background preloader

INDicateurs autres que PiB

Facebook Twitter

Indice innovation. The Global Innovation Index 2013 - The Local Dynamics of Innovation. The Global Innovation Index 2014 (GII), in its 7th edition this year, is co-published by Cornell University,INSEAD, and the World Intellectual Property Organization(WIPO, an agency of the United Nations, UN). The core of the GII Report consists of a ranking of world economies’ innovation capabilities and results. In 2013, the ranking covered 142 economies, accounting for 94.9% of the world’s population and 98.7% of the world’s Gross Domestic Product (in US dollars).

The GII has established itself as the reference among innovation indices, and has evolved into a valuable benchmarking tool to facilitate public-private dialogue, whereby policymakers, business leaders and other stakeholders can evaluate progress on a continual basis. Indicateur économique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Par ailleurs, il existe d'autres indicateurs qui prennent en compte d'autres facteurs ignorés par le PNB et le PIB afin de mesurer le bien-être des habitants d'un pays ; en incluant par exemple des indicateurs de santé, d’espérance de vie, de taux d'alphabétisation. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a ainsi créé l'indice de développement humain (IDH) dans les années 1990. Des tentatives pour prendre en compte d'autres dimensions telles la sécurité ou pour inclure la « soutenabilité écologique » de l'activité économique dans des indicateurs ont aussi été menées plus récemment.

Les indicateurs les plus utilisés[modifier | modifier le code] Indicateurs de production[modifier | modifier le code] La mesure de la production d'un pays se fait généralement par le Produit national brut (PNB) et le Produit intérieur brut (PIB). Indicateurs de revenus et de richesse[modifier | modifier le code] Conférence de presse conjointe - 12ème conseil des (...) Palais de l’Élysée - Jeudi 4 février 2010 LE PRESIDENT – Mesdames et Messieurs, inutile de vous dire combien le gouvernement français et le Premier ministre, moi-même, nous sommes heureux de recevoir le gouvernement allemand avec, à sa tête, la Chancelière, mon amie, Angela MERKEL. Les documents vont être publiés. Il y a eu un gros travail qui a été fait. Des décisions importantes ont été mises en œuvre. Je veux que chacun comprenne bien, nous voulons et nous allons assumer les responsabilités et le potentiel que représente l’axe franco-allemand.

Nous allons également, sur les grandes questions internationales, prendre des initiatives en commun : sur le Proche-Orient et sur une question où nous sommes en totale harmonie, celle du partenariat entre l’Europe et la Russie, où nous voulons mettre en valeur et assurer un suivi des propositions du Président MEDVEDEV. Sur l’Agenda franco-allemand 2020, nous répondrons bien sûr aux questions que vous voudrez bien nous poser.

LE PRESIDENT – M. Le PIB, un indicateur plus qu'imparfait. «La mesure du revenu national peut difficilement servir à évaluer le bien-être d'une nation », avertissait en 1934, devant le Congrès américain, Simon Kuznets, l'inventeur du produit intérieur brut (PIB), cet indicateur phare à l'aune duquel se jaugent les États et se prennent les décisions économiques et sociales. « La commande d'un indicateur synthétique de l'activité économique nationale pour guider et mesurer les orientations politiques avait été faite à de jeunes chercheurs pendant la Grande Dépression, avant l'élection du président Roosevelt, note Jacques Le Cacheux, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et l'un des rapporteurs de la commission Stiglitz, chargée par l'Élysée de définir de nouveaux indicateurs de richesse.

Conscient de ses lacunes, son créateur l'avait présenté comme un indicateur de l'activité productive et avait mis en garde contre les risques d'utilisation abusive. "Nos systèmes d'indicateurs actuels sont contre-productifs" Le PIB, indicateur de richesse obsolète - parlons-finance.fr. Au-delà du PIB. "Que contient donc le PIB ?" par JC Berrucas. N’ayant pas compris le diagramme ( PIB décomposé en 60% de masse salariale et 40% de profits ) et n’ayant reçu aucune explication, j’ai voulu en savoir plus ; m’étant par ailleurs rendu compte que nous étions plusieurs dans ce cas-là et ne pouvant admettre que la vérité nous soit servi sans la comprendre, fut-elle l’émanation du bureau national ou d’un comité scientifique, j’ai estimé que ce petit pensum pouvait intéresser quelques-uns.

Donc, un peu d’économie scolaire : le P.I.B. est égale à la somme des « valeurs ajoutées » , de la TVA et des droits de douanes. Il peut se décomposer en deux grandes catégories : les produits marchants ( tous les biens de production et services marchands ) et les produits non marchands ( pour simplifier les services régaliens non vendus : enseignement public, santé, police, justice, sécurité du pays,... ).

