background preloader

Crise de la dette privée (subprimes 2008)

Facebook Twitter

Foreclosed Americans find way back to homeownership. Mais qui sont donc ces économistes. La théorie économique en débat Avant-propos par Wojtek Kalinowski La crise financière a ébranlé quelques certitudes et déclenché une vague de critiques à l’encontre des économistes qui, comme on le dit souvent, n’auraient « rien vu venir ». On peut cependant s’interroger sur les résultats concrets de cette agitation médiatique : au bout du compte, quels enseignements ont été tirés ? Au tournant de l’année 2008/2009, l’échec de la théorie des marchés « autorégulateurs » était patent et ses effets désastreux décriés à l’unisson par les hommes politiques, les journalistes et les experts. Un an plus tard, la nouvelle régulation financière se fait toujours attendre, la lutte contre les paradis fiscaux s’enlise – notamment en France – et le débat économique revient à son thème de prédilection, la limitation des dépenses publiques.

C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’article de James K. Amen. Notons que Keynes n’en oublie pas pour autant l’importance du facteur esthétique. 1. 2. 3. 4. 5. The dangers of De-Occupy Your House. I agree wholeheartedly with Jim Surowiecki’s sentiments this week about strategic default and the way in which it’s entirely rational for homeowners to walk away from their underwater mortgages. But I think he soft-pedals the consequences of what he calls “a De-Occupy Your House movement”: Of course, many borrowers made bad decisions and acted irresponsibly. But so did lenders—by handing out too much money and not requiring sensible down payments. So far, banks have been partially insulated from the consequences of those bad decisions, because Americans have been so obliging about paying off overinflated mortgages. Strategic defaults would help distribute the pain more evenly and, if they became more common, would force lenders to be more responsible in the future.

This is all true, as far as it goes. If more people default on their mortgages, total mortgage-lending losses will rise — but a large part of that will simply be the transference of pain from homeowners to lenders. Bloomberg dévoile des milliers de milliards d'aide US aux banques. Yes, the banks are to blame. Daniel Davies’s effort to become the most popular man in Britain has, apparently, not developed to his advantage, to quote the Emperor Hirohito. It struck me that there are two opposed explanations for the unusual toxicity of the comments thread that ensued, and they tell us quite a lot about the Great Bubble and the Great Recession that followed. The first would be Daniel’s explanation. Look at them! It took only six comments for someone to analogise him to a soldier whose commander pays him in whiskey and cigarettes to cut the ears off prisoners, and sixty-five for someone to compare him to one of the anonymous organisers of the Holocaust.

The second would be mine. You will of course notice that the basic distinction here is that one explanation is demand-driven and one supply-driven. In itself, this isn’t controversial. How did we decide to try making fireguards out of chocolate, or self-certifying mortgages with negative-amortising interest rates, in the first place? Radar 3 décembre 2008 : Monétisation de la dette, ou la transgression du tabou de l’argent. Entre 2000 et 2008, l’endettement global a doublé, passant de 58% a 120% du PIB mondial. Sur ces 60 000 milliards de dollars, quel est le pourcentage des créances qui, devenues douteuses ou irrécouvrables, sera détruit par le processus de liquidation ?

Chacun se forgera une opinion sur l’évaluation de la quantité vraisemblable de dette et du coût du service de celle-ci que l’économie réelle peut raisonnablement supporter. De cette réponse dépendra l’ampleur de la récession - voire de la dépression - que nous allons subir. Mais de toute évidence, sous l’effet conjugué de la dévaluation des biens financés à crédit et de la période de récession sévère dans laquelle nous entrons, une part non négligeable de ce papier ne survivra pas en conservant sa valeur nominale actuelle. Et pour cause. Confrontées à une tâche semblable à celle de Sisyphe, les autorités ne peuvent que constater que le volet classique de la politique monétaire - la baisse des taux - a atteint les limites de son action.

