Espagne : Un projet financé collectivement contre l’impunité des banques [Liens en espagnol] Face à la passivité du gouvernement espagnol et du Ministère Public et en l'absence d'une enquête sur la gestion de l'ex-président de la banque Bankia, Rodrigo Rato, des citoyens récoltent des dons dans le but de présenter une plainte devant les tribunaux, et de pouvoir remplir les conditions afin que l'affaire soit instruite de manière efficace. L'initiative a été très suivie sur les réseaux sociaux sous différentes étiquettes, notamment #CrowdfundPaRato. Les 15 000 euros nécessaires ont été récoltés en moins de 24 heures, la somme nécessaire ayant même été dépassée. Le site Internet de crowdfunding Goteo s'est vu saturé durant quelques heures. Les organisateurs demandent de ne plus donner plus d'argent pour le moment, l'objectif ayant été largement atteint. Sur la page de Goteo dédiée à ce projet de financement collectif, on explique les raisons et les objectifs de l'initiative : Espagne : Un projet financé collectivement contre l’impunité des banques
This post is part of our special coverage Europe in Crisis. In these times of severe crisis and government cuts, banks are being watched by citizens. This week's announcement of a bailout of 10 billion Euros for the Spanish bank Bankia has provoked many reactions on the web. The blog Platform for the nationalization of saving houses [es] has taken on the news: Spain: “Neighbor, Wake Up, Foreclosures at Your Doorstep!” Spain: “Neighbor, Wake Up, Foreclosures at Your Doorstep!”
« Si vous nous empêchez de rêver, nous vous empêcherons de dormir ! » Ce magnifique mot d’ordre était l’un de ceux des dizaines de milliers de jeunes qui, à Madrid, sont en train de transformer la Puerta del Sol en « Place Tahrir » et font des milliers d’émules dans toutes les villes d’Espagne : 130 000 au total, jeudi dernier. L’onde de la révolution arabe ne s’arrête pas aux pays arabes. Elle s’étend, maintenant, au-delà la Méditerranée, en commençant par le sud de l’Europe. Les points communs sont multiples : des générations entières sacrifiées (45 % de jeunes au chômage en Espagne) ; des écarts de revenus sidéraux ; des profits qui s’envolent alors que les salaires stagnent ou diminuent ; la précarité qui se propage comme un incendie ; une caste parasitaire paradant à Rabat comme à Londres ; la démocratie bafouée par les dictateurs dans les pays arabes, par les oligarques qui dirigent l’Union européenne sous la pression continue des marchés financiers en Europe ; l’importance des réseaux sociaux dans la mobilisation… « Si vous nous empêchez de rêver, nous vous empêcherons de dormir ! »
15M: una mirada al futuro « esther vivas 11/05/2012 at 10:14 [català] Esther Vivas | Público.es Intempestivo e inesperado. Así fue la emergencia de este movimiento de la indignación colectiva en el Estado español. 15M: una mirada al futuro « esther vivas
La silenciosa expansión del 15-M El 15-M no está muerto. Aunque algunos quieran matarlo. Corría mediados de julio, pleno verano en Madrid, y la asamblea de San Blas se reunía, como cada lunes, a las seis de la tarde. La de San Blas es una de esas asambleas de barrio del 15-M que han permanecido activas —el movimiento decidió descentralizarse y trasladar la acción a los barrios al poco de nacer, a las primeras de cambio—. Unas cuarenta personas se congregaron en la Plaza Blanca para abordar la creación de un banco del tiempo, un sistema para intercambiar servicios entre los vecinos sin necesidad de una moneda. Israel, informático, empezó a aplicarlo ese mismo día. La silenciosa expansión del 15-M
El Sol y la Pluma 1
Madrid: fonctionnement d’une assemblée de quartier Madrid: fonctionnement d’une assemblée de quartier OWNI vous propose de plonger au cœur d'une assemblée de quartier et de comprendre son organisation et, au-delà, le processus de démocratie citoyenne, active et participative qui bourgeonne sur les places espagnoles. Sauf indication contraire, tous les liens sont en espagnol Si le mouvement du 15M, mobilisé contre le système politique espagnol actuel, est toujours vivace à Madrid, entre les assemblées générales de la place Sol et les nouvelles assemblées dans les quartiers, il doit faire face à des questions de fonctionnement cruciales pour assurer son avenir.
La révolte des indigné-e-s, notes depuis la Plaza Tahrir de Barcelone La révolte des indigné-e-s, notes depuis la Plaza Tahrir de Barcelone Il n’y a plus de doutes. Le vent qui a électrisé le monde arabe ces derniers mois, l’esprit des protestations répétées en Grèce, des luttes étudiantes en Grande-Bretagne et en Italie, des mobilisation anti-Sarkozy en France… est arrivé dans l’Etat espagnol. Il n’y a plus de place pour le « business as usual ». Les confortables routines mercantiles de notre « démocratie de marché » et ses rituels électoraux et médiatiques se sont vus soudainement perturbés par l’irruption imprévue dans la rue et dans l’espace public d’une mobilisation citoyenne. Cette révolte des indigné-e-s inquiète les élites politiques, toujours mal à l’aise quand la population prend au sérieux la démocratie… et décide de la pratiquer pour son propre compte.
