background preloader

Ecologie profonde

Facebook Twitter

Le Principe responsabilité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Principe responsabilité

Le Principe responsabilité (en allemand Das Prinzip Verantwortung) est l'ouvrage le plus connu de Hans Jonas (1979). Notamment en Allemagne, il a connu une réception qui a dépassé le cercle philosophique et a même été cité au Bundestag allemand. Dans ce livre, Hans Jonas part de la question « pourquoi l'humanité doit exister ? » L'existence de l'humanité dont l'impératif semble aller de soi, n'est plus du tout un fait assuré de nos jours. Au contraire, par son énorme pouvoir qu'il a avant tout grâce à la technique moderne, l'homme a désormais les capacités de s'autodétruire en peu de temps — c'est pourquoi il y a ici une nouvelle question qui doit entrer dans le domaine des considérations éthiques. En se référant à sa philosophie de la biologie, Hans Jonas fonde l'impératif que l'homme doit exister, vu qu'il a, comme tout être vivant, une valeur absolue qui lui est inhérente et qu'il s'agit par conséquent de protéger quoi qu'il en coûte.

LE PRINCIPE RESPONSABILITÉ. Cette vidéo va changer votre vision de vous et de l'univers. Suivez-nous sur Facebook Avant de partir, suivez-nous sur Facebook Vous êtes déjà abonné ?

Cette vidéo va changer votre vision de vous et de l'univers

Ne plus afficher Partager sur Facebook Un lecteur du magazine TIME a demandé à l'astrophysicien Neil deGrasse Tyson quelle était, selon lui, la chose la plus incroyable de l'univers. L'univers a toujours fasciné les hommes, qui se sentent tout petits par rapport à son immensité. Précisons que le docteur Neil deGrasse Tyson est l'un des scientifiques les plus appréciés d'Amérique. Tiers-absents ! Le suffrage universel est un conquête récente qui s’est progressivement élargi à de multiples acteurs, ce qui a permis d’approfondir la démocratie.

Tiers-absents !

Au début, il s’agissait d’un corps électoral restreint par le suffrage censitaire à 246 000 hommes. Après une première tentative avortée en 1793, la France a été le premier pays du monde à adopter le suffrage universel et direct en 1848 : brutalement les votants sont devenus 9 millions, mais il ne s’agissait que des hommes, alphabétisés ou non ; les femmes, les militaires et les colonisés étaient encore exclus. Il faudra attendre 1944 pour que l’universalité s’étende aux femmes, 1945 pour que les miliaires deviennent électeurs ou éligibles et 1956 pour la reconnaissance d’une citoyenneté de plein droit aux indigènes des colonies françaises.

On pourrait aller encore plus loin. Tous les articles réalisés depuis l’an 2005 au rythme d’un par jour sont classés sur le site : 2010 Vers une démocratie écologique (le citoyen, le savant et le politique) de Dominique Bourg et Kerry Whiteside (Seuil) Pour le groupe 5 du Grenelle de l’environnement, « instaurer une démocratie écologique, c’est établir les cadres nouveaux et adaptés pour ces politiques, en considérant que tous les citoyens sont concernés à la fois comme victimes et acteurs des crises environnementales. » La question de fond reste posée : la démocratie représentative est-elle suffisante pour prévenir les risques écologiques majeurs ?

2010 Vers une démocratie écologique (le citoyen, le savant et le politique) de Dominique Bourg et Kerry Whiteside (Seuil)

Le livre récemment paru de Dominique Bourg et Kerry Whiteside, « vers une démocratie écologique », s’interroge et propose des pistes de recherche. Voici quelques extraits mis en forme : 1/5) Introduction Et si notre incapacité d’agir nous renvoyait aux imperfections de notre système politique ? Les dégradations que l’humanité inflige aujourd’hui à la biosphère sont sans précédent. La liberté moderne a été inventée pour protéger les citoyens de l’arrogance des monarques, des religieux fanatiques et des factions démagogiques. 2/5) Les dégradations de la biosphère - leur imprévisibilité. 41. 1976 Ecologie, communauté et style de vie d’Arne NAESS. Préface à l’édition française de Charles Ruelle : Arne Naess couche ses première idées en 1971 dans un polycopié rédigé en norvégien et intitulé « Ecologie et philosophie ».

1976 Ecologie, communauté et style de vie d’Arne NAESS

Une cinquième édition paraît en 1976 pour la première sous le titre « Ecologie, communauté et style de vie ». Il faut attendre 1989 pour qu’une nouvelle édition de l’ouvrage paraisse, cette fois en Anglais, avec la collaboration de David Rothenberg. Le texte a été retravaillé afin de le rendre plus lisible : Rothenberg souligne à plusieurs reprises les difficultés de la traduction du norvégien à l’anglais. Traduire de l’anglais (américain) au français ne va donc pas sans difficultés ni même, parfois sans une certaine perplexité. Présentation d’Arne Naess : Après s’être livré durant trente ans à des recherches en sémantique et avoir exposé en tant qu’universitaire à Oslo la philosophie de Spinoza et Gandhi, Naess a abandonné son poste de professeur de philosophie en 1969.

1946 Almanach d’un comté des sables d’Aldo LEOPOLD. Publié pour la première fois en 1949 à titre posthume, l’Almanach d'un comté des sables est devenu un classique des écrits consacrés à la nature.

1946 Almanach d’un comté des sables d’Aldo LEOPOLD

Il constitue l’un des textes fondateurs de l’écologie. Voici ce qu’il écrivait au mois de février : « On court deux dangers spirituels à ne pas posséder une ferme. Le premier est de croire que la nourriture pousse dans les épiceries. Le second, de penser que la chaleur provient de la chaudière. En fait il a écrit plusieurs autres textes qui théorisent une approche globale de la Biosphère et l’approche de ce qu’on appelle aujourd’hui « l’écologie profonde » . « Et même si la stabilité n’était pas en jeu, elle doit être préservée par la seule vertu de son droit historique, indépendamment des avantages économiques que vous pouvez en retirer. Mais il n’existe pas à ce jour d’éthique chargée de définir les relations de l’homme à la terre, ni aux animaux, ni aux plantes qui vivent dessus. (Flammarion, 2000)