background preloader

ORAL SVT

Facebook Twitter

Panneaux entomo pag web. Aposématisme. "Attention danger! Je pique! " Le message que cette guêpe fait passer avec ses rayures jaunes et noires est clair, et personne ne songe à aller l'embêter ou à la manger... L'aposématisme est une caractéristique de certains animaux qui utilisent des couleurs très voyantes pour se protéger. Principe[modifier | modifier le wikicode] De nombreux animaux sont toxiques, ou venimeux, ou même ont simplement un très mauvais goût, afin de se protéger de leurs prédateurs. C'est pourquoi les animaux qui sont venimeux, ou toxiques, ont généralement des couleurs très vives pour avertir les prédateurs du danger : les couleurs utilisées sont généralement des taches ou des rayures jaunes et noires, ou rouges et noires. Aposématisme et mimétisme[modifier | modifier le wikicode] Escroc! L'aposématisme est le contraire même du camouflage. Certains animaux ont bien compris ce système, et ont appris à s'en servir.

Ce type de mimétisme est appelé mimétisme batésien. Breton tricheurs tableau. Le concept d'adaptation : polysémie interdisciplinaire et implication pour les changements climatiques. Issu principalement des études sur le vivant, le concept d’adaptation reste central en biologie, adoptant diverses terminologies (adaptation biologique, physiologique ou évolutionniste) [Bock, 1980]. Toutefois, malgré la construction d’une théorie de l’adaptation, la dualité sémantique du terme rend difficiles la définition et la compréhension du concept, qui reste glissant et non consensuel malgré les nombreuses contributions (Huneman, 2005). De façon largement résumée, l’adaptation biologique peut se définir ainsi : est adapté un être vivant. Ce raccourci inspiré de Laborit (1976) introduit l’idée que, si un être vit et se reproduit, c’est qu’il a réalisé un ajustement de ses fonctions biologiques avec les conditions extérieures.

Morin (1985) rejoint cette idée générale en affirmant que l’adaptation est la condition première et générale de toute existence. Valence écologique - Définition. Bibliothèque virtuelle Les adaptations physiques et comportementales. Une adaptation est une caractéristique physique ou comportementale qui permet à une espèce animale ou végétale de survivre dans son milieu. Les adaptations physiques Quand le milieu exige d’une espèce qu’elle transforme son apparence ou ses organes pour sa survie, on parle d’une adaptation physique.

Chez les animaux La forme des becs L'une des plus remarquables adaptations physiques chez les animaux est la forme du bec chez les oiseaux. En effet, on peut facilement déduire le régime alimentaire d'un oiseau simplement en regardant son bec. L’oiseau omnivore aura un bec puissant, de longueur et de grosseur moyennes. Source La forme des pattes Les pattes des animaux leur permettent de creuser, de nager, de grimper, de sauter ou de faire toutes autres actions nécessaires pour survivre dans leur milieu. Les animaux qui se déplacent par bond ont habituellement les membres postérieurs (pattes arrière) plus développés que les membres antérieurs (pattes avant), comme c'est le cas chez le kangourou.

ADAPTATION - Adaptation biologique. En biologie comme en technologie, le concept d'adaptation sert généralement à comprendre la relation qui existe entre les structures et les fonctions qu'elles remplissent. Dire d'un organe ou d'un outil qu'il est bien adapté signifie qu'il est efficace, autrement dit que les caractères de l'objet sont bien appropriés au rôle qu'il peut jouer. Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre un ensemble de constatations structuro-fonctionnelles propres aux êtres vivants et rendant compte de leur survie dans un environnement donné. Cette acception statique de l'adaptation correspond à la notion développée par Georges Cuvier (1769-1832) sous le nom de « conditions d'existence ». Elle est illustrée par tout le travail d'analyse réalisé depuis deux siècles sur une multitude d'organismes.

