Google+

Facebook Twitter

Google+ : désactivez le partage et les commentaires avant de publier votre post. Il y a quelques semaines, Google Plus offrait à ses utilisateurs la possibilité de verrouiller leurs albums photo.

Google+ : désactivez le partage et les commentaires avant de publier votre post

Cette fonctionnalité qui permet de limiter le partage des albums a été étendue aux publications (post). Remarquez le nouveau petit bouton qui se trouve à droite de la liste des Cercles avec lesquels vous partagez votre publication. Il vous offre deux choix: «Désactiver les commentaires» et « Verrouiller ce post». Ces fonctionnalités qui permettent de désactiver le partage et les commentaires vous offrent plus de contrôle sur la diffusion d’une publication. Ainsi, si vous verrouillez un post, uniquement les personnes ou Cercles avec lesquels vous partagez l’information pourront y avoir accès. 30 astuces pour mieux utiliser google plus. Google plus occupe le devant de la scène depuis une semaine.

30 astuces pour mieux utiliser google plus

Tout le monde ne parle plus que de cela. Chacun y va de son analyse, de son conseil, de ses louanges. Il faut dire que pour tout ceux qui sont réfractaires à Facebook, il n’existait jusqu’à maintenant aucune alternative crédible. C’est désormais le cas. L’effet de nouveauté et l’impression d’appartenir au cercle fermé des early adopters y est forcément pour quelque chose. Edit : aujourd’hui marquant l’ouverture de Google Plus au grand public accompagné de nombreuses nouveautés, nous vous proposons une mise à jour de ce billet vous présentant 50 outils pour mieux utiliser Google plus. Et si Google avait définitivement perdu la bataille du « réseau social » face à Facebook ? Aujourd’hui la bataille entre les deux géants, ce n’est plus (depuis longtemps) Microsoft contre Google, mais bien Google contre Facebook.

Et si Google avait définitivement perdu la bataille du « réseau social » face à Facebook ?

Google en position de leader dominant et poussé par une vision orientée autour de la maitrise du contenus a laissé la place à son principal rival sur le domaine social. Toutes les tentatives plus ou moins récentes se sont soldées par des échecs plus ou moins retentissant. Aujourd’hui Google a bien compris que la bataille se menait contre Facebook et qu’il lui fallait réagir vite. En premier lieu, Eric Schmidt, ancien CEO de Google a lui même reconnu qu’il s’est trompé sur le social. La bataille se situe bien autour de l’utilisateur, de sa connaissance, de son graphe sociale et de la pertinence des informations que l’on pourra lui proposer en s’appuyant sur les entreprises qu’il faut également séduire. Google+ pour les nuls. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Thomas Baïetto Dernier né des réseaux sociaux, Google+ offre les fonctionnalités classiques de Facebook ou Twitter, tout en y ajoutant quelques nouveautés.

Google+ pour les nuls

Petit tour d'horizon des fonctionnalités d'un réseau social qui approcherait déjà les 10 millions d'utilisateurs. Ce qui ne change pas (ou presque) : profil, fil d'information et photos Les principales fonctionnalités d'un réseau social, le profil et le fil d'information, ne sont pas révolutionnés par Google+. Comme sur Facebook ou Twitter, le profil se compose d'un flux qui reprend les publications de l'utilisateur, d'une page de présentation (parcours scolaire, date de naissance, etc.) et de ses photos ou vidéos.

Le fil d'information ne présente pas non plus de différences majeures avec ce qui existe déjà. Côté photo, Google+ présente les mêmes fonctionnalités que Facebook : création d'album, possibilité de légender les photos, de les commenter et d'y identifier l'un de ses contacts. Google+, petit guide de démarage. Google+ veut interdire les pseudonymes. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurence Girard A peine un mois après son lancement, Google+ essuie sa première polémique.

Google+ veut interdire les pseudonymes

Des internautes se sont vu interdire l'entrée à ce réseau social sous prétexte qu'ils s'inscrivaient sous un pseudonyme. Certains d'entre eux ont même subi dans la foulée la suspension pure et simple de leur compte Google, les privant ainsi de l'accès à leur messagerie Gmail ou au service de blog. Parmi les "refusés", un blogueur qui ne dévoile donc pas son nom mais signe du pseudonyme GrrlScientist. Sur son blog intitulé "Punctuated Equilibrum", hébergé sur le site Internet du quotidien britannique The Guardian, il a raconté sa mésaventure dans un billet posté lundi 25 juillet. Il explique qu'une semaine plus tôt, son compte Google a été totalement suspendu, le système ayant "perçu une violation".

"Horrible transgression" Mais l'accès au réseau social lui restait toujours interdit. Or, pour l'instant, Google a raté le virage du réseau social. Google Plus, la dictature des vrais noms. En obligeant les membres de son réseau social à utiliser leurs vrais noms, Google a commis une grave erreur, analysée ici par danah boyd.

Google Plus, la dictature des vrais noms

Les liens de cet article sont en anglais. Tout le monde parle des“nymwars” [(contraction des termes anglais Anonym et Wars (guerres)], suite à la décision de Google Plus d’appliquer sa politique qui n’autorise que les comptes utilisant le “vrai nom” de leurs utilisateurs. Au départ, Google Plus a été pris d’une frénésie de suppression, éliminant les comptes qui enfreignaient la règle. Quand la communauté a fait part de son indignation, les dirigeants de Google Plus ont essayé d’apaiser leur colère en détaillant leur “nouveau” mécanisme “amélioré” pour appliquer la règle des “vrais noms” (en évitant de supprimer des comptes).

Cela n’a fait qu’intensifier la discussion autour de la valeur du pseudonymat. Des dizaines d’articles de blogs défendant le pseudonymat sont apparus, chacun détaillant ses arguments. Vous noterez qu’une thématique se dégage…