background preloader

Géographie libertaire

Facebook Twitter

Géographie et anarchisme sont historiquement reliés par une histoire peu connue mais essentielle qui remonte à la seconde moitié du XIXe siècle et implique des géographes comme Elisée Reclus et Pierre Kropotkine qui furent également des militants et des penseurs anarchistes de premier plan.

Avec d’autres géographes anarchistes, comme Léon Metchnikoff, Charles Perron ou Mikhail Dragomanov, ils ont participé à la constitution du mouvement anarchiste au cours des années 1880 en Europe, à l’issue de la décomposition de la première Association internationale des travailleurs.
(P Pelletier).
Le centième anniversaire de la mort d’Élisée Reclus a suscité plusieurs colloques scientifiques qui lui ont été consacrés en 2005, 2006 et 2007, en divers endroits, soit (par ordre chronologique) :
Montpellier (4-6 juillet 2005), Lyon (septembre 2005 avec Isabelle Lefort et Philippe Pelletier), Milan (12-13 octobre 2015, avec Marcella Schmidt di Friedberg), New Orleans, Mexico (5 juillet 2007)… Des conférences ont également été données à Barcelone.
Les colloques ont généralement cherché à dépasser une dimension strictement historiographique, concernant notamment le personnage, et à s’interroger sur ce qu’on peut appeler la géographie reclusienne, sous différents angles (nature-environnement, géopolitique, éducation, géographie régionale, rapport à l’anarchie, etc…).

Pelletier : Tous les messages sur pelletier. 2012 : La redécouverte d’Élisée Reclus « La redécouverte d’Élisée Reclus : à propos d’ouvrages récents », EchoGéo Federico Ferretti souligne l'importance de deux ouvrages :Élisée Reclus, géographie et anarchie, Philippe PelletierÉlisée Reclus et l’Algérie colonisée, Florence Deprest FF attend beaucoup de l'analyse de l'oeuvre et des archives du géographe anarchiste exilé après la Commune.

pelletier : Tous les messages sur pelletier

Bibliographie Elisée Reclus - Élisée Reclus, la passion du monde, un film de Nicolas Eprendre, 2012 Élisée Reclus, Paul Vidal de la Blache, la géographie, la cité et le monde, hier et aujourd’hui, autour de 1905. colloque international, Lyon Pour l'expo de 1900, Reclus avait présenté un Projet de globe au 100. Élisée Reclus, géographe proscrit et savant. Introduction par S Allemand Elisée Reclus est né en 1830 à St Foy la grande, mort en 1905 près de Bruxelles Il fut donc contemporain d'un certain nombre: le coup d'Etat de Napoléon III du 2 décembre 1851, la Commune… Il fut aussi contemporain de nombreux géographes importants : l'Allemand Ritter dont il suivit les enseignements à Berlin ou Vidal de La Blache Quoique importante, l'œuvre de Reclus est tombée dans l'oubli.

élisée Reclus, géographe proscrit et savant

Pourquoi ? C'est ce que va essayer de comprendre avec vous Georges Roques qui êtes à l'initiative de cette conférence qui inaugure un rendez-vous. Avant d'expliquer les raisons de cet oubli et d'aborder les positions politiques, il importe de préciser en quoi Elisée Reclus est un géographe. Par rapport au thème de la santé, on peut dire qu'il est déjà précurseur Nouvelle géographie universelle (T V, p 469-471) Mais la grande source des maladies, on le sait, est de celles que l'on veut tenir ouvertes: c'est l'inégalité sociale.

Il a dressé la carte de la famine en Orissa. Historique RGL. RGL journées Lyon. Carnet de recherche du Réseau des Géographes Libertaires (RGL) Géographies critiques. Élisée Reclus, théorie géographique et théorie anarchiste. Auteur : Philippe Pelletier, 31 décembre 2012 De prime abord, Élisée Reclus (1830-1905) ne semble pas avoir écrit un traité de théorie géographique dans le sens où on l’entend de nos jours, c’est-à-dire un ouvrage où serait exposée une synthèse de la discipline scientifique.

