background preloader

#ClavEd

Facebook Twitter

Le web 2.0 : des outils pour appuyer l'enseignement et des outils pour faciliter la productivité. by Olivier Chartrand on Prezi. Esprit critique et TIC · jpperro. Éduquons à l’esprit critique, pas au mépris du travail des autres. Un professeur se vante d’avoir trompé ses élèves en leur fournissant de mauvaises informations sur internet… reprises ensuite par ces derniers.

Éduquons à l’esprit critique, pas au mépris du travail des autres

Je ne voulais pas réagir (d’autant que certains l’ont très bien fait) mais plusieurs amis m’ont demandé ce que j’en pensais : voici donc un court billet sur la question. Le sujet me touche d’autant plus que je suis issu de ce milieu de profs, que j’estime beaucoup pour sa curiosité, ses connaissances, son ouverture, son désintéressement. Je suis donc chagriné de constater un tel comportement, bien loin des valeurs de ce milieu. Non, cela ne m’amuse pas. Et cela me semble même indiquer de gros problèmes à divers niveaux de notre société. *Des profs obligés de prouver qu’ils sont plus compétents que leurs propres élèves ? La première réaction est d’être extrêmement surpris qu’un prof soit obligé de faire appel à de tels guet-appens… Soit les élèves repompent des sites de manière évidente et point n’est besoin de leur tendre des pièges. Like this: Comment j’ai nourri le web. Une expérience réussie J’ai beaucoup ri en lisant l’article Comment j’ai pourri le web.

Comment j’ai nourri le web

J’ai ri d’un rire primesautier, sans trop porter d’attention à l’objet de ma lecture, une parmi tant d’autres lors d’un mercredi après-midi. Plaidoyer pour une rencontre entre la culture populaire et la culture élitiste. Je lis et entends depuis quelques jours des gens qui s’indignent, qui s’irritent même face aux jeunes supposément «ruinés par les réseaux sociaux».

Plaidoyer pour une rencontre entre la culture populaire et la culture élitiste

Ils ciblent leur désarroi en lien avec leur manque d’intérêt pour la formation académique et la culture savante, leur emprisonnement dans une culture de masse qui serait aussi pauvre que désolante. Il faudrait peut-être les inviter à se familiariser avec le concept de Cultural Studies! Je fais ici surtout allusion aux déclarations répétitives de Lucien Francœur* sur tous les médias qui acceptent de prêter attention à ses propos que je qualifierai poliment de conservateurs. Je pense aussi à cet enseignant dans un lycée en France qui se vante allègrement d’avoir piégé ses élèves**. La passion de connaître Je pense aussi à Jean-Yves Fréchette, ce prof à la retraite du Collège François-Xavier-Garneau de Québec qui, bien des années avant Facebook et Twitter, avait créé une communauté culturelle de savoir et de partage avec ses élèves sur le Web.

Les nourritures numériques. «Comprendre, c’est se sentir capable de faire. » André Gide, Les nourritures terrestres.

Les nourritures numériques

Comment j’ai pourri les livres ! et mes profs ! Cette histoire est presque totalement inventée.

Comment j’ai pourri les livres ! et mes profs !

(J’aurais reçu ce texte sous forme de mail anonyme) Avec plusieurs amis de la classe de seconde de mon lycée, nous en avons eu marre de cette suspicion permanente des profs, des adultes à notre égard. On ne serait que des copieurs, des plagieurs, des tricheurs. Certes, à plusieurs reprises, j’ai emprunté des chemins détournés pour obtenir la reconnaissance scolaire sans pour autant faire les efforts demandés. Méthodologie documentaire. Il a pourri le web, mais je ne crois pas qu'il a conclu correctement. Petit billet tout simple pour une situation pédagogique intéressante et les réactions qu'elle a provoquées...

Il a pourri le web, mais je ne crois pas qu'il a conclu correctement

Il est ici question, de plagiat, du rôle de l'école par rapport aux TIC, du manque d'éducation aux médias et peut-être du manque de recul des enseignants. Tout à commencer avec un prof qui a constaté, comme beaucoup, que ses étudiants plagiaient sur Internet. Il a donc décidé de pourrir le Web, de le remplir de faussetés et de donner un travail à ses étudiants en lien avec ces faussetés. Évidemment, les étudiants ce sont fait piéger. Cet enseignant a raison, les étudiants sont incompétents et ne savent pas comment bien utiliser le Web et les TIC. Ce premier billet, très intéressant, est ici. La conclusion de l'auteur par rapport à cette supercherie très bien organisée est la suivante: Claved.wordpress. ClavEd du18 avril: ClavEd et politique « Alors que les discussions des prochaines semaines se préparent, la question se pose pour la première fois, à notre connaissance : quelle place pour les « débats politiques » lors des ClavEds?

ClavEd du18 avril: ClavEd et politique «

Parce que liée au bien commun et à la responsabilité de l’État, l’éducation est (aussi) une question politique. Comme « espace d’échange et de réflexion sur des pratiques, des outils et divers enjeux liés à l’éducation », le ClavEd aborde plus ou moins directement cette dimension dans la mesure où certains sujets proposés par la communauté sont aussi l’objet de débats publics. Pensons, notamment au Québec, à la hausse des frais de scolarité, à l’implantation de l’anglais intensif en 6e année ou à l’évaluation des enseignants.

Le ClavEd est un espace ouvert et collaboratif, appartenant à la communauté qui lui donne vie par sa participation et son animation.