background preloader

Eco

Facebook Twitter

Demain, j’arrête l’éco - Derniers articles - Libération.fr. Le salaire minimum, source de chômage ? - Regards croisés sur l'économie. Le 19 mai 2015, la ville américaine de Los Angeles a voté en faveur d’une hausse du salaire minimum, faisant passer ce dernier de 9 dollars à 15 dollars de l’heure d’ici 2020.Très vite, les détracteurs de cette mesure ont dénoncé les effets néfastes que celle-ci pourrait avoir sur l’emploi : licenciements, fermeture des établissements ne pouvant supporter cette hausse du coût du travail, relocalisation de certains autres vers des Etats où la législation sur le salaire minimum est plus souple. Tout cela conduirait à une hausse du nombre de chômeurs. Une relation ambiguë d’un point de vue théorique... La littérature économique ne fournit pas de réponse univoque sur la relation entre salaire minimum et emploi. D’un point de vue théorique, les modèles peuvent prédire un effet négatif ou positif selon le cas de figure considéré.

Toutefois, d’autres modèles, comme ceux du monopsone ou ceux d’appariement, admettent la possibilité d’un impact positif du salaire du minimum sur l’emploi. 5 papers...in 5 minutes ! - Paris School of Economics. Pierre Laurent, la Grèce et les mensonges. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, vient de donner le samedi 25 juillet une interview à Marianne[1]. Il justifie sa position au sujet de la Grèce et son soutien à la capitulation consentie par Alexis Tsipras. C’est son droit. Mais, pour se faire, il prend un certain nombre de libertés avec les faits. Et cela est beaucoup plus condamnable. Cette interview est une excellente illustration des illusions d’une partie de la « Gauche Radicale », illusions sur l’Euro et sur l’Europe, dont il semble désormais que le Parti de Gauche commence à se dégager[2].

Un petit florilège des citations de Pierre Laurent permet de voir qu’il entretient de sérieuses illusions, et même qu’il adopte un point de vue « européiste » qui n’est pas éloigné de celui du Parti dit « socialiste ». Une analyse tendancieuse du 13 juillet Tout d’abord, quand il entend justifier la capitulation de Tsipras, Pierre Laurent dit au journaliste la chose suivante : Pierre Laurent révolutionne la science économique.

La France perd-elle plus de cerveaux que les autres ? Mesures pour une accélération de l’investissement et de l’activité. Bpifrance va soutenir les titrisations de crédits de PME et ETI. La banque publique d'investissement, Bpifrance, va garantir des titrisations de crédits aux PME et ETI pour encourager les banques à prêter aux entreprises. Le lancement de cette initiative pilote a été annoncé lundi par le président de la République, François Hollande, qui y voit un outil de financement utile pour soutenir l'investissement.L'initiative de Bpifrance part du constat que les banques restent les mieux positionnées pour financer les PME alors que les investisseurs institutionnels n'ont pas toujours les moyens de faire des «due diligences» pour s'engager sur ce segment de marché.

Bpifrance souhaite donc rendre le crédit plus rentable pour les banques en soutenant des opérations déconsolidantes. L'institution garantira la part du portefeuille de prêts (entre 20% et 30%) que des banques auront cédée à un véhicule de titrisation.A ce jour, Bpifrance est en discussion avec deux banques et espère réaliser une première émission d'ici à la fin de l'année. Bruxelles demande à EDF de restituer à l’Etat français 1,37 milliard d’euros. Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le La Commission européenne a enjoint, mercredi 22 juillet, à Electricité de France (EDF) de restituer à l’Etat français 1,37 milliard d’euros pour avoir bénéficié en 1997 d’une aide fiscale jugée incompatible avec les règles européennes en matière de concurrence. « L’enquête de la Commission a confirmé qu’EDF a bénéficié d’une franchise d’impôt individuelle et non justifiée, qui l’a avantagé au détriment de ses concurrents, en infraction aux règles de l’Union sur les aides d’Etat », a déclaré Margrethe Vestager, la commissaire européenne chargé de la concurrence, citée dans un communiqué.

