background preloader

Street art

Facebook Twitter

Polar, du graffiti figuratif à la sauce méditerranéenne - Watch The South - Ta scène artistique montpelliéraine. Watch The South présente aujourd’hui Polar, artiste issu de la scène graffiti qui nous fait profiter de son personnage fétiche, le « Bojo » dans les rues de Montpellier.

Polar, du graffiti figuratif à la sauce méditerranéenne - Watch The South - Ta scène artistique montpelliéraine

En 2001, Polar découvre la scène graffiti montpelliéraine et toute l’énergie qui s’en dégage. Happé par ce monde, il y fait, au fil des années, entendre sa voix. Privilégiant l’activité urbaine, il ne néglige cependant pas la réalisation de fresques plus travaillées. En septembre 2010, après deux ans passés à Washington D.C, Polar revient aux sources et entame un cursus à l’Ecole Supérieure des Métiers de l’Art de Montpellier. L’appréhension de l’histoire de l’art, et la pratique de techniques classiques, font évoluer son graffiti vers plus de figuration. La naissance de son Bojo à la même période n’est donc pas un hasard. . « Watch The South : Polar, d’où vient le nom de ton personnage « Bojo » ?

WTS : Comment qualifies-tu ton art ? La plupart de mes œuvres sont saturées en couleurs (vives). Bratislava Street Art Festival. Un peu de Street Art… Dégaine ta pelote ! Le "street tricot", du graff' méthode douce. Installez-vous confortablement devant votre cheminée, lunettes rondes sur le nez.

Dégaine ta pelote ! Le "street tricot", du graff' méthode douce

Armez-vous d’aiguilles à tricoter n°4. Tricotez en jersey, un rang endroit, un rang envers... Le tricot, c’est tendance. Des boutiques de laine nouvelle génération voient le jour, les ateliers et les blogs sur le sujet foisonnent. Ultime consécration, le tricot a sa journée mondiale, au même titre que le pied ou la tolérance. On voit aussi émerger une nouvelle forme de « street art » : le « street tricot », le tricot de rue ou le « yarnbombing » (« yarn » signifie fil à tricoter en anglais) ou comment tapisser la ville de laine et de couleurs. Devenu matière plastique, le tricot s’expose et fait dans le happening artistique. . « On tricote pas devant la cheminée, on fait pas de pull Jacquard » Tel Christo emballant le pont Neuf, ces guérilleros du crochet décorent la ville, habillent les lampadaires, les parcmètres, un bus, une statue ou même une station service !

Bojotionnaires - MonsterShop. MonsterShop. JR - Artist. EXPO // Smole, LadySonp, Momies, Salamech & Polar. Quand Lady Sonp, Polar, Momies, Smole et Salamech se réunissent fin mars pour une expo, ça donne un florilège artistique des plus intéressants.

EXPO // Smole, LadySonp, Momies, Salamech & Polar

D’autant plus intéressant lorsque le street art se prête au jeu d’une confrontation inattendue. En effet, l’expo collective a embelli les couloirs d’un cabinet notarial à Montpellier sous les yeux ébahis et quelque peu étonnés des clercs et autres notaires venus découvrir un monde qui leur était pour la plupart méconnu : celui du graffiti. POLAR // C’est l’histoire d’un Bojo… Un jeudi midi de janvier, déjeuner pris avec le graffeur Polar, au Bar du Musée.

POLAR // C’est l’histoire d’un Bojo…

C’est là qu’il expose jusqu’au 12 février ses dernières créations. Une petite table, des pâtes aux morilles, un verre de vin rouge et au-dessus de nous, deux de ses tableaux. Des Bojos, encore des Bojos. Un se gratte les aisselles tandis que l’autre danse la polka. Mais qui sont ces personnages énigmatiques qui trouvent résidence dans une exposition temporaire ? Haut perché sur deux jambes filiformes, un seul œil et un nez qui n’a rien à envier à celui du Chat de Geluck, le Bojo s’exhibe sur les murs de la ville et annonce la couleur : « I watch your back », entendez par là « je surveille vos arrières ». Quand Polar fait le mur… Pour aller tagger les murs de Montpellier, Polar a d’abord fait le mur de sa chambre dés l’âge de 13 ans, bravant le sommeil de sa mère. « Vandale ! « 2011 » : Une expo sur mesure ► Bar du Musée : 1, rue Montpellieret – Montpellier ►► Pour voir les Bojos de Polar, c’est ICI !