Obama Seeks Holy Grail of Housing, Proverbial Free Lunch, Gain With No Pain; It's Another Bank Bailout in Disguise. President Obama is in Fantasyland or in some alternate universe. He wants to strengthen the housing market provided The plan helps a broad swath of homeownerThe plan stimulates the economyThe plan costs next to nothingSo says the New York Times in U.S. May Back Refinance Plan for Mortgages The Obama administration is considering further actions to strengthen the housing market, but the bar is high: plans must help a broad swath of homeowners, stimulate the economy and cost next to nothing. One proposal would allow millions of homeowners with government-backed mortgages to refinance them at today’s lower interest rates, about 4 percent, according to two people briefed on the administration’s discussions who asked not to be identified because they were not allowed to talk about the information. Uninspiring Nonsense Frank E. Quite frankly that is idiotic as one of my readers noted in an email.

Moreover, two tax credits that blew up just proved it. Got That? Bank Bailout in Disguise. Wall Street Aristocracy Got $1.2 Trillion From Fed. Citigroup Inc. (C) and Bank of America Corp. (BAC) were the reigning champions of finance in 2006 as home prices peaked, leading the 10 biggest U.S. banks and brokerage firms to their best year ever with $104 billion of profits. By 2008, the housing market’s collapse forced those companies to take more than six times as much, $669 billion, in emergency loans from the U.S.

Federal Reserve. The loans dwarfed the $160 billion in public bailouts the top 10 got from the U.S. Fed Chairman Ben S. “These are all whopping numbers,” said Robert Litan, a former Justice Department official who in the 1990s served on a commission probing the causes of the savings and loan crisis. (View the Bloomberg interactive graphic to chart the Fed’s financial bailout.) Foreign Borrowers It wasn’t just American finance. Peak Balance Odds of Recession Bank of America’s bond-insurance prices last week surged to a rate of $342,040 a year for coverage on $10 million of debt, above where Lehman Brothers Holdings Inc. Crise: l'occasion ratée de 2008. Faillite bancaire : le droit européen est prêt à faire face mais les financements seront ils là ?

Voici résumé le texte d’une conférence tenue à Paris en 2003. Après une très longue introduction permettant de replacer les questions de droit dans leur contexte économique et politique, l’auteur présente de manière plus ramassée les principales innovations de la directive relative à l’assainissement et à la liquidation d’un établissement de crédit (DALEC). Pour traiter le sujet qui m’a été proposé, j’aurais aimé avoir le temps de vous raconter une histoire, voire des histoires… Comme dans une bonne saga de John Le Carré, j’aurais voulu vous raconter comment la C.I.A. utilisait la B.C.C.I. pour financer des groupes militaires en Amérique du Sud, tout en fermant les yeux sur les pratiques douteuses de blanchiment planétaire mises au point par cette banque.

Mais, je ne peux décemment pas vous raconter des histoires lorsque je lis le titre de mon sujet « Les apports des nouvelles règles spécifiques sur les faillites des établissements de crédit ». Le premier paradoxe est d’ordre économique. La crise des subprimes de 2008 « gidmoz. Real Housing Prices 1991-2010 — VisualizingEconomics.

Www.rue89.com/files/subprimesRue89.pdf. Le Blog d'Olivier Berruyer sur la Crise. Le secteur immobilier est historiquement un des piliers de l’économie américaine. Nous allons l’étudier en détail. Ventes de maisons neuves L’écroulement de 2007-2008 est faramineux. Le niveau actuel n’est plus que de 30 % de celui au moment du pic ! Il semble apparaître une légère reprise au cours des derniers mois, par rapport aux 3 années passées, mais c’est très léger… Sur le long terme (et ramenés à un nombre par habitant, sinon la robuste démographie américaine fausserai l’analyse), le pic comme la chute qui ont suivi sont historiques : Les abysses ayant été atteints début 2011, on observe une légère tendance à la hausse.

