background preloader

#NuitDebout

Facebook Twitter

Ma Voix – Hacker l'Assemblée Nationale en juin 2017. Nuit Debout sur Internet : les liens, les adresses. Twitter et Periscope Twitter est sans conteste l’un des réseaux sociaux les plus utilisés pour relayer l’information du mouvement social installé à Paris depuis jeudi 31 mars. Le compte Nuit Debout, suivi par 22 500 personnes, est le point central renvoyant vers tous les autres comptes Twitter créés pour chaque ville organisatrice. Des comptes jour par jour sont aussi créés, par exemple #40Mars pour le 9 avril, et ainsi de suite. A suivre également, le compte de la compagnie Jolie Môme, source d’information régulière sur l’organisation du mouvement (reportage sur Jolie Môme ici).

Et le compte Printemps Social. Quant à Periscope, l’application de Twitter permettant de visualiser des vidéos partagées en direct, il est conseillé de suivre Rémi Buisine. Facebook Très utilisé par le mouvement, les pages sur Facebook servent plutôt à l’organisation. C’est sur la page officielle de la Nuit Debout qu’il est possible de trouver l’événement organisé près de chez soi. Radio Debout et Tv Debout Carte. Sans titre. Le mouvement «Nuit Debout» ne cesse de prendre de l'ampleur. Alors qu'il se développe dans la plupart des villes de France, une radio et une télévision «Nuit Debout» ont vu le jour à Paris avec l'objectif de «réinvestir les médias traditionnels». Ce sont des journalistes de France Culture et de France Inter qui sont à l'initiative de «Radio Debout».

«L’idée est venue d’Alex et Bastien, tous deux de Radio France. Ils ont apporté le matériel. En savoir plus : Après Paris, le mouvement «Nuit Debout» fait tache d'huile (IMAGES) La radio qui est audible sur internet, a émis pour la première fois le 7 avril. Sur le site qui héberge la radio, il est également possible de réagir en direct grâce à une option tchat. Lire aussi : Paris : «Nuit Debout» empêche l'évacuation des migrants de Stalingrad par la police (PHOTOS) «Radio Debout est avec vous !» «Nous sommes reliés aux micros de la tribune, le son est donc de bonne qualité, et nous suivons l’AG. «On réinvestit les médias traditionnels» #NuitDebout : nous ne revendiquons rien, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 29 mars 2016) Au point où nous en sommes, il faut être épais pour ne pas voir qu’il en va dans les mouvements sociaux actuels de bien plus qu’une loi et ses barèmes d’indemnités.

Mais l’épaisseur, en tout cas en ce sens, c’est bien ce qui manque le moins à ceux qui nous gouvernent et à leurs commentateurs embarqués. Aussi tout ce petit monde continue-t-il de s’agiter comme un théâtre d’ombres, et à jouer une comédie chaque jour plus absurde, les uns affairés à peser au trébuchet leurs concessions cosmétiques, les autres leurs gains dérisoires, les troisièmes à faire l’éloge du raisonnable ou à préparer gravement « la primaire ». Et tous se demandent quelle est la meilleure couleur pour repeindre la clôture du jardinet qu’ils continuent d’entretenir sur les flancs du volcan déjà secoué de grondements. Lire aussi Sophie Béroud, « Imposture de la démocratie d’entreprise », Le Monde diplomatique, avril 2016. Et pas seulement celle-là. Nuit Debout Nantes - Suivez le Mouvement. #nuitdebout. "Nuit debout" : les 8 gestes à connaître pour participer aux débats.

Assis en cercle, sur la Place de la République, lundi après-midi, ils sont quelques dizaines à préparer l’Assemblée Générale du soir. Sur le modèle des "indignés" espagnols, le rassemblement "Nuit Debout", né dans la continuité du mouvement de contestation contre la Loi Travail, entend bien reconquérir l’espace publique et démocratique. Alors depuis jeudi 31 mars, ils se regroupent, à Paris, Toulouse, ou Clermont-Ferrand, pour échanger des idées, et tenter de structurer un mouvement. "C’est une expérience qui se rapproche beaucoup du mouvement des "indignés" ou "Occupy", explique Rémy, 23 ans, étudiant en sociologie.

"Il y a des idées nouvelles qui surgissent et surtout un espoir. Les assemblées suivent ainsi un code bien précis, avec une gestuelle qui facilite la sérénité des débats. Depuis 2011, Rémy suit de près le mouvement espagnol, et son évolution sur la scène politique. #NuitDebout. Pour les orateurs de la Nuit debout, l’occasion de s’exprimer. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Violaine Morin À l’assemblée générale de la Nuit debout, n’importe qui peut parler.

Mais selon des règles strictes : la modératrice de la soirée contrôle les « temps de parole », pas plus de trois minutes chacun. Les intervenants sont inscrits sur une liste et doivent attendre leur tour. Au micro défile ce « peuple de gauche » qui n’en finit plus de dire son sentiment de trahison : des profs, des étudiants, des grand-mères soixante-huitardes, des poètes et des anarchistes. Un flot continu, pendant plus de cinq heures, vient se déverser tous les soirs place de la République à Paris. Lire aussi : Que peut devenir le mouvement Nuit debout ? Libération de la parole Car ce que l’on dit, on le redit beaucoup : que la France va mal, que l’injustice sociale ne cesse de grandir, que la classe politique est déconnectée du peuple. Guillaume, un étudiant de 21 ans, a lu un texte de son cru, chapeau sur la tête et petit papier plié en six dans les mains. Bienvenue sur Convergence des luttes - Convergence des luttes.

