Net society

Facebook Twitter

There's No Such Thing as "Cyberbullying" La vie n’est pas en lecture seule » Article » OWNI, Digital Journalism. La vie est un choix ou plutôt une somme de choix et pour choisir la liberté est un outil essentiel.

La vie n’est pas en lecture seule » Article » OWNI, Digital Journalism

Liberté de décider, de partager, d'échanger, bref liberté de vivre. Ce texte de 2006 reste plus que pertinent en 2010. Un fichier informatique est dit « en lecture seule » lorsque vous n’avez que le droit de l’exécuter et donc de le lire. Alors qu’un ficher disponible « en lecture/écriture » vous offre en plus la possibilité de le modifier. Le nationalisme pris dans les filets de l’internet sans frontière. Je rebondis à chaud sur un article de Vogelsong qui se demande Pourquoi il devrait être fier d’être français.

Le nationalisme pris dans les filets de l’internet sans frontière

Un article intéressant qui dresse un constat d’étonnement assez limpide. Pourquoi tant d’énergie déployée pour promouvoir une nation que je n’ai pas choisie ? Réseaux sociaux : le spectre du consensus mou » Article » OWNI, Digital Journalism. Les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, accentuent tous deux la valeur de socialisation.

Réseaux sociaux : le spectre du consensus mou » Article » OWNI, Digital Journalism

Laquelle conduit à une forme d’auto-contrôle de ses membres, notamment via le conformisme qui traduit l’évitement du risque. Readwriteweb avait commenté l’étude (2009) de Cameron Marlow, sociologue travaillant pour Facebook, qui montre le décalage entre le nombre d’amis Facebook et le nombre réel d’amis, ceux avec qui on a de vrais échanges. Les internautes ont en moyenne 130 amis sur Facebook (chiffre 2010) mais ne dialoguent qu’avec quatre d’entre eux (pour les hommes) ou six (pour les femmes). Même les collectionneurs ayant 500 amis ou plus, ne font guère mieux : 10 pour les hommes et 16 pour les femmes. (Peut-être parce qu’elles y passent plus de temps, mais cela ne répond pas à la question de leurs motivations, à creuser…) I-Doser: vous prendrez bien un shoot de musique? » Article » OWNI, Digital Journalism. Depuis quelques jours, on parle beaucoup des drogues numériques, ces fichiers sonores sensés reproduire les sensations d'une vraie drogue.

I-Doser: vous prendrez bien un shoot de musique? » Article » OWNI, Digital Journalism

Mais est-ce que ça marche vraiment ? Nous avons testé et fouillé le sujet pour vous... Elles existent depuis plusieurs années, mais cela ne fait que quelques jours qu’elles défrayent la chronique. Le 12 juillet dernier, plusieurs médias de l’État de l’Oklahoma ont révélé que deux jeunes lycéens avaient été convoqués par leur directeur d’établissement en mars dernier pour avoir pris des “drogues numériques”. La sérendipité. Quelques définitions de Walpole à aujourd'hui. Digital journalism » Article » L’envol sous CC.

Favoriser le duplicate content, ce n'est pas uniquement prendre le risque "de [s]e faire bien baiser pour parler crument", comme l'a expliqué Keeg dans un billet.

digital journalism » Article » L’envol sous CC

Le choix du Creative Commons présente aussi des avantages. Titre Original : Passer ses textes sous licence Creative Commons, c’est bien. Digital journalism » Article » Ceci n’est pas une pipe (d’ailleu. La publication par Google du nombre de demandes de données par les gouvernements montre que la transparence, qui devient la norme sur le web, est en mesure de bousculer les systèmes établis.

digital journalism » Article » Ceci n’est pas une pipe (d’ailleu

S'ils ne réagissent pas avant. Titre original : Google vient de créer un site qui pousse un peu plus loin que d’habitude, bien qu’encore fort modestement, le principe que les gardiens ont besoin d’être eux-mêmes « gardés », ou à tout le moins « regardés ». En effet, sur on peut observer l’activité offensive des États et comparer le nombre et la nature de leurs requêtes interventionnistes vis-à-vis de Google et de ses utilisateurs. Ces demandes des États concernent notamment l’interdiction de blogs, le bannissement de certains mots clés dans les recherches via Google, ou encore la suppression de l’accès à des vidéos présentées par YouTube.

Oxford University Press launches the Anti-Google. Il n’y a pas de crise des médias ? Selon Andreas Kluth, journaliste et blogueur américain, il n'y a pas de crise des médias car nous n'avons jamais été aussi bien informés.

Il n’y a pas de crise des médias ?

Un point de vue biaisé par rapport à la réalité de la pratique de l'internaute lambda. La crise des médias, on nous en rebat les oreilles depuis quelques année, stigmatisation d’Internet à l’appui. Même qu’il y a un blog qui s’appelle comme ça. En fait, il n’y a pas de crise des médias, car nous n’avons jamais été aussi bien informés, sauf pour les journalistes qui perdent leur emploi et ceux qui ont des intérêts dans le secteur. C’est la conclusion d’Andreas Kluth, journaliste, blogueur, après une analyse diachronique de ses habitudes en matière de consommation de médias, traduit ci-dessous. Pour un bon tuyau, demandez à vos amis plutôt qu'à Google.

