background preloader

Brésil

Facebook Twitter

Sans titre. PLANÈTE AMAZONE est une association française régie par la loi du 1er juillet 1901 déclarée d’intérêt général depuis 2015 et financée principalement grâce à la solidarité citoyenne.

sans titre

Elle œuvre en faveur de la préservation des forêts, du vivant et de la reconnaissance des Droits de la Nature, en collaboration étroite avec des peuples autochtones d’Amazonie et du reste du monde. Nos missions d’information, de plaidoyer et de lobbying visent notamment à responsabiliser le citoyen sur sa participation à la déforestation et donc à l’aggravation du changement climatique et à responsabiliser entreprises et dirigeants politiques pour que tout projet dépendant de leur autorité soit réalisé dans le respect de la préservation de l’environnement, des droits des peuples autochtones et plus généralement des droits de l’Homme.

Planète Amazone permet aux autochtones de faire entendre directement leur voix. Instituto Socioambiental - ISA - Indígenas Yarang reflorestam áreas degradadas no Xingu. Our Rainforest Is Not For Sale. Depuis cent jours, les peuples autochtones brésiliens résistent aux attaques de Bolsonaro. Fiona Watson est directrice de recherche à Survival International Lorsque Jair Bolsonaro est devenu président du Brésil le 1er janvier 2019, les peuples autochtones du pays et leurs alliés du monde entier se sont préparés au pire.

Depuis cent jours, les peuples autochtones brésiliens résistent aux attaques de Bolsonaro

Il y a deux leçons importantes à tirer des 100 premiers jours de la présidence Bolsonaro. La première est que toutes les craintes étaient fondées et que cette administration raciste lance ouvertement une attaque sans précédent contre les peuples autochtones du Brésil dans le but explicite de les détruire en tant que peuples, de les assimiler de force et de piller leurs terres. La deuxième est qu’il existe un espoir que cet assaut génocidaire puisse être stoppé. Dans le Brésil de Bolsonaro, indigènes et écologistes payent le prix du sang. São Paulo (Brésil) Rosane Santiago Silveira, 59 ans, a été torturée et assassinée chez elle dans la ville de Nova Viçosa (État de Bahia) le 29 janvier.

Dans le Brésil de Bolsonaro, indigènes et écologistes payent le prix du sang

Elle s’opposait à l’exploitation d’eucalyptus, prédatrice de terres dans la région. Militante écologiste et défenseur des droits humains pendant 18 ans, Rosane Silveira était membre de l’association de protection de l’île de Barra Velha et membre du conseil d’administration de la réserve de Cassurubá, une zone de 1.000 km2 située dans l’État de Bahia entre mangrove et forêt atlantique. La réserve, appelée Resex Cassurubá, est utilisée par les populations traditionnelles, dont la subsistance repose sur l’agriculture et l’élevage de petits animaux. Sa création visait à protéger la culture de ces populations en assurant l’utilisation durable des ressources naturelles.

Au Brésil, des Indiens prennent les armes pour sauver l’Amazonie. Forum des Peuples Racines » Forum des Peuples Racines. Les Tapirapés forment une tribu indienne brésilienne, vivant dans le nord-ouest de l’état du Mato Grosso, qui a survécu à la conquête européenne et à la colonisation du pays.

Forum des Peuples Racines » Forum des Peuples Racines

Résidants en profondeur dans la forêt amazonienne, ils ont eu peu de contacts directs avec la « civilisation moderne » jusqu’en 1910. Ils vivaient de la culture sur brûlis, de l’horticulture, de la chasse et de la pêche. Chez les Tapirapés, la présence de la Takãra, la Maison des Hommes, est une condition nécessaire au maintient de la cohésion sociale. Cette grande maison, de forme traditionnelle, située au centre du village, héberge les esprits invités aux cérémonies. Sans Takãna, pas de célébration de rituel. La Takãra n’est pas seulement destinée à l’enseignement, elle est le lieu où l’on prend les décisions pour organiser les activités quotidiennes et débattre des projets futurs. Brazil's New President Openly Threatens Genocide of Indigenous Amazonians. Along with his pledge to sell off their rainforest home to agribusiness and mining, Bolsonaro has said openly “minorities will have to adapt … or simply disappear” Credit: Charlie Hamilton James, National Geographic Brazil’s new president, Jair Bolsonaro, campaigned on a plan to sell off major portions of the Amazon rainforest to agribusiness, mining. and hydro-power.

Brazil's New President Openly Threatens Genocide of Indigenous Amazonians

“Minorities have to adapt to the majority, or simply disappear,” he said on the campaign trail, adding that under his administration, “not one square centimeter” of Brazil will be reserved for the country’s indigenous peoples. Thirteen percent of the land in Brazil is protected indigenous territory in the Amazon rainforest, where most of the world’s last uncontacted tribes take refuge. Bolsonaro has said he wants to put all of that land on the auction block. Povos Indígenas no Brasil.

Informations générales

Kayapo. Guarani-Kaiowàs. Yanomami. Awá. On pourrait imaginer qu’un rite exécuté dans une obscure forêt par une nuit de pleine lune puisse paraître sinistre.

Awá

Pas pour les Awá pour qui il marque l’appartenance à la communauté. Lorsqu’ils pénètrent dans le royaume des esprits de la forêt, c’est une affaire familiale. Tandis que les femmes ornent le corps de leurs époux de plumes du vautour royal à l’aide de résine, les jeunes enfants les observent attentivement. Plus tard, alors que les chants se font de plus en plus intenses et que les hommes se dirigent vers le domaine des esprits, les bébés s’endorment sous le clair de lune. Lors de ces cérémonies, les Awá n’ont recours à aucune drogue : seuls les chants permettent aux hommes d’entrer en état de transe.