Impact négatif « Avantage économique indu » En 1997, lors d’une restructuration du bilan d’EDF, les autorités françaises avaient requalifié en dotation de capital une provision faite par EDF, sans la soumettre à l’impôt sur les sociétés. « La Grèce a échoué à construire un Etat moderne » LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Marie Charrel L’historien Nikolas Bloudanis est spécialiste de la Grèce moderne et contemporaine. Dans ses ouvrages Faillites grecques, une fatalité historique ? (2010, éditions Xérolas) et Histoire de la Grèce moderne, 1828-2010 (2013, L’Harmattan), il explique que depuis son indépendance, en 1830, Athènes n’a pas réussi à construire une administration publique fonctionnelle. La Grèce est en crise depuis six ans. Comment en est-elle arrivée là ? Si l’on s’attache à l’époque contemporaine, l’origine du problème remonte à 1981, lorsque Athènes a intégré la Communauté économique européenne.

Dès lors, le pays a reçu chaque année l’équivalent de 4 % de son produit intérieur brut (PIB) en fonds structurels et aides communautaires diverses. Pour quelle raison la dette publique hellène a-t-elle augmenté dans de telles proportions ? Pourquoi l’Etat grec est-il défaillant ? D’autres pays, bien sûr, souffrent aussi de tels maux. Hélas non. Paywall mobile. “Juncker plan”: the EIB in the driver’s seat. Shutterstock After weeks of negotiations with the European Commission and the Council of the EU, the European Parliament on 24 June adopted the text establishing the European Fund for Strategic Investment (EFSI), the instrument at the centre of Commission president Jean-Claude Juncker's investment plan.

Now that the details of the plan are available we can assess more precisely how it will work and what its impact might be on European growth and employment. What is EFSI for? The plan tries to address the dramatic fall in investment affecting Europe since the beginning of the crisis. The yearly level of investment is currently around 10 percent (or almost €300 billion) below its long-term trend (excluding bubbles), as discussed in a previous Bruegel blog post. This fall in investment has been a significant drag on growth and employment for six years now, but it will also hold back Europe’s growth potential in the long-term. The Juncker plan, a second-best solution? Source: Bruegel References.

Grèce : les raisons derrière l’ultimatum du FMI sur la dette. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) Le Fonds monétaire international (FMI) a posé, mardi 14 juillet, une sorte d’« ultimatum » aux Européens avant même le début des négociations sur le futur plan d’aide à la Grèce : celui-ci devra s’accompagner d’un allégement de la dette publique grecque pour permettre au pays de sortir de la crise. Le FMI en fait une condition à sa participation. Dans un rapport publié mardi mais dont les autorités européennes ont eu connaissance le 11 juillet, soit avant que l’accord qui conditionne un nouveau plan d’aide à Athènes ne soit signé, le FMI estime en effet que la dette grecque ne peut être viable qu’« avec des mesures d’allégement ».

Suivez les évènements de la journée en direct sur notre live Pourquoi le FMI a-t-il fait cette déclaration ? Le fait que le FMI prône un tel réaménagement n’est pas nouveau. Or, pour que ces sommes soient versées par le FMI à Athènes, un certain nombre de conditions sont à remplir. Grèce : un accord trouvé à Bruxelles en contrepartie de réformes drastiques. L'essentiel Accord trouvé. Après une nuit de tractations, les dix-neuf dirigeants de la zone euro se sont mis d'accord pour négocier un troisième programme d'aide à la Grèce. Contreparties. En contrepartie de ce soutien financier, la Grèce doit s'engager à mener des "réformes sérieuses", a annoncé le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Zone euro. Cet accord permet à la Grèce de rester dans la zone euro, "c'était l'objectif", selon François Hollande. ll aura fallu un long week-end et une interminable nuit de négociations pour que la zone euro trouve finalement, lundi 13 juillet à 9 heures, un accord pour venir en aide à la Grèce. Suivez l’évolution de la situation en direct C’est Donald Tusk, président du Conseil européen, qui a annoncé la fin des pourparlers peu avant 9 heures : « Le sommet de la zone euro a trouvé un accord à l’unanimité.

