background preloader

Décroissance

Facebook Twitter

DECROISSANCE ou retour en humanie. De Menthon et le «pessimisme français qui privilégie l'assistanc. (Capture : Dailymotion.fr / Arte.tv) C’est de plus en plus inquiétant que le buzz médiatique soit fait de petites séquences détournées de leur contexte !

De Menthon et le «pessimisme français qui privilégie l'assistanc

Je persiste et signe sur une anecdote que j’ai racontée sur « Arte » dans l’émission « Paris-Berlin » pour illustrer un certain état d’esprit Français et un rapport malsain au « service ». Relent de la lutte des classes ? Pour mémoire : un jour à la « Gare » de Lyon très chargée de bagages, je m’arrête sur la quai, un « mendiant » me tend la main, je lui donne une pièce et je lui demande en même temps s’il peut me rendre le service de monter ma valise dans le train ?

La réponse m’a à la fois amusée et interpellée. Sophie de Menton et ses potes mendiants décroissantspar Marianne2fr Du même auteur Il y a un véritable ancrage historique à cette réaction ! Précision de Marianne2 :La réponse de Sophie de Menthon est encore plus désespérante que l'ingénuité de sa remarque sur le plateau d'Arte. Institut d'Etudes Economiques et Sociales pour la Décroissance S. Ma banque s'enrichit en m'incitant à vivre à crédit. Devant Westpac à Sydney le 6 mai (Daniel Munoz / Reuters) J’ai récemment changé de carte de crédit.

Ma banque s'enrichit en m'incitant à vivre à crédit

Le taux d’intérêt de la précédente était passé de 12,3% à 29% sans aucun préavis. Ma nouvelle carte ne m’accorde que la moitié du crédit de la précédente, mais c’est précisément ce que je voulais. Par les temps qui courent, moins on a de dettes, mieux on se porte. Je supposais que je ne serais pas autorisée à dépasser ma ligne de crédit. Une amende de 39 dollars pour un dépassement de 10 dollars Quelle n’a donc pas été ma surprise, la semaine dernière, de constater que Chase, la compagnie de crédit, me facturait une « amende » de 39 dollars pour avoir dépassé ma limite de seulement 10 dollars ! Il y a un an, une aventure similaire m’est arrivée avec ma banque.

Virée chez mon banquier : je demande pourquoi il n’a pas respecté mon souhait de ne pas m’autoriser de découvert. - Parce que c’est notre politique, me répond-il. - Mais enfin, puis-je l’empêcher ? C’est quoi, être bien payé?