StanChart

Facebook Twitter

Etats-Unis : la Deutsche Bank visée par une enquête pour blanchiment. Les autorités judiciaires américaines mènent une enquête contre la Deutsche Bank ainsi que d'autres établissements d'envergure mondiale qui auraient transféré des milliards de dollars pour le compte de l'Iran, du Soudan et d'autres pays soumis à des sanction, a rapporté samedi le New York Times.

Etats-Unis : la Deutsche Bank visée par une enquête pour blanchiment

L'enquête n'en est qu'à ses prémices, ont indiqué les autorités au New York Times, ajoutant que la Deutsche Bank n'avait a priori pas procédé à des transferts de fonds, pour le compte de clients iraniens par le biais d'opérations aux Etats-Unis, après 2008. En 2007, la banque avait décidé de "ne pas s'engager dans de nouvelles transactions avec des établissements de pays tels que l'Iran, la Syrie, le Soudan et la Corée du Nord" et "de mettre fin aux échanges existants dans la mesure du possible du point de vue légal", a indiqué un porte-parole au quotidien.

Sociétés : Scandales bancaires : Londres et New York à couteaux tirés. La mise en cause de la banque britannique Standard Chartered par les autorités américaines met Londres en émoi.

Sociétés : Scandales bancaires : Londres et New York à couteaux tirés

En jeu: la compétition entre Wall Street et la City. Trop, c'est trop! À Londres, on n'a pas de mots assez durs pour qualifier la façon dont le département des services financiers de New York a jeté en pâture le nom de la vénérable Standard Chartered. Accusée d'avoir contourné l'embargo américain sur les transactions avec l'Iran, la banque a été décrite lundi comme un groupe «voyou». Des accusations vigoureusement rejetées par Standard Chartered, qui concède des erreurs sur l'équivalent de 14 millions de dollars, sur les 250 milliards de dollars avancés par les autorités américaines. Standard Chartered announces record profits for 2011 - Standard Chartered Bank. 29/02/2012Corporate/ Financial / Global Income rises 10 per cent to US$17.64 billion, profits 11 per cent to US$6.78 billion.Strong balance sheet growth: customer loans up 9 per cent to $269 billion and customer deposits up 11 per cent to $352 billion.Strong capital position – Core Tier 1 ratio of 11.8 per cent and minimal refinancing required to end of 2013.Diverse income – 24 markets delivered over US$100 million of income, 14 over US$100 million of profit.Business momentum continued – Consumer Banking profits up 26 per cent and Wholesale Banking exceeding US$5 billion for the first time.Expense growth in line with revenue growth whilst continuing to invest in the business.Ongoing support for customers, lending up 91 per cent since 2006.Annual dividend per share increased 10 per cent to 76 cents per share.

Standard Chartered announces record profits for 2011 - Standard Chartered Bank

Listen to our media conference (windows audio file) Watch our management interviews. Sociétés : Standard Chartered paie pour stopper l'enquête sur l'Iran. La banque britannique va payer 340 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites du département des services financiers de l'État de New York concernant des transactions occultes présumées avec l'Iran.

Sociétés : Standard Chartered paie pour stopper l'enquête sur l'Iran

Une nouvelle affaire financière qui se règle à l'amiable. La banque britannique Standard Chartered, emportée par un tourbillon médiatique autour de transactions financières occultes qu'elle aurait opérées avec l'Iran, a décidé de payer pour stopper les poursuites lancées par le département des services financiers de New York. Le directeur général de StanChart, Peter Sands, arrivé à New York un peu plus tôt dans la journée, a obtenu rapidement un accord avec le régulateur américain: la banque paiera 340 millions de dollars (près des 280 millions d'euros) et mettra en place un mécanisme de surveillance chargé d'évaluer ses contrôles en matière de risques de blanchiment de capitaux dans sa branche new-yorkaise. Flash Eco : SCB : des transactions avec l'Iran? Une autorité de régulation de l'Etat de New York a accusé lundi la banque britannique Standard Chartered (SCB), qui concentre son activité en Asie et dans les pays émergents, d'avoir dissimulé des transactions représentant "environ 250 milliards de dollars" avec l'Iran.

Flash Eco : SCB : des transactions avec l'Iran?

"Pendant au moins dix ans", selon le Département des Services financiers de l'Etat de New York, SCB a ainsi perçu "des centaines de millions de dollars de commissions", et "laissé le système financier américain vulnérable aux terroristes, trafiquants d'armes, trafiquants de drogue et régimes corrompus". Le Trésor fédéral américain, sollicité, n'a pas réagi dans l'immédiat. Dans son "injonction", l'autorité de l'Etat de New York a précisé qu'elle fondait ses accusations sur "plus de 30.000 pages de documents, y compris des courriels internes à SCB qui décrivent des infractions au droit délibérées et condamnables".