Lire les réactions : François Hollande : un accord « pour l’intérêt de la Grèce, de l’Europe, de la France » Catalogue de mesures. Et pendant ce temps, l'Autriche restructure sa dette... Pendant que l'Europe refuse de discuter de la dette grecque et que d'aucuns s'inquiètent des conséquences fâcheuses d'une restructuration des créances de l'Hellade pour les économies des retraités bavarois, l'Autriche - un des pays les plus actifs dans ce refus - tranche dans le vif... Et restructure sa dette. La République alpine a en effet passé un accord mardi 7 juillet avec l'Etat de Bavière concernant les créances de ce dernier envers la banque autrichienne nationalisée et en faillite Hypo Group Alpe Adria (HGAA).

La folie Hypo Alpe Adria Pour comprendre la situation, il convient de réaliser un léger retour en arrière. Le rachat par BayernLB Après la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, BayernLB est en grande difficulté, car à l'image de nombreuses banques régionales allemandes, elle s'est montrée fort imprudente dans ses investissements. Le défaut de Vienne L'affaire aurait pu s'arrêter là. Querelle austro-bavaroise Accord avec Munich Contours d'une restructuration. Le crédit impôt innovation. Les cycles économiques. Vous êtes ici: Apprendre > Forex > Niveau Intermédiaire > Cycles économiques Les cycles économiques sont des périodes qui se succedent durant lesquelles l'activité économique est plus ou moins bonne. C'est l'évolution de l'activité économique que l'on appelle la conjoncture. En effet, la croissance économique n'est pas continue. On distingue 4 phases dans un cycle économique : - La reprise : C'est un point de retournement entre la phase de récession et la phase de croissance.

. - L'expansion : C'est la phase de prospérité. . - La surchauffe : C'est un point de retournement entre la phase de croissance et la phase de récession. . - La récession : La phase de surchauffe a entraîner des licenciements massifs ce qui a un impact important sur la consommation. Le graphique ci-dessous illustre les différentes phases que traversent nos économies et fait apparaître les secteurs qu'il faut jouer selon la conjoncture : C'est ce que l'on appelle la rotation sectorielle. Les différents cycles économiques : Contrat de travail : les réformes italiennes. Matteo Renzi a fait de la réforme du marché du travail l’un de ses principaux objectifs, pour répondre à une situation de l’emploi particulièrement dégradée (taux de chômage de 13 %, dualisme du marché du travail, disparités régionales...) et stimuler le retour de la croissance.

La réforme lancée en 2014 crée notamment un nouveau contrat de travail à durée indéterminée, dit « à protection croissante », qui s’applique aux nouvelles embauches et remplace (en règle générale) l’obligation de réintégration du salarié  en cas de licenciement déclaré injustifié par le juge  par une indemnité fonction de son ancienneté dans l’entreprise et dont le barème est fixé. Une nouvelle forme de rupture négociée est également créée. Ces modifications du régime juridique s’accompagnent de fortes incitations financières à l’embauche dans le cadre de ce nouveau CDI (en particulier des exonérations de cotisations sociales). Sommaire de la Note d'analyse - Un CDI à protection croissante ? La Grèce a perdu toute la richesse gagnée depuis son passage à l’euro.

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel Aucune statistique ne peut restituer l’ampleur des sacrifices concédés par les Grecs depuis six ans. Certains chiffres aident néanmoins à la mesurer. En 1999, le produit intérieur brut (PIB) par habitant de la Grèce, en parité de pouvoir d’achat, s’élevait ainsi à 24 429 dollars (22 020 euros), selon les calculs de l’institut de conjoncture Coe-Rexecode. En 2007, il est monté jusqu’à 33 018 dollars (29 765 euros), avant de retomber à 24 564 dollars (22 145 euros) en 2014. « Cela signifie que depuis la crise, les Grecs ont reperdu toute la richesse qu’ils avaient gagnée depuis l’entrée dans l’euro », résume Charles-Henri Colombier, de Coe-Rexecode.