Les produits non marchands sont évalués au coût des facteurs. La valeur ajoutée comprend donc les éléments suivants : Produit intérieur brut. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le produit intérieur brut (PIB) est l’un des agrégats majeurs des comptes nationaux. Sa dénomination anglaise est le GDP, pour Gross Domestic Product. En tant qu'indicateur économique principal de mesure de la production économique réalisée à l’intérieur d'un pays donné, Le PIB vise à quantifier — pour un pays et une année donnés — la valeur totale de la « production de richesse » effectuée par les agents économiques résidents à l’intérieur de ce territoire (ménages, entreprises, administrations publiques).

Le PIB reflète donc l’activité économique interne d’un pays et la variation du PIB d’une période à l'autre est censée mesurer son taux de croissance économique. Le PIB par habitant mesure le niveau de vie et, de façon approximative, celui du pouvoir d'achat car n’est pas prise en compte de façon dynamique l’incidence de l’évolution du niveau général des prix. La notion de PIB fait l'objet de contestations : du PNB ( Produit national brut). Nouveaux indicateurs de richesses - Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesses. Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse (FAIR) Pour en savoir plus et accéder aux productions de FAIR : Le Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse est un collectif citoyen, dont l'objet initial a été de créer une interface entre la "Commission de la mesure de la performance économique et du progrès social", et des groupes travaillant depuis de nombreuses années dans la recherche et sur le terrain sur la question des nouveaux indicateurs de richesse.

Plus largement FAIR a pour vocation de prendre position dans le débat démocratique, et de contribuer activement à la construction d'un rapport de force citoyen pour la redéfinition des indicateurs de pilotage de notre société. FAIR est pluriel et ouvert à la diversité des approches et des conceptions de la richesse et de sa mesure. Ce qui rapproche tous les membres, c'est : → Le rapport entre l'écologie, l'économique, le social et l'enjeu démocratique → Le fait de retenir trois principes d'action : Les Nouveaux Indicateurs de richesse - Sylvain Allemand , article Économie. Par « nouveaux indicateurs de richesse », les auteurs désignent les alternatives proposées ces dernières années au principal outil dont les économistes se sont dotés pour mesurer la richesse produite par une société et par conséquent son bien-être, sinon son progrès : le PIB.

En 1990, on ne comptait que deux nouveaux indicateurs, dont le désormais célèbre IDH (indicateur de développement humain), conçu par le Pnud, qui prend en compte l'espérance de vie à la naissance et le taux de scolarisation pour apprécier le niveau de développement d'un pays. Aujourd'hui, on compte une trentaine de nouveaux indicateurs, les uns privilégiant des critères sociaux et humains, d'autres des critères environnementaux. Cet ouvrage présente les principaux d'entre eux. Pour être pertinents, ces indicateurs sont-ils à terme en mesure de contester la toute-puissance du PIB ? Rien n'est moins sûr. Etude sur les indicateurs complémentaires : espoirs et recommandations. Economy/IDH112010/nouveaux-indicateurs-gadrey.htm.

IDH, BIP 40, PIB verts…, de nouveaux indicateurs tentent de battre en brèche l'omniprésence du PIB. Un reflet des préoccupations sociales et écologiques croissantes. Pour "aller chercher la croissance avec les dents", une promesse de campagne, Nicolas Sarkozy avait nommé, dès juin 2007, la commission "pour la libération de la croissance française", présidée par Jacques Attali. Ce dernier, après avoir chanté tout l'été le refrain du "5% par an", se trouva fort dépourvu quand la bise fut venue, et se mit à en rabattre nettement sur ce chiffre. Le seul record de croissance qu'il pulvérisa fut celui du nombre de propositions contenues dans un rapport: 317. Avant même la remise, le 23 janvier 2008, de son opus final, le président de la République, constatant que la croissance et le pouvoir d'achat étaient insensibles à ses discours enflammés, créait une surprise en nommant une autre commission, présidée par Joseph Stiglitz. 1. 2.

Retenons trois intentions. 3. 4. En savoir plus Notes. La Revue nouvelle : Manifeste du Forum pour d’autres indicateurs de richesse. Le collectif Forum pour d’autres indicateurs de richesse (FAIR) regroupe une soixantaine de chercheurs et de militants associatifs qui partagent une réflexion critique sur les indicateurs économiques et ceux de progrès des sociétés. L’occasion de son lancement, au début de 2008 en France, fut la création de la Commission Stiglitz (Commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social) sur proposition de Nicolas Sarkozy. Depuis lors, FAIR diffuse son manifeste, traduit en plusieurs langues, et mène diverses actions pour susciter un vaste débat démocratique sur le progrès des sociétés, sur sa mesure et sur l’élaboration d’indicateurs alternatifs au PIB.

Site : État de crises, urgence de la transformation Année après année, les dérèglements écologiques, sociaux et économiques se sont ancrés de façon systémique, et s’intensifi ent. . « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Forum pour d'autres indicateurs de richesse. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir FAIR. Le collectif « Forum pour d'autres indicateurs de richesse », ou encore FAIR (acronyme en forme de clin d'œil qui signifie juste ou équitable en anglais)[1] regroupe une cinquantaine de chercheurs et de militants associatifs réfléchissant d'une manière critique à la question des indicateurs économiques et des indicateurs de progrès des sociétés. Ce regroupement au départ informel est rapidement passé de la réflexion à la diffusion, puis de la diffusion à l'action avec l'ambition d'intégrer de larges collectifs contribuant à la contestation des indicateurs économiques dominants que sont le PIB ou la croissance économique puis à l'élaboration de nouveaux indicateurs alternatifs.