Economistes atterrés. Transition. #occupy/2016 France #nuitdebout. #Paris. Occupy France. Anonymous. INDIGNONS-NOUS. #NuitDebout: les «Noctambules» vont-ils bousculer le débat public français? Depuis une semaine, des «Indignés à la française» occupent la Place de la République. L'amorce d’un mouvement de contestation sociale de plus grande ampleur? Plus d’une centaine d’heures d’occupation de la Place de la République et les questions fusent. Qu’est-ce que #NuitDebout? Une révolte? Une révolution? Le mouvement, qui a encore été évacué au petit matin ce mardi 5 avril par la police, suscite des interrogations et une forme d’incrédulité. #NuitDebout est né à l’issue de la dernière manifestation contre la loi Travail, le 31 mars. Déclassement, précarisation et inégalités L’organisation est autogérée, tournante et plutôt bien rodée. La capacité du mouvement à poser de nouvelles questions dans le débat public sera la clé de son éventuel succès La politique ne se résume pas aux enjeux électoraux Cette question animait, voici une quinzaine d’années, les mouvements politiques qui contestent le néolibéralisme.

Une bataille idéologique et culturelle Slavoj Zizek Gaël Brustier. Nuit Debout : "On passera au mois d’avril quand on l’aura décidé!" Il est 19 heures en ce lundi 4 avril et la place de la République profite des derniers rayons de soleil. Peu de gens autour de la statue, mais une foule compacte se regroupe un peu plus loin du côté du boulevard Voltaire. Une Assemblée générale s’organise. De nombreuses personnes sont assises par terre, au centre un jeune homme à lunettes qui parle dans un mégaphone. A l’extérieur du cercle, difficile d’entendre l’orateur.

Louise était là la veille. Sur la place, c’est vrai, beaucoup de monde passe par curiosité. Plusieurs cars de CRS sont garés le long de la place, les sirènes de leurs camions rythment la soirée. Une AG difficile à écouter C’est maintenant au tour d’un homme un peu plus âgé de se saisir du mégaphone. Juste à côté de l’AG, la cantine du campement est en ébullition. “Hier la pluie en a découragé certains mais il y avait quand même énormément de monde.

Quelques heures avant le démantèlement du camp, les militants de Nuit debout ne semblent pas inquiets. Nuit debout : "Toute notre vie, il va falloir assumer ce que l’on est en train de faire” #NuitDebout : « Nous étions endormis et nous nous réveillons » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Annick Cojean Est-ce l’amorce d’un mouvement qu’ils rêveraient « lame de fond » ou peut-être « déferlante » ? Est-ce l’annonce d’un « sursaut citoyen » qui mettrait dans la rue des Français de toutes conditions avides de protester et débattre, en criant leur défiance abyssale envers leurs élus et envers un système ? Est-ce le prélude d’un processus dit « révolutionnaire » ? Le mot ne fait pas peur au millier de jeunes gens réunis place de la République dans la nuit du 1er avril. Au contraire, il les exalte, les renforce, les unit. Il marque leur ambition, un horizon bien plus large que la simple abrogation de la fameuse « loi travail » et qui a le mérite de les associer pêle-mêle au printemps arabe, au mouvement « Occupy Wall Street », et aux « indignés » de toute sorte, particulièrement ceux d’Espagne à l’origine de Podemos.

Quelle jubilation quand ils prononcent ce mot ! La convergence des luttes Mais la révolution ne s’improvise pas en un jour. Devenir community manager de #NuitDebout en 5 leçons. Près de 350 tweets ou retweets par jour. C’est ce qu’a publié le compte Twitter @NuitDebout depuis sa création le jeudi 31 mars. L’animation des réseaux sociaux du mouvement #NuitDebout n’a rien à envier à une boîte spécialisée dans les « social media ».

Le nombre d’abonnés suit : ils sont aujourd’hui plus de 17 000 internautes à suivre #NuitDebout sur Twitter et près de 34 000 sur Facebook. Aux manettes : une dizaine de personnes qui constituent le pole « media center ». Accepter de ne pas être au cœur de l’action S’occuper des réseaux sociaux, ça nécessite une bonne connexion wifi et des ordinateurs. . « Nous changeons d’endroits régulièrement. Pour se stabiliser, ils font des appels à solidarité sur Twitter et trouvent refuge chez des particuliers. . « C’est très enthousiasmant de relayer ce qui se passe sur les réseaux sociaux mais c’est aussi très frustrant de ne pas être physiquement présent. Ne pas parler au nom d’une personne en particulier Ils diffusent peu de contenus propres.

"On vaut mieux que ça": quand la France qui galère trop prend la parole. La goutte d'eau qui fait déborder les Internets. Depuis qu'il a été dévoilé, l'avant-projet de réforme du code du travail porté par Myriam El Khomri donne lieu à une mobilisation sociale 2.0 sans précédent. Sur Twitter en particulier, des milliers d'anonymes se mobilisent sous les hastags #LoiTravailNonMerci et surtout #OnVautMieuxQueCa. Derrière ce dernier, ils racontent les absurdités de leur arrivée sur le marché du travail, leur conditions de travail parfois harassantes, voire humiliantes, et qui se détériorent.

Face à un gouvernement socialiste qui avait promis, pour arriver au pouvoir, d'interdire les licenciements abusifs et de sanctuariser les 35 heures, et contre un projet de loi dont ils perçoivent souvent qu'il est porté par des politiques déconnectés des réalités du marché du travail, les "sans-voix" se font entendre, de plus en plus fort. "Une manière de se lâcher sur des injustices vécues" Initiatives - Actions -Expériences. Histoire de la Fin de la Croissance.