background preloader

Art Egyptien

Facebook Twitter

Egypte : un album sur Flickr. Amenmeryt - évolution de la langue égyptienne et de ses écritures. Sommaire Le scribe Nebmertouf lisant sousla protection du dieu Thot18e dyn. (Louvre) Rappel rapide de la chronologie de l'Égypte ancienne Un rapide rappel illustré de la chronologie pour avoir le contexte en tête. L'évolution de la langue égyptienne L'égyptien appartient à la famille des langues chamito-sémitiques. Ancien égyptien : langue de l'époque de l'Ancien Empireexemplesles « textes des pyramides » (textes funéraires royaux écrits dans les pyramides à partir de la fin de la 5e dynastie)Textes des pyramidesTéti, 6e dyn.

Extrait de papyrus avec le conte de Sinouhé,12e dyn. Les différentes écritures ayant noté la langue égyptienne Il ne faut pas confondre les différents états de la langue et les différentes façons de la noter, même si certaines appellations se recoupent. hiéroglyphes : dessins plus ou moins stylisés.Écriture utilisée pour les inscriptions monumentales ou sur les objets, jusqu'à l'époque tardive. Ostracon copte, époque arabe, 8e s. ap. La prononciation Par exemple, exemple. Amenophis 3 ; Amenophis III ; Amenhotep 3 ; Amenhotep III ; KV22 ; KV 22 ; vallée des rois ; tombe Egypte. Amenhotep (Aménophis) III est le fils et successeur de Thoutmosis IV et le père du futur Amenhotep IV - Akhenaton. Il monte sur le trône vers l'âge de 12 ans. Son nom de naissance complet est Amenhotep-Heqawaset c'est à dire "Amon est satisfait - A la tête de Thèbes". Son nom de couronnement Neb-Maat-Re qui peut se traduire de différentes façons, notamment "Ra est maître de la Maat".

Le règne est long, de 36 à 40 ans selon les sources. Il s'agit d'une période de paix et de prospérité, avec une très faible activité militaire, le roi préférant la diplomatie de l'or notamment au Proche Orient. Apogée des arts, vaste programme de construction dans tout le pays...ce règne marque l'apogée de la civilisation égyptienne et le début de son déclin.

Amenhotep III s'était fait édifier sur la rive Ouest du Nil à Thèbes un immense Temple de millions d'années, le plus grand jamais construit. Son palais civil personnel fut aménagé par le roi sur la même rive, à Malgatta. MUR NORD (à gauche) Voir le sujet - Kemet Antique (Ancienne Egypte) en Images. Partie supérieur d'une statuette, nouvel empire, Metropolitan Museum Figure assise de Ptah, Dynastie 21-25, Met Museum Tombe de Meryre, 18 Dyn, Amarna. Photographies avec le tag « art de l'égypte ancienne » - Ecole du Louvre : Iconographie. Les principaux sites de l’Egypte ancienne. Localisation du plateau de Guizeh. Rite-de-fondation-d-un-temple-egyptien. Tombe Rekhmirê. Persée. La bordure occidentale du Gebel Qarara (Moyenne-Égypte) : éléments de géologie pour la compréhension du relief et de l'histoire de l'occupation humaine. 1L'étude d'un territoire offrant plusieurs sites archéologiques, pris au sens large, est actuellement en cours en Moyenne-Égypte, dans la province d'El-Minia, sur la rive orientale du Nil (Fig. 1 et 2), sous la direction de l'Institut d'Égyptologie de l'Université de Tübingen.

Les travaux s'appuient sur des sondages et des prospections archéologiques, des fouilles planimétriques (B. HUBER, 1998, 2004-a, 2004-b, 2006 et 2008) et des carottages à la tarière à main (B. MOULIN et B. HUBER, 2009). Les investigations présentées ici ont d'abord pour objectif de mettre en évidence, sur la partie nord de ce territoire (la bordure occidentale du Gebel Qarara), les éléments de géologie (lithologie, tectonique) qui ont influé directement sur la géomorphologie locale. Figure 1 - Localisation du Gebel Qarara. Source : Google Earsh, Data SIO, NOAA, U.S. Figure 2 - Le secteur d'étude dans le contexte régional. Source : Google Earth, Data SIO, NOAA, U.S. Photo 2 - Vues panoramiques du Gebel Qarara. Liste des temples égyptiens - Le Temple Egyptien.

Cette page répertorie quelques 235 monuments d'Egypte et de Nubie agrémentés de près de 500 références issues d'une dizaine d'ouvrages et de sites Internet. Chaque lien renvoit vers une page contenant une vue satellite du monument, ainsi que ses coordonnées géographiques (qui sont approximatives, lorsqu'indiqué). Les monuments présentant un intérêt touristique important sont marqués par le symbole de l'appareil photo Actuellement, seuls les monuments soulignés possèdent une description complète (cliquez alors sur "fiche" pour obtenir les informations de la base). Le formulaire ci-dessous vous permet d'effectuer une recherche à partir de n'importe quel terme dans la base de données, ou d'afficher les temples les plus proches d'une position GPS.