Historique[modifier | modifier le code] FAIR date du début 2008. Ce débat collectif déboucha au premier trimestre 2008 sur la création de FAIR, comme réseau de la société civile. Premières activités[modifier | modifier le code] Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse - PID - Produit Intérieur Doux. Le Forum FAIR : forum pour d’autres indicateurs de richesse, a été créé par les réseaux de la société civile qui travaillent sur la question des nouveaux indicateurs de progrès « au-delà du PIB », dans une vision renouvelée de la richesse ou du développement humain durable.

Ce réseau s’est créé suite à la constitution du Comité pour la mesure des performances économiques et du progrès social, dit Commission Stiglitz. Fair entend contribuer au débat public et porter les travaux de l’ensemble des acteurs qui travaillent cette question depuis des années... Le site de FAIR. FAIR, de quoi s’agit-il ? Offrir une vision renouvelée de la richesse ou du développement humain durable, tel est l’objectif qu’ambitionnent d’atteindre les réseaux de la société civile qui ont créé le collectif FAIR : Forum pour d’autres indicateurs de richesse.

FAIR ensemble Notre forum est pluriel et ouvert à la diversité des approches et des conceptions de la richesse et de sa mesure. Le premier relève de « l’éthique ». Vers de nouveaux indicateurs de richesse - Conférence Utopia à Clermont-Ferrand le 10 juin. Utopia Puy-de-Dôme vous invite à une conférence exceptionnelle : VERS DE NOUVEAUX INDICATEURS DE RICHESSES État de la recherche et perspectives régionales Florence JANY-CATRICE Université de Lille I Institut Universitaire de France Discutant René SOUCHON Président de la Région Auvergne Le 10 JUIN, 19h00, Université Blaise Pascal Amphithéatre Blaise Pascal 34, Avenue Carnot à Clermont Ferrand Cliquez ci-dessous pour une introduction au sujet Les indicateurs de richesses sont essentiels pour permettre de mesurer l'état de bien-être durable des individus et de la société au niveau national, régional mais aussi européen et mondial, et pour définir les politiques à ces différents niveaux.

L'indicateur de richesse dominant et universel, celui qui s'est progressivement imposé à tous les pays, est le Produit intérieur brut (PIB). Le PIB n'est, en effet, pas neutre. Économique, il n'indique rien sur la « santé sociale » d'une nation ou d'un territoire. FAIR. Plusieurs membres du FAIR ont été conviés individuellement à participer aux travaux des quatre réunions de la Commission de concertation sur les indicateurs complémentaires au PIB (Florence Jany-Catrice, Dominique Méda, Géraldine Thiry, Patrick Viveret) et ont assisté aux trois premières réunions (17 février, 3 mars, 17 mars).

L’objectif de cette Commission coprésidée par le CESE et France Stratégie est de « proposer un tableau de bord d’une dizaine d’indicateurs afin d’éclairer les décisions de politiques publiques. Ce tableau de bord pourrait notamment répondre aux attentes de la proposition de loi visant la prise en compte des nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques, proposition de loi adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale mercredi 29 janvier 2015.

FAIR se réjouit de voir la thématique des nouveaux indicateurs de richesse progresser lorsqu’elle contribue à aller au-delà du PIB. Lire la suite... De la convivialité. Dialogues sur la société conviviale à venir. Tout le monde sent bien, sait bien que nos sociétés ne pourront pas continuer longtemps sur leur lancée actuelle, en ravageant toujours plus la nature, en laissant exploser les inégalités, en lâchant la bride à une finance folle qui dévaste et corrompt tout.

Mais quelle alternative imaginer ? Les idéologies politiques héritées ne semblent plus être à la hauteur des défis de l’époque. C’est dans ce contexte qu’il convient d’examiner ce qui est susceptible de réunir certains des courants de pensée les plus novateurs de ces dernières années : décroissance, recherche de nouveaux indicateurs, de richesse, anti-utilitarisme et paradigme du don, plaidoyer pour la sobriété volontaire etc.

Voir aussi Pour un manifeste pour un convivialisme, et la critique de Denis Clerc dans Alternatives économiques. Bien-être et croissance. Webdocumentaire | Le bonheur brut. Les indices du bonheur. L’indice mondial 2012 de l’innovation (GII 2012) Power Distance Index. Liste des devises nationales. Le rapport Stiglitz a été rendu ce matin : vers un indicateur alternatif au PIB ? Commission Stiglitz. Le rapport Stiglitz préconise de mesurer le bien-être. [Le comité Pauvreté & Politique] Réforme du PIB. Nouveaux indicateurs de richesse.

Le Revenu Inconditionnel. UNDP HDI 2008 French. N° 284, T1 2011.