Photo : Ernie souffle un conseil à l’oreille de Bert (See-Ming Lee/Flickr) Pour certaines requêtes, mieux vaut demander conseil à ses amis qu’à Google.

Pour un bon tuyau, demandez à vos amis plutôt qu'à Google

Faites l’expérience : en tapant « bon film » dans le moteur de recherche, vous aurez toutes les chances d’être déçus. Le moteur de recherche vous renverra invariablement vers les mêmes sites ou blogs, sans répondre à votre question. Sans parler des résultats de Google Images, qui me condamnent à louer « Scary Movie 4 » ou encore « Massacre à la tronçonneuse ». Le jeu des algorithmes ne tient pas compte des préférences des internautes. La crise du lien.

Ce post est #oldlink-safe La crise du lien Par Henry Michel Ikezukuri.

La crise du lien

Non, elles n’ont pas rencontré leurs agresseurs sexuels sur Inte. Nouvelle passagère canadienne de la soucoupe, Emmanuelle Erny-Newton revient sur l'image erronée du web comme lieu de prédation sexuelle des pédophiles.

Non, elles n’ont pas rencontré leurs agresseurs sexuels sur Inte

Suite à un article allant dans ce sens, elle a mené son enquête. En tant que pédagogue œuvrant pour l’éducation aux médias, je ne peux que me réjouir du fait que l’Ontario ait décidé d’inclure à son cursus scolaire des leçons sur la sécurité sur Internet. Le court article du Globe and Mail rapportant ce changement m’a cependant laissée confuse ; en effet, l’article ajoutait « Ce changement est annoncé le jour même où la police de l’Ontario vient d’interpeller trente-cinq personnes pour possession de pornographie infantile » (c’est moi qui traduit). Ah ? Les pédophiles n’ont rien à craindre de la LOPPSI. Les internaut. Le filtrage de l'internet, adopté ce jeudi 11 février à l'Assemblée nationale, dans le cadre de la Loppsi 2, n'a pas pour objectif d'empêcher les pédophiles de consulter des sites pédopornographiques.

D'une part parce que la pédopornographie, ça n'existe pas. Ensuite (et surtout), parce que le filtrage de l'internet que prévoit le projet de loi ne concerne aucunement les pédophiles avérés, mais les internautes qui, par mégarde ou par naïveté, pourraient éventuellement y accéder. Et encore : il s'agit moins d'empêcher ces internautes de devenir pédophiles que de leur éviter de se faire escroquer... A contrario, cette mesure ouvre la boîte de Pandore du filtrage de l'internet, suivant en cela la préconisation de Nicolas Sarkozy qui, récemment, déclarait à propos de l'Hadopi qu'il "faut expérimenter sans délai les dispositifs de filtrage", afin de lutter contre le "piratage". La pédopornographie, ça n'existe pas. Internet Holds Remote Alaska Town Together. Comment débusquer les fausses prédictions technologiques. En 1995, Clifford Stoll, astronome, auteur et assez savant fou dans son genre, publiait dans Newsweek une tribune remarquablement titrée d'un «The Internet?

Bah!» (L'Internet ? Pouah !). L'article reposait sur le livre de Stoll «Silicon Snake Oil» (charlataneries de silicium) dans lequel il affirmait que nous étions tous menés en bateau par les experts es technologies et leurs visions utopiques de futures «autoroutes de l'information». Technologies du Langage: Beta: Archivage de l'actu avec Wikio Bu. Si vous lisez ce blog depuis quelque temps, vous savez que je suis fasciné par les phénomènes de "buzz" (voir par exemple ici ou ici). Cela fait quelque temps que je travaille avec les développeurs de Wikio sur une idée un peu folle : détecter tous les buzz (petits ou grands) de chaque journée, et les archiver pour la postérité, un peu comme l'INA archive la vidéo... C'est un projet qui, je pense, intéressera journalistes, chercheurs et historiens. Vous me direz sans doute "Oui, mais Google News archive aussi l'actu, alors où est la différence ? ". Droit à l'avortement, ou le problème de l'information sur le net. La plume est une vierge, l'imprimerie une putain - AFP-MediaWatc.

Fuyez les livres, fuyez l'école, fuyez Facebook! Conrad Gessner, un scientifique suisse de renom, a sans doute été le premier à s'inquiéter des répercussions négatives d'un trop-plein d'informations. Dans un ouvrage de référence, Gessner décrivait un monde moderne submergé de données, une situation à la fois «déroutante et néfaste». Aujourd'hui, les médias s'en font l'écho à coups de rapports sur les risques sans précédent d'un environnement virtuel continuellement «branché». La plume est une vierge » Article » owni.fr, digital journalism. Nicolas Carr postulait, dans un article devenu célèbre, que Google transformait sa façon de penser, en mal. Le problème est plus profond et touche aux fondements de la relation que l'Homme entretient à la technologie.

Est virgo hec penna, meretrix est stampificata disaient les anciens : La plume est une vierge, l’imprimerie est une putain Internet, putain de notre temps. Steve Jobs soutient la presse pour éviter "une nation de blogueu.

Usages et cuture web

Net citoyen.