background preloader

Comportement et attitude

Facebook Twitter

Changer un comportement ?

Comportement d'achat. La clé de la réussite : politesse et savoir-vivre. Culture et jeunesse Rédigé par : Roula Nasrany.

La clé de la réussite : politesse et savoir-vivre

Avant-propos « Où sommes-nous aujourd’hui des habitudes de parfaite urbanité ? » Voilà une question qui se pose sur l’esprit de chacun de nous… Cet article, sorte de traité de politesse, est mis au service des jeunes pour les éclairer plus tard dans leur marche à travers le monde, leur inspirer dès à présent le goût de la bienséance et leur en faire connaître les usages, si négligés de nos jours ! Il donnera aussi quelques principes civiques et le goût de défendre les valeurs essentielles : patriotisme, dignité et fraternité. À noter que cette page (réalisée avec l’aimable collaboration de ma collègue Roula NASRANY) est une sorte de synthèse. Manier les couverts — Le couteau : le saisir fermement. Écouter Parler Téléphoner Écrire Présenter des vœux Faire-part Remercier Présenter des excuses Se conduire Solliciter un emploi — Rédiger un c.v.

Rendre une visite Faire un cadeau Se tenir à table Vivre en public Avec la nature. Le respect est la clé du bonheur, pas l'argent. On le savait déjà concernant les pays: le niveau de richesse d'une nation (PIB) ne détermine pas le niveau de bien-être de ses habitants (étude World values Survey, 2004). Désormais, on le confirme aussi au niveau individuel: le statut socio-économique d'une personne n'est pas un facteur de satisfaction dans sa vie. Par contre, ce qui est déterminant pour le bonheur de tout un chacun est le «statut sociométrique», à savoir la place que nous occupons, l'image que nous avons, et surtout le respect que nous faisons naître dans nos groupes sociaux dits «de face-à-face», à savoir nos collègues, voisins ou, si nous sommes encore étudiants, nos copains de fac.

Des chercheurs en psychologie sociale de l'Université de Berkeley, menés par Cameron Anderson, viennent de parvenir à cette conclusion après avoir mené pas moins de quatre expériences, dont une analysant le lien entre le sentiment subjectif de bien-être et le statut sociométrique dans un groupe de pairs. » Le bonheur est contagieux. Une commune prend un arrêté pour obliger les gens a dire bonjour, le maire s'explique - Société.

Préjugés, stérétoypes, clichés

CNV Com non violente. Comportement - interaction. La spirale de Don Beck : êtes-vous bleu, rouge ou vert ? Inventée dans les années 1960 par le psychosociologue américain Clare W.

La spirale de Don Beck : êtes-vous bleu, rouge ou vert ?

Graves, elle a été popularisée trente ans plus tard par son élève Don Beck, autant en psychothérapie que dans le management ou la diplomatie. Elle découpe l’évolution de la conscience en stades successifs, symbolisés par des couleurs et représentant les étapes par lesquelles tout le monde passe nécessairement. Le nourrisson est entièrement mû par ses pulsions vitales – comme les hordes primitives. Le petit enfant découvre la magie du monde – comme les tribus chamaniques. Il affirme ensuite son ego avec agressivité – comme les royaumes guerriers. Bien des problèmes, personnels ou collectifs, viennent de ce que les humains n’en sont pas aux mêmes stades et qu’il est impossible de brûler les étapes.

Mais cet arc-en-ciel se retrouve aussi à l’intérieur de chacun de nous. Le jaune, pour sortir de l’impasse. Des attributions causales aux imputations de responsabilité. Comment expliquons-nous nos conduites ?

Des attributions causales aux imputations de responsabilité

Comment s’évalue-t-on ? Quelles vont être les hypothèses que l’on mobilise dans notre psychologie quotidienne pour nous représenter nous même et les autres ? L'erreur fondamentale d'attribution - Les Amphis de France 5. L'erreur fondamentale d'attribution Ce sujet sera abordé de deux façons complémentaires :

L'erreur fondamentale d'attribution - Les Amphis de France 5

FJB_Barometre_Numero_1.pdf (Objet application/pdf) Affi-egal-2nd.jpeg (Image JPEG, 454x640 pixels) - Redimensionnée (99%) Observatoire des inégalités. Observatoire des inégalités. 6 janvier 2013 Les inégalités et les discriminations, chacun sait à peu près ce que c’est...

Observatoire des inégalités

Le contraire de l’égalité, le traitement différent des personnes en raison de leur couleur de peau, de leur sexe. Mais bien souvent, cela reste assez vague. Pour aider à mieux comprendre ces phénomènes, l’Observatoire des inégalités propose une pochette de quinze fiches pédagogiques rédigées dans un langage clair. Interrogeons nos préjugés pour faire changer les choses ensemble ! Découvrez les quinze fiches illustrées de notre pochette pédagogique ainsi qu’une nouvelle de Julia Billet, La Vie devant soi, un lexique et un livret de 10 jeux sur les discriminations réalisé par l’Afev (Association de la fondation étudiante pour la ville).

Cette pochette est faite pour aider à mieux comprendre d’où viennent ces inégalités et ces discriminations, quels sont les progrès réalisés, ou au contraire pourquoi ça n’évolue pas... Chaque fiche de la pochette aborde un type d’inégalités : MONDE : Les Belges préconisent l’humour contre les discriminations. 25.04.2012Par Michèle Jacobs-HermèsDes stéréotypes bêtes et méchants, on en a, tous et toutes, entendu çà et là dans les conversations de tous les jours.

MONDE : Les Belges préconisent l’humour contre les discriminations

Je me lance, même si je prends le risque de heurter certains de nos téléspectateurs et internautes chéris… Mais, vous l’aurez compris, c’est pour la bonne cause. Citons deux fleurons dont l’usage n’est que trop fréquent : "il est saoul comme un Polonais”, "il est avare comme un Hollandais”… (tiens, on ne parle que d’hommes !) Quant aux histoires belges, discriminatoires à souhait, elles ont longtemps fait hurler de rire les Français, au point que, quand je circulais en voiture dans Paris il y a 20 ans, je voyais des passants s’esclaffer en voyant ma plaque d’immatriculation aux chiffres rouges sur fond blanc. C’est donc une traumatisée qui vous parle. Mais je me suis soignée depuis, rassurez-vous… "la discrimination s’arrête ici”.