background preloader

Lunes de Jupiter

Facebook Twitter

Ganymède (lune) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ganymède est constitué à quantités à peu près égales de roches silicates et de glace d'eau. Il s'agit d'un corps totalement différencié avec un noyau liquide riche en fer. On suppose l’existence d'un océan d'eau salée à près de 200 km sous la surface de Ganymède, pris en sandwich entre des couches de glace[6]. Sa surface est constituée de deux grands types de terrains. Ganymède est le seul satellite du Système solaire connu pour posséder une magnétosphère, probablement créée par convection à l'intérieur du cœur ferreux liquide[8].

La découverte de Ganymède est attribuée à Galilée, qui fut le premier à l'observer le 7 juillet 1610[11],[12],[13]. L'astronome français Nicolas-Claude Fabri de Peiresc suggéra des noms tirés de la famille Medici pour les lunes, mais sa proposition ne fut pas retenue. Le nom de Ganymède et des autres satellites galiléens est tombé en désuétude pendant un long moment jusqu'au milieu du XXe siècle. Io (lune) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Io. Avec plus de 400 volcans en activité, Io est l'objet le plus actif du Système solaire. Cette activité géologique est provoquée par les forces de marée de Jupiter. Les volcans du satellite rejettent des composés du soufre et les panaches peuvent atteindre 500 km d'altitude. Sa surface est constellée d'une centaine de montagnes, certaines plus élevées que l'Everest[4].

À la différence de la plupart des satellites du Système solaire externe (qui possèdent une épaisse couche de glace), Io est essentiellement composées de roches silicates entourant un noyau. Le volcan Tvashtar sur Io. À la différence des volcans terrestres, les volcans sur Io rejettent des composés du soufre, dont peut-être de l'anhydride sulfureux. Ces éruptions volcaniques sont très changeantes ; durant les quatre mois séparant l'arrivée des sondes Voyager 1 et 2, certaines d'entre elles se sont arrêtées et d'autres ont commencé. Europe (lune) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Europe, officiellement Jupiter II Europe (en abrégé J II Europe, internationalement J II Europa) est un satellite naturel de Jupiter, le sixième par la distance et le deuxième parmi les satellites galiléens. Avec un diamètre de 3 121 kilomètres, Europe est le quatrième plus gros satellite de Jupiter et le sixième du système solaire.

Sa surface est composée de glace et se trouve être la plus lisse de tout le système solaire. Bien que sa température soit au maximum de -150 °C, on suppose qu'en dessous se trouve un océan liquide d'environ 90 kilomètres de profondeur. De plus, des geysers d'eau ont été détectés à sa surface. Comportement résonant des orbites d'Io, Europe et Ganymède. Europe fait le tour de Jupiter dans le sens direct à une distance moyenne de 670 900 km en 3 j 13 h 14,6 min. La période d'Europe est en résonance orbitale avec celle de ses deux voisins dans les rapports 2:1 et 1:2. Le champ magnétique autour d'Europe.

Callisto (lune) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Callisto. Les formations géologiques remarquables de Callisto ont été baptisées d'après la mythologie scandinave. Ainsi, les deux plus grands cratères portent les noms de Valhalla (paradis des guerriers tombés au combat) et d'Asgard (lieu de résidence des dieux). Les autres cratères sont baptisés des noms de héros : Valfodr, Hœnir, Lodurr, Bran, Sudri, Fodri, Nidi, Burr, Reginn, Ymir, Gymir, etc. Comparaison des tailles de la Lune (en haut à gauche), de Callisto (en bas à gauche) et de la Terre (à droite). Crédit : NASA/JPL Comme bon nombre de lunes planétaires, Callisto est en rotation synchrone autour de Jupiter[2]. La masse volumique moyenne de Callisto, 1,83 g⋅cm-3[2], suggère que la lune est composée de roches et de glace d'eau en proportions à peu près égales, avec en plus quelques composés volatils gelés tels que l'ammoniac[11].

Structure interne de Callisto. Plaines cratérisées. Satellites naturels de Jupiter. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Découverte des satellites[modifier | modifier le code] Premières découvertes[modifier | modifier le code] Voyager[modifier | modifier le code] Dernières découvertes[modifier | modifier le code] Entre 1979 et 1999, aucun nouveau satellite de Jupiter ne fut découvert et il fallut attendre des progrès suffisants dans le domaine des détecteurs pour que les observations reprennent. S/2000 J 11 fut ensuite retiré de la liste des satellites car il n'avait alors jamais été ré-observé depuis sa découverte. Le 7 septembre 2010 R. Le , S. S/2000 J11 est finalement réobservé en 2010 et 2011, réintégrant l'objet à la liste. En 2012, on connaissait 67 lunes à Jupiter, le record du Système solaire, parmi lesquelles 50 sont nommées et ont reçu un numéro définitif.

Table des satellites[modifier | modifier le code] Ci-dessous est présentée la liste des 67 satellites connus de Jupiter, S/2000 J 11 compris. Groupes[modifier | modifier le code]