Edition du livre

Facebook Twitter
Article livre num /dir. de la BPI/ Le Monde Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Patrick Bazin, conservateur général des bibliothèques et directeur de la Bibliothèque publique d'information (Centre Pompidou) Ceux qui diagnostiquaient, dès le début des années 1990, la fin de l'ordre du livre et l'émergence de la culture numérique entendaient par là non pas la mort du livre mais la disparition de sa centralité dans le champ culturel. Selon eux, l'extension du champ de la textualité à toute forme d'expression, écrite, visuelle, sonore, corporelle, grâce au langage de l'algorithme allait permettre de dépasser, en l'englobant, le stade livresque du texte. Elle allait ouvrir à un nouvel écosystème de la connaissance, plus vaste, plus complexe, plus impliquant. Elle n'allait pas, pour autant, disqualifier l'objet livre et l'expérience spécifique de lecture qu'il délivre. Article livre num /dir. de la BPI/ Le Monde
Salon du Livre 2012  : le paradoxe du numérique, Dossiers
Les e-books n'ont pas encore décollé en France
Le Salon du livre de Paris s'ouvre dans un contexte économique morose
Les acteurs de la chaîne du livre à l'ère du numérique (Notes d'analyse 270 - 271 - 272 - Mars 2012 Le livre numérique n’a pas encore décollé en France (à peine 1 % du marché), alors qu’il représente 15 % des ventes de livres aux États-Unis et 10 % en Grande-Bretagne. Un changement majeur est cependant sur le point de se produire ; le livre numérique va bousculer la chaîne traditionnelle du livre et ses acteurs (auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires). Cela ne signifie pas que nous ne lirons plus demain de livres en papier. Mais les livres numériques vont se multiplier à la faveur des ventes de tablettes et de liseuses dont le succès ne faiblit pas : 15 millions d’iPad ont été vendus dans le monde rien qu’au dernier trimestre 2011 ; 450 000 tablettes tactiles vendues en France au cours du seul mois de décembre. Les acteurs de la chaîne du livre à l'ère du numérique (Notes d'analyse 270 - 271 - 272 - Mars 2012
Le livre numérique en France : anticiper "un changement majeur" (CAS) Le livre numérique en France : anticiper "un changement majeur" (CAS) Le Centre d'Analyse stratégique (CAS) vient de publier, en partenariat avec le Centre national du livre, une série de trois notes d'analyse sur les moyens de développer en France le livre numérique, en « préservant la chaîne de valeur du livre et la diversité éditoriale de l'édition française ». Rattaché à Matignon, le CAS observe de façon liminaire que le livre numérique n'a « pas décollé en France», l'estimant autour de 1% du marché, contre 15 % aux États-Unis et 10 % en grande Bretagne. Observant cependant la hausse des ventes de tablettes (450 000 vendues en France pour le seul mois de décembre 2011), le CAS estime qu'« un changement majeur est sur le point de se produire » et que « le livre numérique va bousculer la chaîne traditionnelle du livre et ses acteurs ». Petit passage en revue des propositions du CAS : Pour les auteurs et les éditeurs, le CAS établit cinq pistes de réflexions :
L'impact écologique, un nouveau paramètre pour l'édition Le monde de l'édition, comme les fabricants d'électronique ou l'industrie automobile, ne peut plus ignorer les implications environnementales de son activité : Hachette compte faire figurer dès avril le « poids » en CO2 de chaque ouvrage, tandis qu'Editis réfléchit à une signalétique particulière. Géants comme indépendants s'engagent pour une édition plus écologique, alors que le numérique n'est toujours pas la panacée en la matière. Dès le mois d'avril, les livres édités par Hachette afficheront leur bilan carbone, estimé grâce à « un système de calcul informatisé qui intègre tous les éléments en amont : le papier utilisé, la distance entre le papetier et l'imprimeur, l'impression elle-même, et enfin le transport entre l'imprimeur et le centre de distribution de Hachette » explique Ronald Blunden, le Directeur de la communication et du développement durable du premier éditeur français. L'impact écologique, un nouveau paramètre pour l'édition
Comment le digicode a tué les encyclopédies de papier Christian Robin, auteur d'un excellent ouvrage Les livres dans l'univers numérique, publié à la documentation française, intervenait pour présenter son travail dans le cadre d'un entretien qui se tenait au Salon du livre. Une conférence sur l'histoire du livre numérique, et ses ramifications anciennes, qui a permis de comprendre combien le livre numérique ne date pas d'hier... Or, dans le contexte où l'encyclopédie Britannica a annoncé la fin de son édition papier, Christian Robin a pu préciser que les angoisses ressenties dans l'édition, face à l'essor actuel du livre numérique, pouvaient tout à fait se comprendre. Notamment dans le cas des éditeurs qui publient des... encyclopédies. « Au début des années 90, les éditeurs d'encyclopédie les plus importants n'étaient pas Universalis. C'était Hachette, Larousse et Bordas. Comment le digicode a tué les encyclopédies de papier
Amazon joue profil bas au Salon du Livre Le livre numérique est sur toutes les lèvres au Salon du Livre qui vient d’ouvrir ses portes au public vendredi 16 mars pour quatre jours. Un bel espace du hall 1 de la Porte de Versailles est d'ailleurs consacré à ce nouveau support, appelé à révolutionner les métiers du livre. Et pourtant, le livre numérique peine encore à percer en France. Amazon joue profil bas au Salon du Livre
La commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale, présidée par M. Pierre Lequiller (UMP, Val d’Oise) a autorisé, le 6 mars dernier, la publication du rapport d’information de MM. Hervé Gaymard (UMP, Savoie), et Michel Lefait (SRC, Pas-de-Calais), sur les enjeux européens de la numérisation de l’écrit. Résumé officiel du rapport "Les nouvelles technologies de la numérisation, ainsi que les nouveaux matériels comme les liseuses, ont entraîné l’apparition des livres numériques que l’on peut considérer comme une évolution du livre imprimé. Les marchés de ces livres sont très différents selon les pays. Rapport parlementaire sur les enjeux européens de la numérisation de l’écrit Rapport parlementaire sur les enjeux européens de la numérisation de l’écrit
 4450 - Rapport d'information de MM. Hervé Gaymard et Michel Lefait déposé par la commission des affaires européennes sur les enjeux européens de la numérisation de l'écrit No 4450 Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 6 mars 2012. sur les enjeux européens de la numérisation de l’écrit, PAR MM. Hervé GAYMARD et Michel LEFAIT,  4450 - Rapport d'information de MM. Hervé Gaymard et Michel Lefait déposé par la commission des affaires européennes sur les enjeux européens de la numérisation de l'écrit
labs.hadopi.fr/sites/default/files/ressource/4967/files/auteurtempsnumeriqueld.pdf
Ecrivains et éditeurs : je t’aime moi non plus Un baromètre de saison qui fait plutôt grise mine pour sa 4e édition : celui qui mesure les relations entre auteurs et éditeurs (1). Elles se sont encore tendues. Ainsi, 61% des écrivains se disent globalement satisfaits de leur éditeur, contre 71% en 2011. Quant aux mécontents, ils sont 31% contre 22% en 2011. Ecrivains et éditeurs : je t’aime moi non plus
Conjoncture : L'édition a bien résisté en 2011 Conjoncture : L'édition a bien résisté en 2011 Le chiffre d'affaires du secteur n'a reculé que de 0,2% l'année dernière selon le panel GfK. Les ventes de livres numériques restent marginales. Une semaine avant le Salon du livre, le ministère de la Culture donne traditionnellement les chiffres du marché de l'édition. Bon an mal an, le secteur de l'édition est réputé stable. 2011 ne fait pas exception à la règle, avec des ventes de livres en valeur qui ont reculé de seulement 0,2 %, selon le panel GfK. Soit un chiffre d'affaires d'environ 2,8 milliards d'euros hors taxe.
À plus d'un titre, Seth Godin fait office de mage, ou de devin. L'un des blogueurs les plus influents de la toile, dans le domaine de l'édition ne peut pas lever le petit doigt sans attirer l'attention. Alors quand il ouvre la bouche, pour parler de l'édition et de son futur, on s'assoit, et on écoute. Surtout depuis la décision de Random House d'augmenter drastiquement le prix de vente de ses livres numériques pour les bibliothèques. Mais c'est aussi pour la promotion de Stop Stealing Dreams, un ouvrage traitant des questions d'éducation et de pédagogie, que Steh était invité sur Digital Book World. Passons rapidement. Le futur de l'édition ? "Même Gutenberg peut le voir" (Seth Godin)
02/03 - 10h18 La loi sur l'exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle, adoptée par le Parlement le 23 février, a été publiée vendredi au Journal officiel. Cette loi, qui comprend quatre articles, vise à rendre accessible sous forme numérique l'ensemble de la production littéraire du siècle dernier, dès lors que les oeuvres ne sont plus exploitées commercialement par un éditeur, mais ne sont pas pour autant tombées dans le domaine public, 70 ans après la mort de l'auteur. Cette loi prévoit que la Bibliothèque nationale de France (BNF) recense dans une banque de données publique l'ensemble de ces oeuvres dont l'exploitation sera gérée par une Société de perception et de répartition des droits (SRPD) qui assurera, de façon paritaire, une rémunération aux éditeurs et aux auteurs. loi sur la numérisation de livres indisponibles
Dossier législatif Assemblée nationale Proposition de loi de M. Jacques LEGENDRE relative à l'exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle, n° 54 rectifié, déposée le 21 octobre 2011 et renvoyée à la commission de la culture, de l'éducation et de la communication Le Gouvernement a engagé la procédure accélérée sur cette proposition de loi le 8 décembre 2011.
Le titre III du livre Ier de la première partie du code de la propriété intellectuelle est complété par un chapitre IV ainsi rédigé : « Chapitre IV « Dispositions particulières relativesà l'exploitation numérique des livres indisponibles « Art. 134-1. - On entend par livre indisponible au sens du présent chapitre un livre publié en France avant le 1er janvier 2001 qui ne fait plus l'objet d'une diffusion commerciale par un éditeur et qui ne fait pas actuellement l'objet d'une publication sous une forme imprimée ou numérique. « Art. 134-2. - Il est créé une base de données publique, mise à disposition en accès libre et gratuit par un service de communication au public en ligne, qui répertorie les livres indisponibles. LOI n° 2012-287 du 1er mars 2012
Prix des ebooks : cette situation est-elle bien raisonnable ? Le groupe Pearson vient de publier ses résultats : l'année dernière, la vente d'ebooks a constitué le tiers de son chiffre d'affaires, soit une hausse de 18 % par rapport à 2010. On ne le répétera jamais assez, mais les livres numériques prennent une place de plus en plus importante dans l'édition actuelle : c'est très vrai aux États-Unis, cela l'est peut-être dans une moindre mesure en Europe et notamment en France. Un article de Mobiledia revient sur ce qui a permis de fixer les prix des ebooks tels qu'on les connaît aujourd'hui... et c'est encore et toujours la faute d'Amazon qui, en proposant des ebooks à 10 dollars avant tout le monde, a non seulement rendu plus d'un éditeur neurasthénique, mais a largement profité des marges insolentes que lui offraient la vente d'ebooks, explosive, comparé à la vente de livre physique, en moins bonne santé.
Pearson : Le livre et la presse numériques représentent un tiers du CA