Fichage

Facebook Twitter

Les RG l’ont rêvé, Facebook l’a fait… #oupas. Le ministère de l'Intérieur a dénombré moins de 1000 fausses cartes d'identité l'an passé.

Les RG l’ont rêvé, Facebook l’a fait… #oupas

Ce pour quoi, et au motif de lutter contre l'usurpation d'identité, il a décidé de créer une nouvelle carte d'identité biométrique adossée à un fichier de 60 millions de "gens honnêtes". Le caractère quelque peu disproportionné de ce projet n'a pas particulièrement choqué le philosophe Raphaël Enthoven et l'écrivain et journaliste Brice Couturier pour qui le problème, c'est l'Internet, cette "idéologie dominante" dont je serais l'incarnation... Ce mardi 7 février, Marc Voinchet avait intitulé ses Matins de France Culture "Tous fichés ! Y sommes-nous ? " Claude Guéant va ficher les « honnêtes gens » La création d'un fichier de 45 à 60 millions de "gens honnêtes" sera définitivement validée ce mercredi 1er février, à 14h45, à l'Assemblée.

Claude Guéant va ficher les « honnêtes gens »

MAJ, 19h30 : la création du fichier a été adoptée dans un hémicycle ne comportant qu'une dizaine de députés. Le lobbying du GIXEL, qui regroupe des industriels de l'électronique, n°1 mondiaux des empreintes digitales et des papiers d'identité biométriques, a gagné. La proposition de loi, telle qu'adoptée par les députés, devra néanmoins être rediscutée, en 5ème lecture, au Sénat -qui la refusera-, puis à l'Assemblée -qui l'adoptera, définitivement, en l'état. Carte d'identité sécurisée : face cachée et chiffre voilé. Après l’Assemblée nationale, le Sénat va examiner en deuxième lecture la proposition de loi sur la carte nationale d’identité sécurisée.

Carte d'identité sécurisée : face cachée et chiffre voilé

Un dispositif qui va entraîner à terme le fichage centralisé de 45 millions de personnes qui devront délester leurs données biométriques sur ce titre garni d'une à deux puces. Derrière, se profile cependant le risque d'un fichier de police exploité par données biométriques, dont la reconnaissance faciale. Fichiers croisés, flics infiltrés: les eurogauchistes dans le viseur (part.1)

Les « fauteurs de trouble » qui sévissent lors des principaux sommets internationaux font l’objet d’une attention toute particulière de la part des vénérables institutions de l’Union européenne.

Fichiers croisés, flics infiltrés: les eurogauchistes dans le viseur (part.1)

Il y a quelques mois, avant le sommet du G8 de Deauville, j’avais eu l’occasion de raconter comment les pays membres, via le Conseil des ministres et ses différents groupes d’experts policiers, entendaient créer une base de données croisée pour cibler les troublemakers habitués aux rassemblements anticapitalistes. Statewatch, ONG britannique en pointe sur ce dossier, révèle aujourd’hui un autre volet de cette coopération policière. La dernière analyse de Statewatch (document PDF en anglais) évoque trois de ces projets européens en cours d’élaboration : Fichiers croisés, flics infiltrés: les eurogauchistes dans le viseur (part.2) Si les fichiers policiers ont le vent en poupe, le recours aux méthodes plus traditionnelles de répression policière restent encore d’actualité.

Fichiers croisés, flics infiltrés: les eurogauchistes dans le viseur (part.2)

C’est l’objet d’une autre analyse passionnante de Statewatch, livrée en février dernier (document PDF en anglais), sur des commandos de flics infiltrés pour surveiller ce qui est appelé ouvertement les « euro-anarchistes ». La pratique prévue au sein de l’UE depuis 2000 dans une « convention sur l’assistance mutuelle en matière criminelle ». La nouveauté, si l’on peut dire, c’est d’envoyer des taupes anglaises dans les groupes radicaux allemands, par exemple.

A qui appartiennent nos gènes ? Aux firmes privées, selon une Cour d'appel US... Array.

A qui appartiennent nos gènes ? Aux firmes privées, selon une Cour d'appel US...

Array. A qui appartiennent nos gènes ? Aux firmes privées, selon une Cour d'appel US... - LMOUS 20% des gènes humains sont brevetés. L’écosystème identitaire qui fait ressembler Big Brother à Bisounours. Un « écosystème identitaire » est en voie de définition, qui permettra aux gouvernements et aux acteurs privés de gérer comme bon leur semblera nos « identités fiabilisées ».

L’écosystème identitaire qui fait ressembler Big Brother à Bisounours

Un système face auquel Big Brother fait figure de petit rigolo… La lecture, hier, de l’article de Kristine Schachinger, intitulé Real Names: Google+, Government & The Identity Ecosystem, m’a fortement interpellé ! Kristine y associe de récentes déclarations d’Eric Schmidt, selon qui « Google+ is an identity service », à un document officiel du gouvernement américain, publié au mois d’avril dernier, intitulé « National Strategy For Trusted Identities In Cyberspace » (NSTIC).

En clair, les États-Unis y formalisent un partenariat public-privé pour collaborer à la gestion des « identités fiabilisées » (trusted identities), afin d’accroître le niveau d’identification certaine des individus, des organisations, des réseaux, des services et des dispositifs impliqués dans les transactions en ligne : Kadhafi espionnait sa population avec l’aide de la France. Redoutant sans doute le dispositif de surveillance américain Echelon, Kadhafi s’est tourné, comme d’autres dictateurs, vers les Français pour mettre en place une gigantesque infrastructure de surveillance de sa population, et l’étendue des tehnologies mise à sa disposition commence à apparaitre au lendemain de la chute du dictateur.

