background preloader

Bilan quinquennat Sarkozy

Facebook Twitter

Avis d'experts sur le bilan de Nicolas Sarkozy.

Un mauvais bilan

Promesses non tenues. Avis des français(e)s. Bilan de 5 années de présidence Sarkozy et maj prés UMP. Fiscalité et taxes. Ce qu'a défait Nicolas Sarkozy ? Enseignement supérieur : le bilan du quinquennat Sarkozy. Fiscalité : Les gagnants et les perdants du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Sarkozy 2007-2012. De Madrid, Nicolas Sarkozy contre-attaque sur le Triple A et accuse l’opposition d’agitation. Nicolas Sarkozy ne veut pas se laisser déstabiliser par la perte du triple A de la France décidée par Standard and Poor's.

Il a ainsi contre-attaqué, lundi 16 février, à Madrid, lors de sa conférence de presse aux côtés du président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. Le chef de l’Etat sait qu’il sera interrogé sur le sujet et le décrochage de la France par rapport à l’Allemagne. Il a préparé son coup et refuse de répondre au journaliste. « Vous n'avez peut-être pas eu les dernières informations ? Donc pouvez-vous me poser une autre question avec les dernières informations ? », demande M. Traduction, le chef de l’Etat veut qu’on donne autant de poids à la décision de Moody’s, qui ne prendra pas de décision sur la France avant avril. L’occasion était rêvée, alors que le roi d’Espagne Juan Carlos avait remis à Nicolas Sarkozy dans la matinée les insignes de chevalier dans l’ordre de la toison d’or.

"Il faut agir tout de suite" M. Cette entrée a été publiée dans Actualité. Le bilan de la politique culturelle sarkozyste: un naufrage. Le bilan du quinquennat de Sarkozy ne pourra pas faire l’économie d’une réflexion sur sa politique culturelle. Mais en a-t-il d’ailleurs vraiment eu une, déployée sous la forme d’un projet clair et cohérent ? Comment à la fois définir et évaluer la vision sarkozyste d’une politique culturelle, qui se rétracte dès lors qu’on tente d’en saisir les contours ? Frédéric Martel, producteur de l’émission Soft Power sur France Culture, se livre à un exercice de démontage sévère de ce “sarkozysme culturel” informe. Pour lui, “la culture au sens large est l’une des dérives graves du quinquennat, qui n’en manque pourtant pas – et le pêché originel du sarkozysme”. Sarkozy maîtriserait bien mieux qu’on ne le croit les questions culturelles, en les “combinant à une stratégie de communication habile, à une puissance médiatique hors du commun, à un réseau de patrons de presse intéressés, et à un travail de longue haleine sur les images et internet”.

Jean-Marie Durand. Bilans thématiques. Luc Ferry: le bilan de Sarkozy est «extraordinairement mince» Le président délégué du Conseil d'analyse de la société, Luc Ferry, juge "extraordinairement mince" le bilan de Nicolas Sarkozy, estimant que le niveau de "détestation" qu'il suscite est tel que "n'importe quel ténor socialiste aurait des bons sondages face à lui". "Malgré des voeux de protection et la promesse de rouvrir quelques chantiers, son bilan reste extraordinairement mince", estime l'ancien ministre de l'Education de Jacques Chirac dans un entretien au Parisien, au lendemain des voeux télévisés du chef de l'Etat. "On ne peut pas dire que la France soit en meilleur état qu'en 2007. Le chômage a augmenté, pas le pouvoir d'achat. L'école et les banlieues vont plus mal que jamais", poursuit-il, ajoutant toutefois que M.

S'il juge que le candidat socialiste François Hollande ne "semble pas encore avoir pris la mesure du poste", Luc Ferry ne s'étonne pas de le voir si haut dans les sondages. "Je prends un exemple : l'autonomie des universités. Nicolas Sarkozy : son bilan, son boulet - Le bilan de Sarkozy. L’équation de la présidentielle, cru 2012, est sans doute plus simple qu’on ne veut bien le dire.

Cela tient d’abord au contexte. La crise était encore l’année dernière essentiellement financière et internationale. Elle prend désormais un tour à la fois national et social. Montée du chomage, pression sur le pouvoir d’achat, avec, en toile de fond, la dette qui renforce la menace des agences de notation. Pour la première fois depuis plus de quinze ans – depuis 1995, en l’occurrence –, une compétition présidentielle va se jouer à l’écart des thématiques sécuritaires qui firent le miel de Jacques Chirac, en 2002, et de Nicolas Sarkozy, en 2007.