Bien loin de constituer un simple truisme, cette vision de l'adaptation est considérablement enrichie et approfondie par l'analyse comparative. Les stratégies adaptatives des animaux. Tout être vivant est caractérisé par ses capacités d’adaptation qui assurent sa survie, sa pérennité et sa reproduction. Cette adaptation de l’organisme aux conditions du milieu se fait grâce à trois modes : l’éthologie, la physiologie et la morphologie. L’adaptation physiologique correspond à la régulation interne répondant essentiellement aux variations climatiques. L’adaptation morphologique est la plus visible, elle modifie l’ensemble de l’organisme. Tout être vivant est caractérisé par ses capacités d’adaptation qui assurent sa survie, sa pérennité et sa reproduction. Chaque organisme possède des capacités différentes à s’adapter à un ou plusieurs milieux.

Espèces vivant sur substrats durs Ces milieux sont généralement contraignants car les organismes sont confrontés à la fois à la sécheresse en période d’exondation et au choc des vagues et des courants. Creusement du substrat Espèces vivant sur substrats meubles Milieux agressifs ou contraignants Eaux lotiques Eaux lénitiques. Livret. Les etres vivants dans leur environnement. RA16 C2 QMON 1 traiter le monde vivant N.D 555017. Milieu de vie & environnement. Les êtres vivants entretiennent des relations complexes avec leur milieu : l’environnement agit sur les êtres vivants, mais ces derniers ont également une action sur leur milieu. Ainsi, par exemple, depuis l’apparition de la vie sur Terre il y a quelque 3,5 milliards d’années, l’activité biologique des êtres vivants (photosynthèse, fermentations, respiration) a profondément modifié l'atmosphère primitive de la planète, notamment en l'enrichissant progressivement en oxygène.

Pour qualifier la science qui étudie les relations entre les êtres vivants et leur environnement, le biologiste allemand, Ernst Haeckel (1834-1919), a forgé en 1866 le terme d’écologie à partir des racines grecques oikos (maison, habitat) et logos (discours). L’écologie étudie ainsi l’action sur les organismes des différents facteurs environnementaux, tant abiotiques, c'est-à-dire non vivants (température, eau, lumière, etc.), que biotiques, c'est-à-dire liés aux autres êtres vivants.

RA16 C2 QMON 1 inscrire comment reconnaitre le monde vivant N.D 555011. RA16 C2 QMON 1 repere mise en oeuvre sequence 555013. Phasmes. FAQ phasmes. Revue phasmes gaulois. Autour d'un élevage de phasmes. Exploiter un élevage de phasmes en classe Des animaux en classe, l'idée est séduisante car elle sollicite de la part des enfants des compétences multiples relatives au langage, à la structuration du temps et bien sûr des compétences dans le domaine scientifique.

Pourtant sa mise en œuvre rebute parfois certains collègues qui se questionnent quant à la logistique d’un tel élevage. Et une fois qu’il est mis en place, comment l’exploiter avec les élèves ? Cette séquence a pour but d’aider les enseignants qui auraient mis en place un élevage de phasme dans leur classe à en tirer profit : quelles sont les notions scientifiques qui peuvent être abordées avec les élèves, autour de ce thème ?

Une ressource « compilée » A adopter ou à adapter ? Bien entendu, l’enseignant est le seul à être capable d’adapter le niveau de ces activités à ses élèves. >>> Télécharger la séquence au format PDF <<< Phasme bâton. Le phasme bâton est un insecte dont le corps ressemble à un petit morceau de bois très allongé. Il vit un an, pond des œufs et se nourrit de ronces ou de lierre. Il change environ quatre fois de peau. On dit qu'il mue. Quand le phasme mue pour la première fois, on dit qu'il est de taille L2 ; s'il mue une deuxième fois, il sera de taille L3... Il existe d'autres phasmes, comme le phasme feuille, le phasme rugueux, le phasme brindille...

Il peut avoir différentes couleurs. Les phasmes forment à eux seuls un ordre d'insectes néoptères. Caractéristiques Le phasme bâton est un insecte . Le phasme adulte mesure 10 à 12 cm, et pèse environ 1-3 grammes. Son corps est fusiforme , il ressemble à une brindille ou à un bâton brun, gris ou gris-vert ; voilà d'où vient le nom phasme bâton. La tête du phasme bâton possède : deux antennes ; deux yeux ; deux mandibules qui lui servent à couper et à broyer les végétaux dont il se nourrit. C'est un spécialiste du mimétisme (camouflage). Habitat Régime alimentaire . Elevage de Phasmes. Elevages maternelle.