Kadhafi espionnait sa population avec l’aide de la France

Le Wall Street Journal ne rate jamais une occasion de taper sur une technologie non américaine. En 2009, ils avaient largement contribué a dénoncer Nokia-Siemens et ses accointances avec le régime Iranien qui avait permis à celui-ci de traquer les malheureux twitters de la « révolution verte », et qui, encore aujourd’hui, fournit au Bahrain une large part de ses technologies de censure et de surveillance. France : Justice : le budget des écoutes a explosé. Elles ont crû de 65% en quatre ans.

France : Justice : le budget des écoutes a explosé

Mal rémunérés, les sous-traitants privés menacent de suspendre leur service. Le marché des écoutes ordonnées par la justice n'a jamais été aussi florissant en France: Le Figaro est en mesure de révéler que les policiers et les gendarmes ont fait réaliser 43.000 interceptions sur des téléphones mobiles et des fixes, à la requête des magistrats et des juges d'instruction, en 2010. C'est 65% de plus qu'il y a quatre ans. La justice ne se contente pas d'épier les conversations des suspects.

Ne souriez pas, vous êtes protégé contre votre gré. Il y a quelques jours, 11 députés (sept de la majorité et quatre de l’opposition) ont permis la mise en place d’un fichier national de la carte d’identité.

Ne souriez pas, vous êtes protégé contre votre gré

Sous couvert de lutte contre l’usurpation et la falsification d’identité (il faut bien des justifications pour annoncer un tel machin), une loi instaure une nouvelle carte d’identité électronique. Cette base « répertoriera les noms, prénoms, sexe, dates et lieux de naissance, adresses, tailles et couleurs des yeux, empreintes digitales et photographies de 45 millions de Français voire, à terme, de l’ensemble de la population« , explique Jean-Marc Manach. ADN : La Grande Bretagne se fiche des innocents. Array. Array. ADN : La Grande Bretagne se fiche des innocents - LMOUS. Fichons bien, fichons français ! L'identification par empreinte digitale est un marché en plein boom. Ses leaders mondiaux sont français... mais ne vendent guère en France. Le gouvernement a donc décidé de sévir. La proposition de loi sur la protection de l’identité, qui va créer un fichier de 45 millions de “gens honnêtes” et de leurs empreintes digitales (voir Vers un fichage généralisé des “gens honnêtes”) ne vise pas qu’à lutter contre l’usurpation d’identité, comme le reconnaît son auteur, le sénateur Jean-René Lecerf :

Renouveller sa carte d'identité pour éviter le fichage. Nous vous le rappelions il y a quelques jours[1], l’été est la saison propice aux lois liberticides. L’Assemblée nationale a ainsi adopté jeudi 7 juillet 2011 le fichage généralisé de la population[2], à une "confortable" majorité de 6 députés contre 4 (1 abstention et 566 absents). Une fois la proposition de loi réécrite par une Commission mixte parlementaire et définitivement approuvée par le Parlement, les cartes d’identité contiendront deux puces électroniques. La première contiendra les données sur le titulaire – y compris biométriques – et la seconde est supposée lui permettre de s’identifier en ligne. Les données, soi-disant protégées par un "composant électronique sécurisé" dans chaque carte, seront également stockées dans un grand fichier national regroupant toutes les informations sur les citoyens, les criminels comme les honnêtes gens. C’est un pas de plus vers l’accomplissement de l’utopie orwellienne.

Fichage de nos déplacements grâce à nos téléphones portables. Betrayed by our own dataMobile phones are tracking devices that reveal much about our lives. One look at our interactive map of data provided by the Green party politician Malte Spitz shows why. Nuclear plants in your neighbourhoodHow many people live near a nuclear power plant in Germany?

How many people lives within a radius of 20 kilometres? PISA based Wealth ComparisonHow do families live these days? ZEIT ONLINE analyzed and visualized the data OECD's comprehensive world education ranking report, PISA 2009. La réforme des fichiers de police: vers de nouvelles dispositions liberticides? » Article » OWNI, Digital Journalism. Virginie Gautron, docteur en droit pénal et sciences criminelles, revient sur un amendement du député UMP Jacques-Alain Bénisti à la loi LOPPSI2.

Après une succession de réformes visant à étendre la liste des fichiers, la gamme des informations collectées et la durée de conservation des données, la lecture des articles de la LOPPSI 2 (art. 11 et suivants) consacrés au sujet déclenche de prime abord un sentiment de soulagement. Hormis l’extension du champ d’application des fichiers d’analyse sérielle aux infractions contre les biens punies de cinq ans d’emprisonnement (au lieu de sept ans précédemment), le texte se contente d’intégrer dans le code de procédure pénale, sans modification particulièrement liberticide, les dispositions de la loi du 18 mars 2003 encadrant jusqu’alors la matière.

Au crédit du législateur, il faut même reconnaître que la loi renforce les dispositifs de contrôle et d’apurement. Google et Facebook déposent une plainte contre la loi française ! Vous paierez bientôt vos impôts avec votre carte d’identité. Heureux ?