background preloader

30.10.14 // Séries culte : la fiction au cœur de l’actu

Facebook Twitter

Avec Pierre Langlais, journaliste spécialiste des séries TV (Télérama, Le Mouv) et Barbara Villez, professeure à l’université Paris 8, directrice du réseau S.E.R.I.E.S., membre associée du laboratoire Communication et Politique du CNRS.

Quelles sont les 200 plus grandes séries de tous les temps ? Séries culte : la fiction au cœur de l’actu ! Culte ! - Télé : la loi des séries - Episode 3 - Jeudi 2 Octobre 21h40. Résumé En 1978, CBS diffuse le premier épisode de «Dallas».

Culte ! - Télé : la loi des séries - Episode 3 - Jeudi 2 Octobre 21h40

Jusqu'à son arrêt en 1991, 357 épisodes de cette série seront regardés par des centaines de millions de téléspectateurs à travers 97 pays. Sur fond de crise pétrolière et de libéralisme reaganien, cette saga familiale symbolise dans le monde entier la puissance du capitalisme américain. Par son style, ses innovations et ses produits dérivés, «Dallas» marque aussi un tournant décisif dans l'histoire des séries télévisées. Sérierama, le blog séries TV de Pierre Langlais - Tag. Politique US : les séries font la loi. Cinq séries politiques modèles. A la Maison Blanche (Aaron Sorkin, NBC, 1999-2006) La plus belle et la plus ample des séries politiques a hypnotisé les amoureux du swing verbal de la comédie américaine classique à la Howard Hawks, rassuré les contempteurs de George W.

Cinq séries politiques modèles

Bush et prédit l’arrivée au pouvoir d’Obama. En suivant le flot de parole éternellement brillant d’un Président démocrate et de sa garde rapprochée, la série donne une vision à la fois idéaliste et mélancolique du pouvoir. K Street (Steven Soderbergh, HBO, 2003) Le monde des lobbyistes et le jeu des partis à Washington observés par Steven Soderbergh. The Thick of It (Armando Iannucci, BBC 3 et 4, depuis 2005) Cette plongée dans la vie d’une officine gouvernementale terrorisée par un conseiller du Prime Minister existe depuis l’ère Tony Blair.

Tanner ’88 (Robert Altman, HBO, 1988) Débats, stratégies, discours, espoirs, renoncements… Robert Altman observe la campagne de la primaire du candidat démocrate fictif Jack Tanner. Olivier Joyard. Les séries politiques. Plus moche la vie: les séries télévisées et le monde réel. Les gens passent leur vie à regarder des séries à la télé au lieu de la vivre pour de bon.

Plus moche la vie: les séries télévisées et le monde réel

Mais les séries reflètent-elles leur vraie vie pour autant? Slate.fr-Les tablettes pose la question (et y répond) dans sa 18e livraison. «Vous avez un mandat?» Il paraît que c’est la question que posent les gens qui, en France, reçoivent une visite de la maréchaussée au petit matin et n’ont pas nécessairement envie de lui ouvrir la porte. «Non monsieur, une commission rogatoire à la limite, mais les mandats, c’est dans les séries américaines.

C’est que rien n’est plus différent de la vraie vie que ces feuilletons addictifs dont les télés nous abreuvent. Pourquoi les séries politiques cartonnent-elles ? - Sérierama, le blog séries TV de Pierre Langlais. House of Cards : Obama dans la série politique ? Comme le rapporte le site Deadline, le président des Etats-Unis Barack Obama se serait vu proposer d’apparaître dans House of Cards.

House of Cards : Obama dans la série politique ?

En effet, cette invitation vient de Reed Hastings lui-même, le PDG de Netflix. L’homme à la tête de la plateforme de streaming légale a profité d’une opération photo à la Maison Blanche pour glisser sa proposition à Barack Obama. D’après Deadline, Hastings, accompagné d’autres patrons d’entreprises technologiques, avait rendez-vous mardi 17 septembre à la Maison Blanche pour discuter avec le président des problèmes du site de l’Obamacare et de la sécurité et de la protection nationale concernant les données internet.

Alors que la saison 2 d’House of Cards sera disponible le 14 février sur Netflix, le président a interrogé Hastings : « Je me demandais si vous aviez apporté des copies de House of Cards en avance ? ». "The Wire", quand la fiction s'empare de la sociologie. / Deux coups de cœur littéraires. Scandal : les coulisses du pouvoir américain - Série. Le Bureau ovale ne tourne plus rond.

Scandal : les coulisses du pouvoir américain - Série

Les séries politiques : entre fiction et réalité. Quelques mois avant les élections présidentielles françaises et américaines aux enjeux accentués par la crise économique et sociale, la politique envahit nos petits écrans du côté de la fiction.

Les séries politiques : entre fiction et réalité

Plusieurs séries arrivent en effet cette saison pour nous présenter une vision de la politique parfois sombre, parfois idéalisée, mais indéniablement fascinante.Des œuvres qui s’inspirent souvent de la réalité mais peuvent également l’influencer, à travers un jeu subtil de miroirs et de reflets de nos peurs, nos attentes et nos désirs, à commencer par celui de voir un jour des femmes accéder aux fonctions suprêmes de l’Etat. Les femmes ont-elles le pouvoir dans les séries ? Aux Etats-Unis et en France, si aucune femme n’a encore jamais accédé à la plus haute fonction de l’Etat, les séries ont imaginé cette hypothèse : dès 2006, à l’aube des élections où Ségolène Royal et Hillary Clinton étaient de sérieuses candidates, on trouvait déjà des femmes en poste des deux côtés de l’Atlantique dans. “The Wire”, la série qui a conquis les banlieues. Et si la meilleure peinture des banlieues françaises était une série américaine ?

“The Wire”, la série qui a conquis les banlieues

Peu connue du grand public mais louée par les critiques, “The Wire” est devenue la référence culturelle d'une jeunesse en quête d'identification. Dans certaines cités de la banlieue parisienne, des canapés trônent au milieu des parkings et des immeubles. Exposés au vent et au soleil. « Les jeunes les ont mis là pour imiter les dealers de The Wire », explique Rachid Santaki, auteur originaire de Seine-Saint-Denis. Dans son quartier de Haute­pierre, à Strasbourg, le boxeur Ludovic Groguhé a lui aussi vu des jeunes sortir des bancs de musculation sur le trottoir. Obama pourrait décaler un discours pour contenter les fans de la série "Lost" Les séries n'ont plus de frontières. Le sériephile français a longtemps eu l’impression de devoir impérativement se tourner vers les États-Unis pour nourrir sa passion quotidienne de fictions au long cours, telles qu'il n’en existait nulle part ailleurs.

Les séries n'ont plus de frontières

Mais de nouveaux modes de circulation des images (téléchargement, streaming, VOD) ont, depuis une dizaine d’années, réduit les distances et permis d’élargir sa culture personnelle au-delà de la bannière étoilée. Des contrées éloignées comme la Scandinavie, l’Australie ou le Japon n’ont certes pas attendu l’émergence du « village global » pour mettre en branle tout un système de production télévisuel ; mais l’influence de groupes fondateurs comme HBO, dont les antennes se déploient du Canada à l’Asie en passant par l’Amérique latine, tendent à tirer la production globale vers le haut et à impulser de nouvelles normes de qualité dont on commence à voir les premiers résultats.