Mises en chantier Comme avant de vendre une maison, il faut la construire, on observe des phénomènes semblables au niveau des mises en chantiers de logements neufs : Là-encore, une légère amélioration est perceptible, mais d’ampleur limitée. Stock de logements neufs Finalement, le stock de logements neufs diminue toujours : Logements vides. Mapping the US Housing Bubble: 2000-2010 — VisualizingEconomics. LA RÉGLEMENTATION FINANCIÈRE PERMETTRA-T-ELLE DE CHANGER DE PARADIGME ?, par Mathilde Lemoine. Le texte que vous allez lire n’est pas récent : il a été publié dans la Revue de la CFDT en 2009 (N° 93, pages 24 à 29). Si j’ai demandé à son auteure (vous avez pu nous voir côte à côte sur le plateau de Ce soir (ou jamais !) , le 24 mars) l’autorisation de le reproduire, c’est parce qu’il explique magistralement en une synthèse de six pages ce que je n’ai eu l’occasion d’expliquer que beaucoup plus longuement (La crise du capitaliste américain – 2007, L’implosion – 2008, La crise – 2008).

Vous noterez j’en suis sûr, qu’alors qu’il existe aujourd’hui une multitude d’interprétations des origines de la crise, nous en offrons, Mathilde Lemoine et moi, la même exactement. L’ampleur de la crise actuelle rend indispensable la mise en œuvre d’une nouvelle régulation financière et bancaire. Mais elle ne suffira pas à limiter la « dérive monétaire » et les dysfonctionnements observés. Bilan et perspectives d’action. Le réveil est douloureux. …mais aussi la politique monétaire. Global recession - where did all the money go? | Business. Turn autoplay off Edition: <span><a href=" Sign in Beta About us Today's paper Subscribe Custom Search Business Series: Road to ruin Previous | Next | Index Global recession - where did all the money go? Business Recession Money Credit cards Series Road to ruin More from Dan Roberts on business on Money Credit cards Business Recession Road to ruin More interactives Debt has become a drug.

Hot topics © 2014 Guardian News and Media Limited or its affiliated companies. Send to a friend Your IP address will be logged Share Short link for this page: Contact us Contact the Business editorfinancial@theguardian.com Report errors or inaccuracies: userhelp@theguardian.com Letters for publication should be sent to: letters@theguardian.com Close. Failed banks in the US: mapping the crisis | News. Failed banks in the US have become such a regular event that many have stopped noticing them. But the effects live on. Last week, regulators shut down six banks in Florida, Georgia, Illinois and Kansas - making 138 US failed banks this year alone in the wake of the US sub-prime and housing crisis.

So far. And the economy is a big issue in the US midterm elections 2010 - with high unemployment and a recovery that hasn't materialised for many Americans. The Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) insures banks for at least $250,000 per customer. It is the body which took over the banks last week - the largest of which was Hillcrest Bank, based in Kansas, with $1.6bn in assets. What are assets? The FDIC keeps records on failed banks back to 1935 - and we thought it would be interesting to see how those that have failed in this recession - since 2008 - mapped out across the US. In terms of numbers, the worst-affected place was Georgia - with 46 failed banks since 2008. State by state. Le scandale de l’indépendance des banques centrales.

Le plan Paulson de 700 milliards a été modifié et voté par le Congrès Américain, comme le sera le plan Sarkozy devant le Parlement. Quoi de plus normal ? Mais des sommes encore plus importantes sont engagées sans réel contrôle, par les banques centrales, du fait de leur indépendance. Comment les banques centrales sauvent le système La crise actuelle a déclenché un mécanisme de sauvetage du système économique complexe. Par-delà les baisses de taux, ce sont les Etats qui semblent en première ligne. Dans un premier temps ils ont recapitalisé les institutions financières défaillantes et garantit les échanges interbancaires.

Mais, finalement, l’intervention qui a permis de stabiliser temporairement le système, et qui pourrait bien le sauver, sans le changer, est le fait des banques centrales. Un engagement financier colossal Cette action des banques centrales, bien que peu connue, est massive. Il est possible de chiffrer les montants pour lesquels nos banquiers centraux se sont engagés. La BCE annonce la fin de l’argent facile dans l’Eurozone. - Démystifier la finance - Blog LeMonde.fr. L'annonce ce jeudi par Jean Claude Trichet d'une hausse des taux de la Banque Centrale Européenne en avril ne semble pas avoir alerté les commentateurs avisés. Elle est cependant significative à plus d'un titre. Tout d'abord, elle a pris les marchés et es investisseurs par surprise. Ils espéraient en effet que la BCE continuerait à suivre la même direction des taux pour l'Euro que la Federal Reserve pour le dollar.

