mardi sur le programme controversé de la NSA. Le Sénat américain devrait voter mardi sur le programme controversé de la NSA Washington - Le Sénat américain devrait voter mardi le projet de loi rétablissant temporairement la collecte des données des appels téléphoniques américains par la NSA, interrompue depuis lundi, a annoncé lundi le chef de file de la majorité républicaine, Mitch McConnell.

Le Sénat américain devrait voter mardi sur le programme controversé de la NSA

L'Agence nationale de sécurité a totalement interrompu la collecte de ces métadonnées (heure, durée, numéro appelé) depuis lundi 00H01 (04h01 GMT), en raison de l'expiration de la section 215 du Patriot Act qui fondait légalement cette collecte. #LoiRenseignement.