Les "indignados", hors de portée des radars médiatiques
I. Brève « revue des médias » Quand « l’affaire DSK » occupe les temps d’antenne et dévore les surfaces imprimées… De glorieux journaux télévisés Loin de l’Espagne et de l’information : ce que veulent les manifestants Loin de l’Espagne et de l’information : ce que veulent les manifestants
José Luis Sampedro, écrivain et économiste espagnol de 94 ans, s'exprimait à la veille des manifestations du 15 mai sur les origines de la crise du système économique. Interview. Les sous-titres sont disponibles en cliquant sur “CC”, en anglais, et pour le français en version béta.

Jose Luis Sampedro: “un autre monde est certain”

Jose Luis Sampedro: “un autre monde est certain”
Homeless, jobless and fearless: is it Spain’s turn for a revolution? Defying a ban on demonstrations, tens of thousands of protesters have been hitting the streets of 52 Spanish cities, to express anger against the government’s poor policies and a crisis that has deprived the youth of their right to a better future. The ban was put in place by the Madrid Electoral Commission, for fear that the protests would influence the May 22nd municipal and regional elections. Since this weekend, thousands of people have been camping in Madrid’s main square, where an assembly of 1,500 people has been discussing how to continue the struggle. “We belong to a lost generation, one which is better educated than its forerunners but has fewer opportunities”, says Pablo Padilla, a 22-year-old sociologist. Homeless, jobless and fearless: is it Spain’s turn for a revolution?
"Erreur de système" : des manifestants répondant à l'appel de ¡Democracia Real Ya!, Madrid, le 17 mai. Grandes manifestations le 15 mai, occupation de la Puerta del Sol à Madrid : après une longue période d'inaction face à la crise, les jeunes Espagnols ont investi la rue. Lancé à la veille d'élections locales, ce mouvement anti-système s'inspire de celui qui a fait tomber le gouvernement de Reykjavik en 2009. Un vent islandais sur le printemps espagnol
Aux sources de la colère ibérique Dans la révolte espagnole actuelle, Internet n'a pas seulement joué un rôle de diffusion. La ley Sinde, version espagnole de la HADOPI, a été aussi été un détonateur du mouvement dans le décor économique sinistré. Sur fond de protestations populaires qui s’amplifient en Espagne, la gauche a lourdement perdu les élections municipales.
Les Espagnols ont commencé dimanche 22 mai à voter pour les élections régionales et municipales, au moment où une vague de rébellion sociale inédite contre le chômage et la crise secoue le pays. Des dizaines de milliers de manifestants ont à nouveau envahi samedi soir et dans la nuit les rues et les places à travers l'Espagne. A Madrid, une foule immense s'était rassemblée sur la Puerta del Sol, où le campement de bâches et de tentes des jeunes "indignés" est devenu le coeur de la contestation. Craignant de violents affrontements, le gouvernement socialiste n'a pas fait appliquer par la force l'interdiction de manifester, qui est entrée en vigueur vendredi à minuit et rend illégales les rassemblements politiques une veille d'élections. Dans ce contexte troublé, à dix mois des élections législatives de mars 2012, toutes les communes d'Espagne élisent leurs conseils municipaux et 13 des 17 régions autonomes leurs Parlements. Les Espagnols votent, la contestation continue
La manifestación de 'indignados' reúne a varios miles de personas en toda España · ELPAÍS.com Bajo el lema "No somos mercancía de políticos ni de banqueros", miles de "desempleados, mal remunerados, subcontratados en precario, hipotecados" y, en general, jóvenes y mayores antisistema se echaron ayer a la calle para exigir "un cambio de rumbo y un futuro digno" y en protesta contra las "reformas antisociales" auspiciadas por Gobiernos "en manos de banqueros" que, dicen, imponen recortes de las condiciones laborales "en beneficio de los poderosos". Las protestas se iniciaron simultáneamente en las distintas ciudades y fueron convocadas por la plataforma Democracia Real Ya a través de redes sociales de Internet. Fueron especialmente concurridas en ciudades como Madrid, Barcelona, Málaga, Alicante o Valencia. En la capital de España los convocantes lograron llenar la céntrica plaza de Cibeles con gritos de "esta crisis no la pagamos", "no más corrupción, pasamos a la acción", "manos arriba, esto es un atraco", "PSOE-PP la misma mierda es" o "futuro de mierda, trabajo precario".
[État espagnol] Le début d’un mouvement ? - OCL - Organisation Communiste Libertaire Depuis plusieurs semaines, un mouvement de rejet et de ras-le-bol contre la classe politique et les conséquences de la crise capitaliste est en train de naître, de se chercher, de se diffuser, de se construire petit à petit, de manière décentralisée dans tout l’État espagnol. Il emprunte beaucoup aux diverses ressources de l’Internet, mais vise une mobilisation publique, dans la rue. Par bien des aspects, il se rapproche d’attitudes « indignées » (Hessel) face aux divers abus du système politique des grands partis (et du bipartisme) et de la gestion dite “néo-libérale” du capitalisme. Les manifestations du 15 mai (15-M) ont rassemblé environ 130 000 personnes dans une cinquantaine de villes. Dans les plus grandes d’entre elles, elles ont été suivies par l’installation de campements provisoires destinés à durer jusqu’à la date des prochaines élections municipales et provinciales du dimanche 22 mai.
Miles de personas desafían a la Junta Electoral y se concentran en Sol
Spanish Revolution - une expo
Football 1 - 0 Democracy - une expo
Espagne: des milliers de gens descendent dans la rue
En Espagne, la jeunesse s'indigne et s’embrase
Un printemps social né sur Internet gagne l'Espagne | Rue89
Los indignados toman la Puerta del Sol y prometen resistir en toda España
Protestas en España de mayo de 2011
La Generalitat congela las ayudas al alquiler social · ELPAÍS.com