Les Etats-Unis cherchent désespérément à stimuler l'économie par les taux d'intérêt et envisagent même (alors que le programme précédent a échoué) une nouvelle injection dangereuse qui serait connue sous le nom de QE3. De ce cote-ci de l'Atlantique règne un dangereux déni et la reprise des bonus et des bénéfices exorbitants des banques, et plus encore des « banques fantômes ». Le Dow Jones caracole comme si le monde extérieur n'existait pas. Il hausse de 200 points (1.7%) alors que Bagra est sous les bombes de Khadaffi. A bon entendeur, salut. 12 Signs That The Worst Housing Collapse In U.S. History Is Getting Worse. En 2011, l’Etat cherche de l’argent. Partout. L’année 2010 s’est refermée sur un bilan économique catastrophique : l’état continue de s’endetter à un rythme affolant, tout simplement jamais atteint dans l’histoire française récente (sur les 1500 dernières années, à la louche). On pouvait craindre qu’il en serait de même pour l’année suivante.

Mais grâce aux fines équipes de politiciens en place, on peut heureusement se rassurer : 2011 sera bien pire. Ceci dit, on pouvait sentir le roussi dès le 31 décembre, lorsque le président vint s’excuser s’exprimer devant les quelques Français qui avaient choisi de l’écouter ce soir là. Le discours était sans ambiguïté : l’année 2010 fut rude, mais grâce au talent et à l’abnégation des Français qui n’ont de toute façon pas eu le choix, tout s’est bien passé, voire tout s’est même mieux que bien passé. « La croissance revient » : c’est Crissine qui le dit. . « Les grandes réformes engagées commencent à porter leurs fruits » : ah oui, les Grandes Réformes. Bon. Ce pays est foutu. Goldman Sachs — La grande machine à bulles. Depuis la parution de cet article, Goldman Sachs a publié ses résultats : ils sont meilleurs que jamais. Et les bonus sont en augmentation. Ces dernières nouvelles sont une parfaite confirmation de l’enquête de Matt Taibbi.

À celles et ceux qui le peuvent, je conseille de lire l’article dans sa version originale, le style y est excellent. Pour les autres, comme il n’existait pas, à ma connaissance, de version française, j’en ai fait une traduction. La voici ci-dessous. Liens vers la version originale :ici et là pour une version scannée de l’article papier, là, là et là pour une version texte après traitement par reconnaissance des caractères (c’est en fait la même version mais quelques mots ont été volontairement changés par l’internaute qui a opéré la reconnaissance de caractères). La grande machine à bulles américaine Matt Taibbi Rolling Stone – juillet 2009 Traduit de l’anglais par J.L.

La première chose qu’il faut que vous sachiez sur Goldman Sachs, c’est qu’elle est partout. Bulle n° 1. Conjoncture : La dette de l'Espagne toujours plus chère. Grèce : une seule solution, l'inflation! L’actualité de la crise: L’HISTOIRE ÉDIFIANTE du New York Times. Crise monétaire : quel débat ? Lettre à mon banquier. L'informatisation responsable de la crise ? Finance 2.0. The Role of Interest in Future Monetary Systems - Spiral Out.

Foreclosure Gate

Crise grecque, "collectivisme" libéral et monnaies parallèles | Prêts aux banques. Une crise déclenchée et entretenue par l’excès de liquidité (2/5) Faut-il sauver les entreprises et leurs emplois à tout « prix » Banksecrets. Au secours, la bulle revient | slate. On a les moyens de s'en sortir ! La prochaine catastrophe financière est en marche | slate. Pas de miracle économique en 2010 | slate. Attali-Minc: «La facture de la crise n'est pas payée» | slate.

Les français face à la Crise. Joseph Stiglitz pronostique la fin de l’euro : Blog gaulliste li. La vérité sur les agences de notation - MARCHE MONETAIRE NOTATIO. 18 propositions concrètes pour réguler la finance : Blog gaullis. Faut-il pousser les banques au divorce. Une nouvelle régulation des banques est en route. Les banques françaises ont un effet de levier de 30 : le risque. Le second hold-up des marchés financiers.