background preloader

Approche epistemologiques et conceptuelles

Facebook Twitter

L’océan domestiqué : les aquariums comme dispositifs d’extension de l’Ecoumène. « Bienvenue ! Venez découvrir votre lien aux animaux, aux plantes, à l’environnement de la baie de Monterey et protéger avec nous les océans pour les générations futures ». L’aquarium de la baie de Monterey, ouvert en 1984 sur la côte californienne, attire aujourd’hui plus de deux millions de visiteurs annuels qui viennent y explorer la vie sous-marine de la baie qui les entoure. À l’entrée de l’institution, où est affichée cette invitation, un banc de dauphins à flancs blancs en acrylique semble bondir vers le Pacifique, à quelques mètres de là. À droite, « la baie extérieure » et une demande, formulée au passage du seuil : « Ici, les étonnantes méduses sont chez elles, dans un monde très différent du nôtre.

Approchez-vous et observez ». Si les océans et les masses d’eau douce couvrent une majorité de la surface terrestre et forment un monde d’une grande variété, des fonds abyssaux aux milieux amphibies des côtes, ils restent difficilement accessibles. 1. 1.1. 1.2. 2. 2.1. 2.2. 3. L’invention des océans. Comment l’Europe a découpé et nommé le monde liquide. Comme l'écrit l’Encyclopædia Universalis dans son introduction de l’article « Océans et mers » [1], « On sait qu’il existe trois grands océans… ». Ces étendues bleues de nos planisphères complètent ainsi le puzzle des continents. Si l’on prenait au pied de la lettre la vieille expression de « partie du monde », on devrait mettre sous ce terme les cinq continents (plus l’Antarctique) et les trois océans (plus les deux polaires).

L’association est justifiée, car les découpages océaniques sont tout autant conventionnels que ceux des terres émergées ; ils ont la même histoire, une genèse essentiellement européenne. Le processus de découpage et de nomination des océans fut même plus tardif et reste d’ailleurs, logiquement, plus fluide. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que la trilogie Atlantique-Pacifique-Indien s’est définitivement imposée dans les atlas, les planisphères, les formulaires administratifs et les prospectus d’agences de voyage. Ouvrages utilisés : Un océan universel 2. 3. Festival International de Géographie 2009 Mers et Océans : les géographes prennent le large. La Méditerranée, un modèle spatial de référence. 1. Les "mensurations" d'une méditerranée 2.

Un espace articulé 3. La Méditerranée, réalité unique ou modèle universel ? Le concept de "méditerranée" a été érigé en modèle spatial pour caractériser d'autres espaces dans le monde. Les exemples les plus connus sont la Méditerranée caribéenne et la Méditerranée asiatique. Lors d'un colloque organisé à la Maison de la Géographie à Montpellier sur le concept de "méditerranée", et dont les actes ont été publiés dans la revue L'Espace Géographique en 1995, certains participants avaient même défendu l'idée que l'Océan Indien pouvait être considéré comme une méditerranée.

Considérer l'Océan Indien comme une méditerranée avait été rejeté par la plupart des géographes présents au colloque de Montpellier. Les "mensurations" d'une méditerranée Quelles sont les "mensurations" idéales d'une méditerranée ? Les dimensions d'une méditerranée ne doivent être ni trop grandes, ni trop petites. Un espace articulé. Vanney, Jean-René, Géographie de l'océan Global: Collection Géoscience, Editions scientifiques GB, XXVI+335 pages, 8 plates, 55 euros, ISBN 9 0569933 13. A propos du concept de méditerranée. Expérience géographique du monde et mondialisation. « Après la Méditerranée, lac entouré de petits pays, après l’Atlantique, canal entre deux continents, l’immense Pacifique est devenu un centre économique et politique, une mer intérieure, mais aux dimensions de l’activité moderne ; car la vapeur et le mazout, en attendant l’aviation, ont réduit pratiquement le Grand Océan, un tiers environ de la surface terrestre, à l’étendue de l’Atlantique au début du XIXe siècle et presque de la Méditerranée au temps des galères. »P.