Sur la même période, le PIB par tête de la zone euro est passé de 33 562 dollars (30 257 euros) en 1999 à 37 141 dollars (33 483 euros) aujourd’hui, avec un pic à 38 483 dollars (34 693 euros) en 2007. Lire aussi La Grèce officiellement déclarée en défaut de paiement Douloureux sacrifices. Les enjeux du triple mandat de la BCE. La crise financière entamée en 2007 a initié un débat sur le rôle des banques centrales et la conduite de la politique monétaire avant, pendant et après les crises économiques. En particulier, le consensus qui prévalait depuis les années 1980 s’est lézardé. Il reposait sur quatre éléments : la stabilité des prix est l’objectif principal (si ce n’est unique) des banques centrales ;à court terme, la politique monétaire a des effets réels sur la croissance ;si la stabilité financière peut être à la charge de la banque centrale ou déléguée à une autre autorité, il reste que, selon une vision stricte du principe de Tinbergen, ces deux objectifs sont atteints via le recours à deux instruments indépendants.

Ce consensus est aujourd’hui remis en cause. En outre, cette interrogation doit tenir compte du contexte macro-financier marqué par un chômage élevé dans la zone euro et par la hausse des dettes publiques. La question du prêteur et d’acheteur en dernier ressort doit être clarifiée. La Cour des comptes épingle le peu "d'efficacité" de Pôle emploi (presse) List of prior actions version of 26 June 20 00. Les premiers effets de la loi Florange s'avèrent plutôt pervers.

Promulguée le 29 mars 2014, la loi Florange a commencé à produire ses premiers effets. Lundi 29 juin, c’est la société de biotechnologies Transgene qui annonçait avoir trouvé un repreneur pour ses activités manufacturières situées à Illkirch-Graffenstaden dans le Bas-Rhin, lui permettant de limiter la casse sociale à 120 postes sur les 285 que compte le site. L’entreprise américaine ABL Inc., une autre filiale de l’Institut Mérieux, s’est portée candidate.

Le 2 juin, c’est le groupe de lingerie Chantelle qui informait son comité d’entreprise de sa volonté de "se désengager" de son site de production de Lanester (112 salariés), confiant la recherche d’un repreneur à un cabinet spécialisé. Et en novembre, c’était le boulanger belge Panavi qui signait avec le spécialiste de la pâtisserie industrielle Gelpat une convention dite de "Loi Florange" pour la reprise du site de Saint-Auvent en Haute-Vienne, sauvant une cinquantaine d’emplois. Une loi qui n'a rien changé Les lois s'entrechoquent. Feu vert européen au contrôle des capitaux en Grèce. La Commission européenne a donné ce matin son autorisation à la mise en place d’un contrôle des capitaux en Grèce en jugeant que ce pays pouvait s’affranchir provisoirement des règles européennes afin de protéger son secteur bancaire. “Dans les circonstances actuelles, la stabilité du système financier et bancaire en Grèce constitue un élément primordial d’intérêt public et de politique publique qui semble justifier l’instauration de restrictions provisoires sur les mouvements de capitaux”, dit le commissaire européen aux services financiers, Jonathan Hill, dans un communiqué.

“Maintenir la stabilité financière est le défi principal et immédiat du pays. Si les mesures restrictives décidées semblent nécessaires et proportionnées pour l’instant, la liberté de mouvement des capitaux devra néanmoins être réinstaurée dès que possible dans l’intérêt de l’économie grecque, de la zone euro et du marché unique européen dans son ensemble”, ajoute-t-il.