Autre innovation et pas la moindre : jamais depuis 1981, un président sortant n’avait essayé de se faire réélire, hors phase préalable de cohabitation. Jugement sévère y compris à droite Est-ce jouable ? Or, pour 70% des Français, ledit bilan reste globalement négatif (voir tableau 1). 33% l’estiment même "très négatif". La faute à la crise ? Le quinquennat de Sarkozy vu par les médias étrangers. Quinquennat Sarkozy : bilan. C'est l'équipe de campagne de François Hollande qui a réalisé ce bilan. 1. De 1175,9 (1er trimestre 2007, Insee) à 1788 milliards d’euros à la mi-2012 (prévisions Bercy/Banque de France et rapport du projet de loi de finances pour 2012). 2. Liste établie par le journal Le Monde sur la base des travaux de la commission des finances de l’Assemblée nationale présidée par Jérôme Cahuzac. Par ailleurs, les prélèvements obligatoires sont passés de 43,3% du PIB - 818,9 milliards - en 2007 à 44,5% - 920,9 milliards - en 2012 (Insee/conseil des prélèvements obligatoires et rapport du projet de loi de finances pour 2012). 3. 4. 5. 66000 suppressions de postes entre 2007 et 2011 auxquelles il faut ajouter les 14000 suppressions programmées à la rentrée 2012. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13.

Pourquoi Nicolas Sarkozy ne doit pas se représenter. Petite lettre satirique à l’attention du Président de la République. Les Français ne sont jamais contents, ça ne va jamais, on dit blanc, ils se mettent en grève, on dit noir, idem, ça c’est le constat du Président de la république : alors que faire ? Et bien, Monsieur le Président, les laisser se débrouiller sans vous !! Regardez la réforme des retraites. Enfin, réforme, le mot n’est pas très adapté, mais bon, pas contents ! Vous passez des heures et des heures à leur concocter un petit plan pépère, qui leur permet de toucher leurs 800 € par mois après 42,5 ans de cotisation et à partir de 62 ans, mais non, ils ne sont pas contents.

Les profs ? Un autre exemple ? Non décidément, Monsieur le Président, les français ne méritent pas que l’on se fatigue pour eux. En plus ce sont des assistés, les Français !! Imaginez un peu qu’ils vous réclament un pilier dépendance en plus!! Enfin, et heureusement que votre œil aiguisé l’a vu, les Français sont des voleurs !! Crédit photo:le blogvideo. Quatre ans après son élection, quel bilan pour Sarkozy ? Nicolas Sarkozy entame vendredi la dernière année de son mandat avec un lourd déficit de popularité et un bilan contesté qui alimentent dans sa majorité la crainte d'une défaite aux scrutins présidentiel et législatif de 2012.

Élu le 6 mai 2007 avec 53 % des suffrages, il est désormais crédité de la cote de popularité la plus basse d'un président de la République française à un an d'une telle échéance. Des sondages prédisent même son élimination dès le premier tour. Pourtant, Nicolas Sarkozy, dont nul ne doute qu'il sera candidat, affiche une sérénité inoxydable, tandis qu'une poignée de conseillers réfléchissent dans l'ombre à sa future campagne.

"Si je doute beaucoup, je redoute assez peu", dit-il dans une interview à L'Express. "Je ne m'interroge pas sur mon image (...). La meilleure communication, ce sont les résultats. " Ce qui n'exclut pas, en privé, des appréciations dissonantes. Promesses La "rupture" promise Oubliée, également, la "rupture" promise en 2007. Le bilan de Sarkozy à la tête de l'Etat. Il aura fallu les sommets de crise bruxellois pour que Nicolas Sarkozy réapparaisse enfin, occulté qu'il était par plus médiatiques que lui, à savoir François Hollande... et la petite Giulia. Etre plongé dans l'ombre d'un patron de conseil général au régime et d'un nouveau-né, quelle ironie pour l'"hyperprésident" !

Mais cet effacement mi-subi, mi-consenti ne durera pas: bientôt, "Sarko" reviendra dans la course. Quel sera, au moment où les Français devront décider s'il est digne d'être reconduit, le bilan du président sortant? Bien sûr, il a beaucoup déçu: sa campagne sur le thème de la "rupture", son appréhension "démiurgique" de la fonction, sa personnalité agitée - tout cela ne pouvait que nourrir des attentes excessives et, donc, des frustrations. Dieu sait, pourtant, que sa colonne "débit" n'est pas vide! L'activisme présidentiel dans le soutien à nos exportateurs échoue lui aussi à convaincre.

Mais il y eut, aussi, de l'excellent et, même, de l'audacieux dans ce quinquennat! Observatoire Challenges.fr. OBSERVATOIRE L'Etat va dépenser 6,6 milliards d'euros cette année pour subventionner les régimes spéciaux (SNCF, RATP...). A quoi aura servi la réforme? OBSERVATOIRE Le candidat Nicolas Sarkozy aussi bien en 2007 qu'en 2012 a fait de l'immigration un thème de campagne.

Mais que s'est-il passé pendant le quinquennat? OBSERVATOIRE. Le gouvernement a modifié la gouvernance du système hospitalier. Mais les établissements sont proches du point de rupture. OBSERVATOIRE-L'objectif de 70% de propriétaires est loin d'avoir été atteint. OBSERVATOIRE Le "candidat du pouvoir d'achat", a engagé beaucoup de réformes. OBSERVATOIRE 2007-12 Les retraites sont l'une des réformes essentielles du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

OBSERVATOIRE DU QUINQUENNAT- Nicolas Sarkozy a engagé de nombreuses réformes au profit des PME. OBSERVATOIRE La volonté de promouvoir la diversité s'est étiolée au fil du quinquennat de Nicolas Sarkozy. OBSERVATOIRE- Les universités sont désormais autonomes.