Élisée Reclus, théorie géographique et théorie anarchiste

Mais plusieurs chapitres de ses ouvrages, notamment introductifs ou conclusifs, exposent des principes géographiques forts. C’est notamment le cas de sa préface de L’Homme et la Terre (1905) ou l’introduction à l’ouvrage d’un autre géographe anarchiste, La Civilisation et les grands fleuves historiques (1889) de Léon Metchnikoff (1838-1888). En outre, comme viennent de le montrer de récentes recherches, la Nouvelle Géographie Universelle (1876-1894) d’Élisée Reclus, loin de se résumer à une simple description du monde, livre aussi des éléments généraux à travers une analyse régionale ([1]). L’analyse de la géographie reclusienne a déjà été effectuée à de nombreuses reprises, et se poursuit ([2]). 1. 2. 3. 4. 5. 6.

De l’empathie en géographie et d’un réseau de géographes : la Chine vue par Léon Metchnikoff, Élisée Reclus et François Turrettini. 1 Voir le site 1Depuis quelques années l’attention des géographes européens, comme celle de tous ceux qui s’occupent de questions économiques, diplomatiques et sociales (aucune discipline scientifique ne peut se considérer comme étrangère à cette démarche), se tourne toujours plus en direction de la Chine.

De l’empathie en géographie et d’un réseau de géographes : la Chine vue par Léon Metchnikoff, Élisée Reclus et François Turrettini

La géographie française a souvent compté sur des spécialistes de cette aire géographique : la dernière des grandes Géographies universelles francophones a vu notamment la collaboration de Pierre Gentelle (1933-2010) pour son volume sur l’Asie orientale (Gentelle et Pelletier, 1994). Dans les années suivantes, des nouvelles contributions ont mobilisé à ce sujet un ample spectre de questions allant des problèmes économiques et sociaux de la transition chinoise jusqu’à la géopolitique (Sanjuan, 2008 ; Sanjuan et Trolliet, 2010). L’un des indicateurs de cet intérêt grandissant est l’édition de 2013 du Festival International de la Géographie, complètement consacrée à la Chine.1.

Journées d'études du Réseau de Géographes Libertaires (RGL) Le Réseau de Géographes Libertaires (RGL) de Lyon organise des journées d’études ouvertes à tou-te-s le mardi 28 et le mercredi 29 avril autour du thème des « Outils des Géographes ».

Journées d'études du Réseau de Géographes Libertaires (RGL)

Avec le développement des nouvelles technologies (généralisation d’Internet, smartphones, tablettes, GPS intelligents, etc.), l’instrumentation géographique (ensemble des instruments de mesure, d’analyse, d’observation) a beaucoup évolué. Elle offre aujourd’hui la possibilité d’usages ouverts, collaboratifs, partagés, ... On observe en effet le développement continu de bases de données en libre accès — open source —, d’approches collaboratives dans la cartographie et leur appropriation par des collectifs militants — autour de l’open access ou de la culture libre.L’émergence de ces outils pose des questionnements forts pour les géographes quant aux nouvelles données produites, autant en termes de propriété (à qui appartiennent-elles ?)

Que d’utilisation (qui peut légitimement les utiliser ?) Un vent libertaire sur la géographie. Géographie et anarchisme sont historiquement reliés par une histoire peu connue mais essentielle qui remonte à la seconde moitié du XIXe siècle et implique des géographes comme Elisée Reclus et Pierre Kropotkine qui furent également des militants et des penseurs anarchistes de premier plan.

Un vent libertaire sur la géographie

Avec d’autres géographes anarchistes, comme Léon Metchnikoff, Charles Perron ou Mikhail Dragomanov, ils ont participé à la constitution du mouvement anarchiste au cours des années 1880 en Europe, à l’issue de la décomposition de la première Association internationale des travailleurs. Cette convergence n’est pas une coïncidence car la théorie et la pratique anarchistes offrent des points communs avec la géographie, sans que l’une ne soit inféodée à l’autre.

Ces géographes ont vu dans l’espace et l’aspiration communaliste ou fédéraliste des leviers pour l’émancipation tant individuelle que collective. La sensibilité des géographes anarchistes à l’espace et aux milieux correspond à leur expérience.