background preloader

Histoire des chiffres et les nombres

Facebook Twitter

L'Histoire des Nombres : Le Chiffre. 1) Les chiffres Egyptiens En Egypte, en l'an 3500 avant notre ère, la notation des chiffres était basée, comme l'écriture, sur les hiéroglyphes. Chaque signe possédait une valeur, tel que:L'unité était représentée par une barre verticale, 10 par une anse, 100 par une boucle, les milliers par une fleur de Lotus, 10 000 par un doigt vertical légèrement recourbé, 100 000 par un têtard et le million par un humain aux bras levés : Les chiffres ci-dessous qui doivent être lus à la fois verticalement et horizontalement, signifient 1 234 567.Ils appartiennent à ce que nous appelons l'écriture hiéroglyphique, celle des initiés.

Avant d'avoir trouvé l'utilisation du papyrus, les Egyptiens transcrivaient leurs signes dans la cire : 2) Les chiffres Mayas Au commencement, les mayas se servaient des chiffres pour se rendre compte du temps ; non pas du temps qui chiffre le déroulement historique des faits, mais de celui déterminé par le mouvement des astres. 3) Les chiffres Hébreux 4) Les chiffres Romains. L'origine des chiffres. Cher John, Permettez-moi d'expliquer ma démarche.

Je suis incapable de citer la source de cette information pour 2 raisons: La première, est que je possède un document non-informatique dans lequel je note les informations et les idées que je trouvent intéressantes, tout domaine confondu. La seconde est que l'utilisateur averti d'internet aura pu se rendre compte de l'existence de nombreux sites web qui sont des copies conformes de sites qui le sont de sites etc. et qui le sont peut-être même de livres papiers.

Le site où j'ai repris cette info en fait partie. Ce site n'est donc pas une source, mais un plagiat. Toutefois, grâce à la lecture et à la curiosité, je sais que cette hypothèse est entrecoupée, croisée avec d'autres et plausible. Je suis navrée, désolée et vous présente toutes mes excuses de ne pouvoir vous présenter une liste bibliographique. D'autre part, j'en viens à me poser la question suivante: Les URL sont-ils nos nouveaux dieux? L'histoire des chiffres. Figuration des nombres chez les Hébreux et les Grecs.Chez les Hébreux, les nombres sont figurés par des lettres et, de deux lettres, celle de droite représente la valeur la plus élevée; les mille, dizaines et centaines de mille seront représentés par les mêmes caractères, surmontés de deux points. Voici un tableau résumé :- Les Grecs employaient un système analogue, mais où les chiffres les plus forts se plaçaient à la gauche, cette fois, des plus faibles.

Ainsi, leurs symboles principauxétaient :-- Cependant, les Grecs n'avaient pas de système homogène : les myriades (c'est-à-dire les dix-mille) pouvaient se noter de plusieurs façons différentes; parfois, ils utilisaient les grandes lettres avec une manière de chiffrer analogue à celle des Romains. Les lettres renfermées l'une dans l'autre figuraient une multiplication. Ainsi, par exemple : car ils adoptaient alors H (ou F) [Hekaton ou Fekaton pour ekaton] = 100 et M (myrioi) = 10.000. Chiffres romains. . , aussi figuré et. Les chiffres arabes seraient d’origine géométrique. Les Nombres : Histoire et évolution. Histoire des nombres.

L'histoire des mathématiques est précédée d'une longue préhistoire dont nous avons des traces remontant à 4000 ans. Les animaux supérieurs, les jeunes enfants perçoivent dans notre monde deux entités abstraites fondamentales : le nombre et la forme. L'arithmétique et la géométrie furent ainsi, longtemps distinctes, les deux sciences fondamentales. Au départ la connaissance des nombres chez l'homme n'est pas très fine.

L'homme, dans les sociétés primitives, ne distingue pas deux ensembles équipotents, il sait à peine compter : un, deux, beaucoup. "Beaucoup" se dit "tres" en latin : ce mot subsiste encore aujourd'hui en français : "très" mais aussi "trois"! Notations au cours des âges : Les plus anciennes civilisations observaient la ronde des astres dans le ciel. Les Babyloniens (-2000) se distinguent en inventant le système sexagésimal : les symboles de base valent 1, 10, 60, puis 600, 3600, 36000 et ainsi de suite. Il ne peut y avoir de nombres négatifs sans zéro. HISTOIRE DE LA NUMERATION : Maths-rometus, Numération, Babylone, Egypte, Chine, Grèce, Mayas, Romains, Mathématiques, Maths, Math, Jean-Luc Romet. 1) Introduction : Les nombres, qui semblent si familiers à l'homme du XXIème siècle ont constitué pendant des millénaires une difficulté énorme pour les peuples primitifs.

L'habitude de compter couramment est beaucoup plus récente que l'on croit. Au début du XXème siècle, certains aborigènes d'Australie ne possédaient que trois nombres dans leur dialecte : un, deux et beaucoup. Jusqu'à deux, c'était concret, après, c'était l'abstrait.Ces nombres ont une histoire merveilleuse puisque dès que l'on a pu écrire, même sur les parois des grottes, on voyait déjà des dessins pour dénombrer...Les premiers symboles numériques semblent être apparus en Mésopotamie, on a retrouvé des tablettes d'argile datant presque de 5000 ans sur lesquelles on retrouve des traces de numération.Ensuite ou parallèlement, c'est en Égypte que naît une nouvelle façon d'écrire les nombres. 2) Numération babylonienne (en Mésopotamie) : (entre 3200 avant JC et 500 avant JC) 3) Numération égyptienne : 5) Numération grecque :

Zéro. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. Le zéro (de l’italien zéfiro devenu par suite zero), est un chiffre dont le nom est dérivé de l’arabe «sifr», signifiant « vide » . Ce symbole, sous forme de petit cercle, est utilisé pour « garder le rang »[2] et marquer une position vide dans l’écriture des nombres en notation positionnelle. Plus généralement, zéro désigne l’élément neutre pour l’addition dans la plupart des groupes abéliens et en particulier dans les anneaux, corps, espaces vectoriels et algèbres, parfois sous le nom d’élément nul. Il est aussi l'élément absorbant pour la multiplication. Les Babyloniens ont utilisé les premiers, un peu plus de 200 ans avant J. Histoire[modifier | modifier le code] Zéro en tant que chiffre[modifier | modifier le code] En tant que nombre[modifier | modifier le code]

Nombre zéro et son histoire. Qui a été le premier à évoquer le concept de "zéro"? Les Hindous, les Babyloniens, les Chinois, les Grecs ou les Mayas. Le zéro qui nous a été transmis est bien une invention indienne. Experts are clear that zero, as we know it, is an “Indian” invention. Plus exactement: les Chinois et les Babyloniens avait conscience du zéro en tant que position (pour ne pas confondre 13 et 103, par exemple).

India proved fertile ground for the evolution of zero from a placeholder ro a numeral. La plus vielle trace du zéro Le symbole zéro apparaît à de multiples reprises sur un parchemin indien, le manuscrit Bakhshali, découvert en 1881 près de Peshawar (Pakistan) et conservé au Royaume-Uni. La plus récente datation au carbone 14 (en 2017) montre qu'il remonte au troisième ou quatrième siècle avant notre ère (entre -200 et -380). La grande importance accordée à la contemplation en Inde aurait contribué, très tôt, à concevoir le vide, le néant (shunya) comme complément à la plénitude. Babyloniens : Vers 400 av. CIVILISATIONS MATHEMATICIENNES : Maths-rometus, Histoire des maths, Illustrations, Maths, Mathématiques, Jean-Luc Romet, Math.