background preloader

Culture politique: le symbole du chêne dans la pensée gaulliste

Facebook Twitter

II

I. III. LE FASCISME - LE GAULLISME - LA DÉMOCRATIE. Le Monde | • Mis à jour le | JACQUES FAUVET Voici un livre qui sera lu d'un trait par tous ceux qui, peu nombreux il est vrai, s'intéressent encore à la politique intérieure française avant, pendant et depuis la dernière guerre : les Fascismes français 1923-1963 (Le Seuil). Les deux auteurs - J. Plumyène et R. Lasierra, - deux jeunes anciens communistes, font subir une analyse minutieuse à tous les partis, groupes ou groupuscules d'extrême droite des quarante dernières années pour y découvrir les signes du fascisme. Leur conclusion est fort négative mais très formelle ; mis à part le francisme du malheureux Marcel Bucard, " qui n'a jamais eu la moindre réalité politique ", le P.P.F. de Doriot est le seul parti fasciste authentique que la France ait produit.

Son destin, ses contradictions, sa dégradation, conduisent cependant " à rien d'autre qu'à l'impossibilité du fascisme en France ". Il a pu y avoir des fascistes, et plus parmi les écrivains que parmi les politiciens. Les chênes qu'on débite. LE MONDE | • Mis à jour le | BRUNO FRAPPAT. Moins de dix ans après la mort du général de Gaulle, on annonce la vente prochaine, pour des raisons financières, de trois cents objets et livres précieux lui ayant appartenu.

Il s'agit, précise la famille, de cadeaux reçus par l'ancien chef d'État. " Rien de très personnel ", ajoute-t-on. Sans insister sur le fait qu'il n'est guère élégant de négocier des cadeaux dont certains, peut-être, venaient du cœur, on peut s'interroger sur ce signe de grandeur et de décadence. Le chêne foudroyé, adulé encore, et qui hante toujours la politique du pays avec lequel il s'identifiait, débité, négocié, dispersé aux enchères publiques : qui ne serait choqué, sauf les acquéreurs potentiels ?

De Gaulle et les siens n'ont jamais rien attendu de l'État. Mais l'État, lui, comptable de l'histoire, peut-il la laisser brader ? Présentation du livre collectif Le Cèdre et le chêne au Salon du Livre de Beyrouth | Libnanews. Dans le cadre du Salon du Livre Francophone de Beyrouth 2015, Clotilde de Fouchécour et Karim Émile Bitar présenteront l’ouvrage collectif « Le Cèdre et le Chêne De Gaulle et le Liban – Les Libanais et de Gaulle », samedi 24 octobre à 16 heures à l’Amphi Gibran au Biel. La présentation sera suivie, à 17 heures, d’une séance de dédicaces et d’un cocktail sur le stand Geuthner. Cet ouvrage collectif croise les points de vue d’historiens, de témoins, d’hommes politiques et d’écrivains libanais et français.

Il est enrichi de documents dont certains sont inédits. L’ensemble éclaire l’unité profonde de la vision que Charles de Gaulle avait de la relation franco-libanaise dès 1931 : celle d’une alliance volontaire et étroite, scellée par un traité, entre deux nations souveraines. L’Histoire en a décidé autrement, mais ce ne fut pas la fin d’une amitié que de Gaulle, plus qu’aucun autre homme politique occidental, sut incarner. The following two tabs change content below.

Sur le même thème. La statue du Commandeur. LA mort glorieuse sur le champ de bataille n'avait pas voulu du saint-cyrien de 1914, du soldat de la France libre, du président mitraillé par les tueurs de l'OAS. La mort bourgeoise, avec agonie au fond d'un lit, a été épargnée à l'ancien colonel de blindés qui avait toujours eu une sacrée baraka.

Charles de Gaulle, en vieil homme attristé, a été appelé sans délai ni banalité, au soir du lundi 9 novembre 1970, à la Boisserie, devant les cartes d'une réussite qu'il manipulait distraitement en attendant le journal télévisé. Terrassé juste après 19 heures par une rupture d'anévrisme abdominal, il n'a eu que le temps de signaler la douleur avant de s'affaisser. Il n'a pas repris connaissance jusqu'au dernier soupir, une demi-heure plus tard : une fin abrupte mais franche, villageoise et domestique, à côté d'Yvonne, son épouse, à la veille d'un quatre-vingtième anniversaire dont il redoutait l'échéance. De Gaulle, ce chêne qui cacherait et un intérêt particulier et un intérêt général. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie-Odile Dufloux-Richard, agrégée de lettres classiques, professeur en lycée et François Proust, consultant Quatre auteurs sont au programme de littérature du baccalauréat 2010.

