Frederic Lordon

Facebook Twitter

2o12. L'austérité, mais dans le calme. Le « jeu de la mauviette » (chicken game) est un jeu de con : deux voitures se précipitent l’une vers l’autre, le premier conducteur qui dévie de la ligne pour éviter la collision est la « mauviette ».

L'austérité, mais dans le calme

Il existe cependant une version « Fureur de vivre » plus stupide encore : les deux voitures parallèles fonçant vers un précipice, le dernier qui s’éjecte de la voiture pour ne pas faire le grand saut a gagné. On notera que dans cette version-là, les deux voitures sont perdues à coup sûr et le cas échéant un conducteur (ou deux) avec – death without a cause. C’est à cette merveille d’intelligence que la zone euro semble avoir décidé de s’adonner depuis trois ans – en tout cas jusqu’à la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) du 6 septembre. La fausse solution des eurobonds. Au point où le destin de la zone euro, et en fait de l’Union tout entière, se trouve rendu à l’alternative radicale de l’explosion ou du fédéralisme complet, il semble bien que vae victis soit la réponse, malheur aux vaincus, aux demi-habiles et aux faux visionnaires, architectes prétendus d’une grandiose construction politique mais sans la moindre culture politique, ou du moins persuadés que l’ingénierie des pactes fiscaux pouvait leur en tenir lieu.

La fausse solution des eurobonds

La pompe à phynance. Le commencement de la fin. Pareilles aux images aériennes du front de tsunami avançant inexorablement vers une côte japonaise dont le sort est scellé, le déploiement de la crise financière depuis trois ans donne une impression d’irrésistible fatalité, avec en prime cette sorte d’incrédulité un peu stupide de dirigeants qui croient encore pouvoir tout sauver quand tout est déjà compromis.

Le commencement de la fin

Un choc de la magnitude de la crise dite « des subprime », crise dont on ne redira jamais assez qu’elle a été celle de la finance privée, était voué à produire, via le canal du crédit, une récession dont les conséquences sur les finances publiques s’annonçaient désastreuses. Plus encore impliquées dans la détention de titres souverains qu’elles ne l’ont été dans les titres privés hypothécaires, un choc massif dans l’un puis l’autre compartiment menace de mettre à bas tout le système des institutions financières. Quand les agences font de la politique Les Etats-Unis à leur tour dans la lessiveuse.

Interventions des "Economistes atterrés" - une vidéo Actu et Politique. Conomistes atterrés: Frédéric Lordon - une vidéo Actu et Politique. Questions aux "Economistes atterrés" - une vidéo Actu et Politique. Frederic Lordon sur l'invarience de la finance libéralisée 1 - une vidéo Actu et Politique. FREDERIC LORDON. Lordon. 2009 - « Les médias et la crise » Frédéric Lordon : Capitalisme, désir et servitude. S’il y a une spécificité du néolibéralisme c’est bien qu’il se donne pour vocation de coloniser intégralement l’intériorité des individus, des travailleurs, c’est-à-dire de refaçonner intégralement leurs désirs et leurs affects.

Frédéric Lordon : Capitalisme, désir et servitude

Le régime de mobilisation néolibéral ne se contente pas de ce que des salariés viennent et accomplissent les actions qu’on leur a dictées d’accomplir, comme c’était le cas dans le fordisme. 2007 Le SLAM  Bonjour Daniel, Si désormais aujourd’hui,cher Daniel, il nous est interdit de fumer, il n’en demeurera pas moins que nous pourrons toujours grace à toi et à ton équipe (merci à vous tous,au passage) pouvoir continuer à nous drogués en écoutant tes émissions, fait attention tout de meme qu’ils ne te l’interdisent pas prochainement par un decret...

2007 Le SLAM 

C’est dommage que les émissions des années 2000 à 2005 ne soient archivées en mp3. Pour tout te dire et comme beaucoup de tes auditeurs,nous ne pouvons t’écouter durant les transmissions journalières, serait ce une volonté de ta direction ! Toujours est il que j’enregistre celles ci le dimanche soir pour ensuite me "nourrir" durant mes promenades de fin de journée de travail, seule solution désormais pour avoir encore une journée intelligente... "J'ai théorisé ma condition de cocu de l'histoire" "Avec la crise, j'ai cru qu'à la télé, dans les journaux, ça allait changer. Qu'on allait tous les virer, ceux qui étaient censés nous informer mais qui n'avaient rien vu venir, les experts qui se succédaient sur les plateaux pour nous dire que le marché ça s'autorégulait et qu'il ne fallait pas s'inquiéter.

J'ai attendu l'émission spéciale en direct présentée par Marie Drucker, Arlette Chabot et Laurence Ferrari, où ils seraient tous tout nus et où on leur repasserait leurs déclarations de l'époque. J'ai attendu, attendu, et rien n'est venu. " Puisque "rien n'est venu", @si a donné carte blanche à Maja Neskovic, ancienne enquêtrice d'Arrêt sur Images et observatrice (déçue) du traitement médiatique de la crise financière. Pour éclairer d'un oeil neuf les questions économiques, et pour mettre (métaphoriquement) tout nus les experts, politiques et "faiseurs d'opinion" habitués des plateaux télé, Maja a choisi d'inviter l'économiste Fr&...