Privat-Deschanel, 1930, p. 278 1La conceptualisation du terme méditerranée fait débat, et même la grande mise au point de L’Espace Géographique en 1995 ne semble dégager que quelques rares points fixes. Tels sont peut-être les « modèles de méditerranées » de R. 2Certains en 1995 (H. Béguin, P. 1 En admettant que l’anachronisme qui consiste à user du terme mondialisation pour cette période soi (...) 4 Même si R. 8Ce privilège historien trouve peut-être sa raison d’être dans notre perception de la Méditerranée. 7 K. Approche dynamique du déroulement d’activités humaines en mer côtière. 1La singularité de la zone côtière par rapport aux espaces continentaux tient à sa position unique à l’interface entre l’atmosphère, la terre et l’océan. Cette situation génère des systèmes diversifiés, généralement productifs qui présentent un attrait important pour les sociétés humaines.

Ainsi la mer côtière, frange marine de la zone côtière, est le siège d’une multitude d’activités : navigation commerciale, pêches professionnelles, extraction de matériaux, forages off-shore, aménagement de récifs artificiels ou d’éoliennes en mer, aquaculture marine, rejets en mer, activités de loisir (tourisme, nautisme, pêche de loisir)… Ces activités consommatrices d’espaces et de ressources peuvent avoir un impact sur le fonctionnement et la qualité du système côtier (dégradation des milieux et des paysages, appauvrissement des ressources, pollutions telluriques et maritimes…). Figure 1 : Typologie des activités humaines en mer côtière, d’après (Cicin-Sain & Knetch 1998) Les statistiques. La haute mer : un espace aux frontières de la recherche géographique.

1L’océan a longtemps été perçu comme une frontière et est encore considéré comme tel dans les recherches en géographie. Il est pourtant un lien pour les sociétés et aussi pour la géographie un pont intra et interdisciplinaire. Une des principales difficultés pour analyser l’océan tient à la nature propre de cet espace (liquide) et à son immensité qui lui confèrent une forte altérité. C’est un espace physique complexe qu’il est nécessaire de saisir car prédominant même si on ne peut se vouloir déterministe. Malgré le caractère changeant et mouvant de l’espace maritime une certaine permanence des phénomènes montre la dualité de ce milieu que l’on retrouvera fréquemment.

L’océan est également un espace aux multiples ressources et par conséquent aux nombreux enjeux. « L’océan est désormais conçu comme un espace technique, stratégique, économique, juridique et même touristique » (Vanney, 1991, p. 11). Illustration 1 - La mise en place d’un espace multidimensionnel Un terrain difficile. Du littoral à la haute mer :quelles recherches récentes en géographie ? 1La littoralisation croissante du peuplement et des activités, de même que l’importance des phénomènes d’érosion ou de submersion côtières, amenés à s’intensifier avec le changement climatique, rendent les recherches sur la mer et le littoral de plus en plus nécessaires et socialement utiles.

En effet, elles permettent de répondre à de multiples enjeux, qui sont autant défensifs et économiques qu’écologiques, sociaux ou patrimoniaux. Ces enjeux s’analysant conjointement, il paraît souhaitable de réunir une fois par an des géographes « littoralistes » de différents horizons et de différentes sensibilités et spécialités appliquées au littoral. 2La « commission de géographie de la mer, des côtes et des îles » - émanation du Comité National Français de Géographie - a été créée à cette fin il y a plusieurs décennies. 3La première journée a été consacrée à une excursion instructive et chaleureuse sur l’île de Molène.

Illustration 1 – Vue sur l'île de Molène depuis l'îlot de Lédénez Vraz. Article. Le titre de mon propos retenu par les organisateurs de ce festival a une signification chronologique évidente. Il désigne une période assez récente qui prend son origine au milieu du XIX s., quand on a commencé à avoir une connaissance scientifique de l’océan, un peu avant la naissance de l’océanographie que l’on fait coïncider, par commodité, avec la grande expédition britannique du autour du monde de 1872 à 1876. Le milieu du XIXe s. est aussi la naissance de la géographie moderne, en tant que discipline autonome, dégagée de l’astronomie et de la cartographie auxquelles elle était assimilée depuis l’antiquité. Les sociétés de géographie apparaissent dans la première moitié du siècle et sont surtout préoccupées par l’exploration, les découvertes et les récits de voyages.

Ainsi, il existe une quasi-simultanéité entre la naissance de la géographie moderne et les débuts de la connaissance scientifique de l’océan. A/ Le rôle direct de quelques géographes 1/ Le cas de l’Allemagne N.