Aide sur le Temple Explorer (3,5 Mo) Objectifs en cours :1000 références20 ouvrages différents20 descriptions touristiques. Nouvelle page 1. Nouvelle page 1. L'Egypte antique. CHAMITES EGYPTIENS. - Nagada 3A (3200-3125 BC) : Les Égyptiens Nagadiens Sémainiens enterrent leurs nobles dans des tombes rectangulaires en briques crues (parfois à plusieurs pièces, pour ranger les nombreuses offrandes), avec un plancher et un toît. Les corps reposent sur un lit de bois ou sont protégés par un cercueil en bois ou en terre cuite. On trouve parfois des tombes d'animaux (boeufs, babouins, éléphanteaux, hippopotames, giraffes, crocodiles, etc...). Les palettes à fards adoptent une forme rectangulaire ou scutiforme. Le royaume de Theni (Thinis) devient dominant aprés s'être emparé de celui de Noubit (Ombos).

Grace aux hiéroglyphes qui commencent à se répendre, on connait la liste approximative des rois de Theni à cette époque : Roi-Oryx, roi-Coquillage, roi-Poisson, roi-Éléphant, roi-Taureau, roi-Bucrane 1er (?) , roi-Cigogne, roi-Chien, roi-Bucrane 2 (?) - Nagada 3C1 (3050-3000 BC) : Aprés lui vient le roi Scorpion 2 qui règne à la fois sur Nekhem (Hiérakonpolis) et sur Theni (Thinis). Égypte ancienne, Égypte antique. Échos lointains d’un monde peuplé de dieux à tête d’animaux, de mythes solaires et de médecine magique, les œuvres qui nous sont parvenues depuis les premiers temps de l’Histoire de l’Égypte ancienne jusqu’à la domination romaine racontent le quotidien d’une civilisation ingénieuse et dévouée. De somptueuses statues en bas-reliefs colorés, d’objets du quotidien en momies royales, les musées et collections égyptiennes où sont dispersées ces chefs-d’œuvre témoignent de la grandeur de ce peuple aux mille et un enchantements.

C’est à ce fantastique voyage artistique que vous êtes conviés, à travers la diversité d’œuvres venues de toute l’Égypte, à travers la variété de créations issues de plusieurs millénaires d’évolution, à travers la formidable imagination et le talent d’artistes pour la plupart restés dans l’anonymat de leurs œuvres. Œuvres à la loupe → Œuvres à la loupe Chronologie → Chronologie Lexique Une explication de termes liés à l’Égypte ancienne à travers un lexique de mots. → Lexique. Le temple égyptien. Gebel el Silsila Epigraphic Survey Project. Le projet el Gebel Silsila Enquête: Deux saisons | Centre de recherches américain en Egypte.

Contributed by Maria Nilsson and John Ward, Lund University; ARCE Members Inside the Speos of Horemheb. Photo: M. Nilsson. Known to the ancients as Khenu, the ancient site of Gebel el Silsila is divided into east and west by the Nile at its narrowest point, and is foremost famous for its many New Kingdom stelai, cenotaphs and Speos of Horemheb. Located between Kom Ombo and Edfu, it features ancient Egypt's largest series of sandstone quarries running for approximately 2.5-3 km2 on both sides of the Nile, presenting evidence of extraction methods and transportation techniques, a wide variety of graffiti including hieroglyphic, hieratic, demotic, Greek and Latin inscriptions, petroglyphs and elaborated pictorial representations: carved and painted commemorations dating from Prehistory and throughout all subsequent ancient periods. The site became an object of repetitive modern scientific pilgrimage when Napoleon’s researchers reached its shores, but except for minor excavations by G.

Inscriptions grecques et latines de la Syrie | Laboratoire HISOMA. L’épigraphie grecque et latine au Proche-Orient Comme l’archéologie, avec laquelle elle a des rapports étroits, l’épigraphie est une discipline auxiliaire de l’histoire, ce qui signifie qu’elle traite d’une documentation qui constitue le socle des recherches historiques. Son objet est l’étude des inscriptions (epigraphai, en grec), les textes écrits sur des supports durables, à la différence des papyrus et des manuscrits. Si la plupart des textes connus dans les langues grecque et latine sont gravés sur la pierre, il existe d’autres supports (métal, bois, terre cuite, etc.) et les mosaïques inscrites sont particulièrement nombreuses au Proche-Orient. En revanche, les tablettes en terre crue, supports de l’écriture cunéiforme, disparaissent à l’époque hellénistique. L’épigraphiste est à la fois un historien et un linguiste. Les inscriptions connues permettent d’aborder quinze siècles d’histoire du Proche-Orient depuis l’arrivée d’Alexandre le Grand.

Tyr (Liban). Héliopolis (Liban). Cartes. Senmout.