Ecriture contemporaine

Facebook Twitter

Chroniques du roman noir. Pol'Art Noir - Du polar en général au roman noir en particulier. TRILOGIE 'MILLENIUM' DE STIEG LARSSON - Actualité Livres. Tant pis pour Nothomb, Reza, Dantec et la bande des routiers du mois de septembre.

TRILOGIE 'MILLENIUM' DE STIEG LARSSON - Actualité Livres

Le vrai événement de cette rentrée littéraire 2007, le seul dont on se souviendra encore dans 10 ans, est la parution du dernier volume de la trilogie 'Millénium', 'La Reine du palais des courants d'air'. Vous ne le saviez pas ? Ne vous en vantez pas, c'est la honte. Un demi-million d'exemplaires du premier tome écoulé, 350.000 du deuxième et les 200.000 mis en vente pour le dernier opus s'écoulent en quelques jours : pour la Suède, petit pays de 9 millions d'habitants, ces chiffres détonnent (d'autant qu'ils ne concernent pas les poches).

Arnaldur Indriðason. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arnaldur Indriðason

Arnaldur Indriðason Arnaldur Indriðason en 2004 Œuvres principales Arnaldur Indriðason[1], né le [2] à Reykjavik, est un écrivain islandais. Biographie[modifier | modifier le code] En 1996, Arnaldur Indriðason obtient un diplôme en histoire à l’université d'Islande. Arnaldur Indriðason publie son premier livre, Synir duftsins (littéralement « Fils de poussière », inédit en français) en 1997.

Les romans[modifier | modifier le code] Les principaux romans d'Arnaldur Indriðason mettent en scène la même équipe d'enquêteurs, dont l'abrupt Erlendur torturé par la disparition de son frère alors qu'il n'était qu'un enfant et tourmenté par sa fille toxicomane. Deux de ses œuvres ont reçu, en 2002 et 2003, le Prix Clé de verre, la plus haute distinction scandinave. Adaptations radiophoniques et cinématographiques[modifier | modifier le code] Œuvre[modifier | modifier le code] Romans de la série du commissaire Erlendur Sveinsson[modifier | modifier le code]

Mankell/Gaza. L'auteur de romans policiers suédois était à bord d'un des bateaux qui se rendaient à Gaza.

Mankell/Gaza

Libéré par les Israéliens, il est rentré chez lui. Il rapporte la façon dont l'assaut a été mené par Tsahal et ne cache pas sa colère à l'égard de Tel-Aviv. 3 juin 2010 | Partager : Henning Mankell a été l'un des premiers Suédois relâchés par les Israéliens. Le Dagens Nyheter l'a rencontré chez lui, dans le centre-ville de Göteborg.

"Ce qui me travaille beaucoup, c'est la stupidité israélienne. Un auteur lucide et révolté. La morale élastique faisant bon ménage avec l’inculture chronique, l’embarquement de l’écrivain suédois Henning Mankell, 62 ans, à bord du Sophia, l’un des six bateaux de la flottille arraisonnée par l’armée israélienne, ne surprendra que ceux qui n’ont pas saisi ce qui l’inspire : l’accord entre les idées, les livres et les actes, dans sa lutte contre ce qui lui paraît d’une insupportable injustice.

Un auteur lucide et révolté

Mankell est un humaniste débordant, cohérent et conséquent. Sa cohérence s’exprime dans sa dénonciation du saccage libéral de la social-démocratie et du désastre mental qu’il engendre («Quel monde laissons-nous à nos enfants?» Est l’une de ses questions récurrentes), mais aussi de toute espèce d’entreprise coloniale. Depuis 1985, il vit six mois de l’année en Suède et six mois à Maputo, au Mozambique, où il dirige un théâtre qu’il finance grâce à ses succès éditoriaux. Il y met en scène des spectacles, des pièces d’Ibsen, de Shakespeare, de Tennessee Williams. Philippe LANÇON. Ce qui me révolte, par Henning Mankell - Les débats de l'Obs. Entretien exclusif. L’écrivain suédois, l’un des romanciers les plus lus au monde, nous accorde un entretien exclusif.

Ce qui me révolte, par Henning Mankell - Les débats de l'Obs. Entretien exclusif

Il parle de sa chère Afrique, de ses engagements, de son beau-père, Ingmar Bergman, et du roman policier comme miroir de la société Le Nouvel Observateur. - Vous vivez depuis plus de vingt ans la moitié de l'année au Mozambique et l'autre en Suède. Vous aimez dire: «J'ai un pied dans la neige, l'autre dans le sable.» Henning Mankell. - Rien ne m'obligeait à partir en Afrique: c'était un choix intime. A 20 ans, quand j'étais jeune auteur, j’avais la nette impression de rechercher un autre point de vue sur le monde que celui de l’ethnocentrisme européen.

Actes Sud. Libella.