Le programme change pour moitié chaque année. Aux deux déjà présents en 2009 l'Odyssée d'Homère et Fin de partie de Beckett, s'ajoutent deux nouveaux : Les Mémoires de guerre de Gaulle (tome III) et Tous les matins du monde de Pascal Quignard (euros, 5,60) ainsi que le film éponyme d'Alain Corneau (DVD à 24,70 euros, mais 90 euros environ quand c'est le lycée qui achète. Ouille !). Chiffrons : 55 600 candidats en série littéraire, autant d'acheteurs de livres et de DVD, sans compter les professeurs, soit l'équivalent ou presque d'un second prix Goncourt.

Les Mémoires de guerre sont un récit et non de l'Histoire, comme le précisait l'auteur. Ce chêne deux fois abattu ne cache-t-il pas une forêt d'intérêts ? Un, qu'aucun auteur vivant ne soit au programme. "Sarkozy mène une politique profondément antigaulliste" Jeff : Comment jugez-vous le discours M. Sarkozy, appelant l'esprit du gaullisme à l'aide ? Nicolas Dupont-Aignan : L'espoir peut toujours faire vivre, mais malheureusement, c'est une cause désespérée pour ce qui concerne le président de la République, qui mène une politique profondément antigaulliste.

Mah : Quand Sarkozy appelle à l'aide l'esprit du gaullisme, serait-ce un appel à la réconciliation avec Villepin, qui lui aussi se dit gaulliste ? Nicolas Dupont-Aignan : Le problème, ce ne sont pas les personnes, mais les politiques menées. Quant à Dominique de Villepin, pour répondre à votre question, je n'ai pas le sentiment qu'une réconciliation soit en marche. Dominique : Que pensez-vous de Villepin ? Je fais campagne pour la sortie de l'euro, qui est le préalable indispensable à la reconquête économique et sociale. Benji : Pourquoi les gaullistes ne sont-ils pas unis face aux dérives politiques ? Jean P : En 2007, vous avez appelé à voter Sarkozy.

M. Mémoire enracinée. Des sculptures sur le thème de l'arbre et sa place dans un environnement de plus en plus bétonné : tel est le propos de l'exposition "Mémoire d'arbres", au Mémorial Charles-de-Gaulle, à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne). De fait, dans les oeuvres du sculpteur et scénographe William Noblet, le bois est le grand absent. A peine matérialisé par quelques traces, "comme des fossiles", souligne l'artiste : des morceaux de coeur de chêne qu'il a sauvés de l'abandon et du pourrissement et qu'il insère dans d'autres matériaux (verre, bronze, béton, acier...).

William Noblet habite la Champagne céréalière, où tilleuls, marronniers, frênes et amandiers ne font plus partie du paysage, sauf le long des routes nationales. Dans la campagne haute-marnaise - parmi les plus vertes de France où les arbres qu'aimait tant le fondateur de la Ve République sont encore bien enracinés -, les oeuvres de William Noblet résonnent comme un avertissement. (PHOTOS DR) "Mémoire d'arbres" Jusqu'au 14 avril. 1958-1962 : l'avènement d'un « pouvoir gaulliste » ? Notes. Analyses et comptes rendus. François Félix, Schopenhauer ou les passions du sujet, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2007, 432 pages (coll. « Être et devenir »), 25 € Rares sont les livres qui rendent justice philosophiquement à Schopenhauer, dont un cliché assez tenace prétend qu’il écrit « très bien », mais (in cauda venenum) que la puissance et la rigueur philosophiques ne suivent pas. Nous avons ici, plus qu’une simple réhabilitation, une sorte de redressement philosophique de la pensée schopenhauerienne, qui tourne autour de la problématique du sujet telle que Schopenhauer la pose dans toute son œuvre.

Sur le fond de la « distinction intervenue dans le moi entre connaissance et volonté et de la subordination de la première à la seconde », Schopenhauer disqualifie « la prétention à l’autodétermination de la subjectivité » (Introduction). L’intention d’ensemble de l’entreprise est donnée d’emblée au début de l’ouvrage : « Excentrer le sujet. Deux contributions de B. J.? L’article d’A. D’autres articles, si brefs soient?