background preloader

Le Lehi / grpe Stern

Facebook Twitter
Avraham Stern, créateur de l’Irgoun Tsvai Leumi beIsraël. – epc

1940 Stern gang. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1940 Stern gang

Le Lehi (acronyme hébreu pour Lohamei Herut Israël, « Combattants pour la liberté d’Israël », לח"י - לוחמי חירות ישראל) était un groupe armé radical créé en septembre 1940, qui se fixait notamment pour but l’éviction par la force du Mandat britannique sur la Palestine afin de permettre une immigration sans restriction des Juifs en Palestine et la formation d’un État juif sur toute la Palestine et l’actuelle Jordanie. Dans son combat contre les Britanniques, le groupe tentera sans succès des contacts en 1941 avec les Italiens et avec les autorités nazies[1],[2]. À cette date, le groupe se déclarait notamment « étroitement lié aux mouvements totalitaires européens, par sa conception du monde et ses structures[3] ». L’organisation commettra de nombreux attentats contre les Britanniques, de 1941 à 1948, puis contre les Arabes de Palestine, en 1947-1948.

Idéologies[modifier | modifier le code] GöranBurèn exhume le rapport Heuman. Une affiche de l’Irgun revendiquant la Palestine et la Transjordanie En 1948, le comte Bernadotte –neveu du roi de Suède- tentait d’instaurer un cessez-le-feu entre les troupes arabes de libération et l’ex-Haganah, milice sioniste devenue Armée de défense d’Israël, nouvel Etat créé par les Nations unies, quelques mois plus tôt, sur le territoire palestinien (2).

GöranBurèn exhume le rapport Heuman

Il condamnait « le pillage sioniste à grande échelle et la destruction de villages sans nécessité militaire apparente » (3) et proposait un plan de partage du territoire palestinien qui ne convenait pas aux dirigeants israéliens de l’époque et encore moins aux groupes sionistes extrémistes Lehi et Irgoun. Folke Bernadotte Le groupe terroriste juif Lehi -plus connu sous le nom de Groupe Stern- avait décidé de tuer Bernadotte.

Walter Guinness, lord Moyne Le 17 septembre 1948, une embuscade fut tendue au médiateur de l’ONU dans le secteur juif de Jérusalem. Avraham Stern Yitzhak Shamir André Sérot Gilles MUNIER Yehoshoua Cohen (2) U.N. Histoire du Terrrorisme israélien après 1945.

HISTOIRE DU TERRORISME ISRAELIEN APRES 1945 Mise en ligne par VERITEPALESTINE sur YOUTUBE le 24 juin 2011 Documentaire de la BBC (commenté en arabe, sous-titre en français) nous relate l’histoire du terrorisme israélien après 1945. On y découvre les pires terroristes au monde : les israéliens. – epc

Groupe Stern archives britaniques. Les terroristes sionistes, qu’ils soient armés d’un fusil, d’un stylo ou même simplement de leurs langues de vipères, ont un discours bien huilé sur les étapes de leur projet colonial ainsi que sur la phase décisive qui a amené à la proclamation d’un Etat juif sur le sol palestinien. Le problème est que ce discours est un tissu de mensonges et que la vérité comme mue par une volonté autonome n’a de cesse de se manifester pour de faire connaître. On sait le travail accompli en ce sens par les historiens Palestiniens ou autres ainsi que par les militants de la cause de la Palestine. Beaucoup reste à faire cependant, notamment pour propulser les résultats de ce travail dans le discours ordinaire des médias et pour en faire l’arrière-fond obligé de toute réflexion publique sur la question palestinienne. Les autorités britanniques avaient prévu la guerre – et la défaite arabe – en Palestine en 1948 Par Richard Norton-Taylor, The Guardian (UK) 26 avril 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri.

17/09/1948 Assassinat du comte Bernadotte. Par Gilles Munier L’écrivain Göran Burén a effectué des recherches dans les archives nationales suédoises déclassifiées en 2000.

17/09/1948 Assassinat du comte Bernadotte

Il révèle dans The Washington Report on Middle East Affairs (1) que le comte Folke Bernadotte, médiateur de l’ONU pour la Palestine en 1948, a bien été assassiné à Jérusalem avec la complicité du gouvernement israélien. En 1948, le comte Bernadotte – neveu du roi de Suède - tentait d’instaurer un cessez-le-feu entre les troupes arabes de libération et l’ex-Haganah, milice sioniste devenue Armée de défense d’Israël, nouvel Etat créé par les Nations unies, quelques mois plus tôt, sur le territoire palestinien (2). Il condamnait « le pillage sioniste à grande échelle et la destruction de villages sans nécessité militaire apparente» (3) et proposait un plan de partage du territoire palestinien qui ne convenait pas aux dirigeants israéliens de l’époque et encore moins aux groupes sionistes extrémistes Lehi et Irgoun.

1950 EGYPTE Affaire Lavon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1950 EGYPTE Affaire Lavon

L'affaire Lavon est le nom d'un important scandale politique israélien des années 1950. L'« opération Susannah » visait à brouiller les relations entre le gouvernement égyptien et les gouvernements occidentaux en particulier américain et britannique, et plus spécifiquement à empêcher l'application de l'accord anglo-égyptien sur le retrait des troupes britanniques de la zone du canal de Suez, retrait qui supprimait une barrière à une éventuelle attaque militaire égyptienne contre Israël. L'opération Susannah[modifier | modifier le code] Meir Max Bineth Pour ce faire, le colonel Binyamin Gibli, le chef du Aman, organisa des attentats à la bombe contre des intérêts égyptiens et occidentaux, attentats qui devaient être attribués à des nationalistes égyptiens, afin de « miner la confiance occidentale dans le régime égyptien en générant de l'insécurité publique[1] ».