background preloader

Génération Y

Facebook Twitter

La génération Y est vraiment la grande perdante des trente dernières années. Une étude exclusive du Guardian portant sur sept économies occidentales révèle que les vingtenaires vivent désormais au-dessous du niveau national de leurs pays respectifs.

La génération Y est vraiment la grande perdante des trente dernières années

La fameuse Génération Y, celle née entre 1980 et le milieu des années 1990 –ou plutôt ses composantes socialement diverses– avait donc raison de se plaindre. Une étude publiée par le Guardian portant sur sept pays occidentaux révèle qu’alors que les jeunes adultes gagnaient plus que la moyenne nationale de leurs pays respectifs il y a trente ans ans, leurs revenus sont désormais de plus de 20% inférieurs à cette moyenne dans plusieurs économies dont la France. En France toujours, alors que les revenus des retraités ont explosé —plus de 60% d’augmentation entre 1978 et 2010 par rapport à la moyenne nationale– ceux des jeunes de 25 à 29 ans ont connu une évolution négative sur la même période, toujours par rapport à cette moyenne (-8%).

Génération Y, mode d'emploi: Intégrez les jeunes dans l'entreprise ! - Daniel Ollivier, Catherine Tanguy. Generation Y. Generation y. GenerationZ. Pourquoi les entrepreneurs de la génération Y réussissent mieux que leurs aînés. Plus d'entreprises, créées plus tôt et qui réussissent mieux.

Pourquoi les entrepreneurs de la génération Y réussissent mieux que leurs aînés

Selon l'étude de HSBC les entrepreneurs de la génération Y (personnes nées entre le début des années 80 et le milieu des années 90) réussissent mieux que leurs aînés avec des entreprises dont le chiffre d'affaires est en France 5 fois supérieur en moyenne aux entreprises d'entrepreneurs de plus de 55 ans. Leur fortune personnelle s'en ressent: celle des entrepreneurs de la génération Y atteint 4,8 millions de dollars contre 3,7 pour la génération précédente.

Et le nombre d'entreprises créés par les entrepreneurs de la génération Y est supérieur à celui de leurs aînés. "Il y a un net rajeunissement de l'âge des entrepreneurs quand ils lancent leur business", explique Nick Levitt, directeur stratégie et expérience Client chez HSBC. Génération Y, Z. Comment les générations Y et Z voient le monde de l'entreprise. A l’occasion de la 4ème édition du Positive Economy Forum, Challenges, partenaire média de l’événement vous invite à découvrir celles et ceux qui portent des projets innovants au service d’une économie et d’une société plus positives.

Comment les générations Y et Z voient le monde de l'entreprise

Jacques Attali, Président du Positive Economy Forum, résume ainsi l’objectif de ce Forum: « les grondements croissants du monde, les enjeux du climat, de la violence, du chômage, de l'exclusion, du fanatisme, du désespoir des jeunes, montrent plus que jamais l'urgence d'agir dans l'intérêt des générations suivantes, qui est aussi le nôtre. Pour que notre monde devienne harmonieux. Fonction Publique Territoriale. "Ma vie à deux balles. Génération débrouille": peu de moyens, beaucoup de solutions.

“”Tu as une chance incroyable.

"Ma vie à deux balles. Génération débrouille": peu de moyens, beaucoup de solutions

Tu es entièrement libre”. Ca, c’est sûr, liberté, manque de budget, précarité” écrit Noémi, personnage central de Ma vie à deux balles. Génération débrouille. Les journalistes Mathilde Gaudéchoux et Sophie Brändström, qui ont mené cette enquête pendant plus d’un an, avaient déjà réalisé un webdocumentaire sur le sujet, en 2013. Composé de seize chapitres, intitulés “de canapé en canapé” ou “faire soi-même”, le livre décrit -et montre à travers de nombreuses photos- les expériences de Jennifer, Thais, Abou, Thomas, et d’autres, à travers Noémi, journaliste indépendante fraîchement débarquée à Paris après avoir “écumé toutes les rédactions du Nord” et terminé son contrat de professionnalisation. “On croit au CDI comme on croit au père Noel” Redéfinir les règles du jeu avec une économie collaborative “La débrouille, c’est les autres” Le livre dévoile également un “carnet pratique” non dénué d’humour.

“Ma vie à deux balles. Répondre aux ambitions de chacun : Comment manager une équipe intergénérationnelle ? Puisqu'ils ont des attentes différentes selon leur âge, les collaborateurs ne ressentent pas les mêmes besoins de reconnaissance professionnelle.

Répondre aux ambitions de chacun : Comment manager une équipe intergénérationnelle ?

Et le manager doit en tenir compte s'il veut gérer au mieux une équipe intergénérationnelle. Si, par exemple, un responsable se voit dans l'obligation de transférer l'un de ses collaborateurs d'une mission inachevée vers un nouveau projet, la réaction du salarié concerné varie. "Un boomer aura plutôt tendance à répondre qu'il doit finir la mission en cours, illustre Frédéric Bonneton. A l'opposé, un jeune sera probablement ravi de mettre à disposition ses compétences et son talent ailleurs.

" En prenant conscience des besoins spécifiques de ses collaborateurs, le manager peut gérer au mieux ses ressources humaines, en répondant concrètement à leurs ambitions. Empowerment, les jeunes générations aspirent à plus de confiance. Crédits photo : shutterstock.com Passer d'une ère du contrôle et de la restriction à une ère de la confiance et de l'empowerment.

Empowerment, les jeunes générations aspirent à plus de confiance

L’appréhension de l’arrivée à l’âge « adulte » de la jeune génération, cristallisée autour de son entrée sur le marché du travail, tourne parfois à l’opposition stérile entre ancien monde et nouveau monde. Force est de constater que l’on projette souvent sur la jeunesse les valeurs émergentes de la société ; le fait qu’elle sera le monde de demain amène les entreprises qui cherchent avant tout à survivre à travers les âges à s’y intéresser de près.

On souhaite ainsi comprendre ces jeunes tout en évitant cependant qu’ils ne prennent trop de place. La jeune génération actuelle en France, dont je fais partie, fait sa grande entrée dans le monde du travail tiraillée entre ses propres difficultés à pouvoir y accéder et le pessimisme teinté de nostalgie véhiculé par ses aînés. Crédits photo : D. Matthieu Soulé est analyste stratégique de l'Atelier BNP Paribas. Ma génération est-elle « sacrifiée », « blasée », « perdue » ? Génération Y en entreprise : ce que cache la peur des 15-30 ans.