La banque centrale des banques centrales met en garde contre les taux d’intérêt négatifs. Grèce : DSK propose ses solutions. Le fort recul des importations traduit la faiblesse de l’économie chinoise. Violents à-coups à la Bourse de Shanghaï. Nouvelle baisse des taux d’intérêts en Chine. Pacte de stabilité et de croissance - Commission européenne. Explicit cookie consent. Economie numérique: New York confirmée comme plaque tournante de la Tech française à la conférence French Touch. Qui sont les chômeurs de longue durée ? Banque centrale européenne : vaincre ou mourir ! Les Echos.fr - Actualité à la Une. Le gouvernement présente sa stratégie numérique pour la France. Selon l’OCDE, « un trop grand recours au crédit bancaire » a pesé sur la croissance. La justice européenne valide le programme OMT de la BCE. Omerta pour le rapport sur le CIR. La Grèce au bord du précipice, les marchés deviennent nerveux.

European Central Bank Economists Find That Austerity Works. Le FMI repousse de trois mois sa décision sur les droits de vote. Le taux d’emprunt remonte, mais ce n’est pas (encore) un drame pour la France. Frédérique Espagnac sur Twitter : "Les TPE-PME constituent 99,8% des entreprises françaises et emploient 50% des salariés en France #ToutPourlEmploi. Les PME françaises renouent progressivement avec l’investissement.

Comment Valls entend amadouer les petites entreprises. Neuf points de crispation sur la loi Macron. L'excédent commercial allemand progresse, les importations baissent. La protection des océans rapporte bien plus qu’elle ne coûte. Grosse déception pour le commerce extérieur chinois. Le taux de chômage diminue de 0,1 % au premier trimestre. Grèce : ce qui bloque encore. La Banque de France plus optimiste que le gouvernement pour la croissance. Facebook écrit une partie du futur à Paris. Politique & Société - Les Echos.fr. Ce Chinois a perdu 13 milliards d'euros en 23 minutes. Contrat de travail unique : on se trompe de cible !

Les grands dossiers. Paywall mobile. L’Espagne plaide pour une modification du mandat de la BCE. Paywall mobile. Rethinking macro policy: Ten takeaways. Renforcer l’attractivité de la France. John Nash, la théorie des jeux et la question du bon choix. Revenus, patrimoine, des inégalités toujours plus fortes. Pourquoi les aides publiques sont rarement utilisées par les entreprises conformément à ce qui était prévu par l’Etat. La France est l'un des pays développés où les inégalités se sont le plus creusées avec la crise. Macron enterre la politique industrielle de Montebourg. Paywall mobile. Eco-Finances - BCE: Draghi évoque les effets secondaires des achats d'actifs. Actualités économiques, Bourse en ligne, finances perso, immobilier, carrière, management, retraite ... - Capital.fr. M. Draghi admet que sa politique présente des risques. Pétrole: les vrais déterminants du marché. Nouvelle baisse des taux de la Banque centrale de Chine.

Ça change quoi, pour moi, un marché unique numérique ? L’investissement des collectivités recule de 7,3 % en 2015. Mersch (BCE)-Le QE a éliminé le risque inflationniste, devises forex. La leçon de Warren Buffet aux actionnaires. Thomas Philippon, Le Capitalisme d'héritiers. La crise française du travail. La BCE relève de 1,5 milliard le plafond de l'aide d'urgence aux banques grecques. Banque de France : Distribution du crédit en France en mars 2015. Droits de vote double : les bons comptes de Bercy. Russie : les raisons du (fort) rebond du rouble.

La France contient le nombre de pauvres, pas celui des chômeurs - Challenges.fr. BCE  : 60 milliards d’euros/mois pour relancer la zone euro. Ce que va changer la nouvelle « prime d'activité » Explosion du nombre de CDD de moins d'un mois. Dix classements dans lesquels la France arrive en tête. La BCE s'inquiète de l'hypercroissance de la finance parallèle. Explicit cookie consent.

12 critiques adressées à la BCE et... leurs réponses. » Le scandale des nouveaux droits de vote à la BCE. Paywall mobile. Artus : quelle est la crédibilité d'une banque centrale s'il n'y a plus d'inflation ? Le « bazooka monétaire » de la BCE passé au crible. La BCE va-t-elle fragmenter la zone euro ? Pourquoi le made in France ne se vend pas.