background preloader

Histoire du manga

Facebook Twitter

Histoire du manga. Le Manga et les Éditions Glénat, c'est une idylle qui commence dès 1988.

Histoire du manga

À cette époque, Jacques Glénat, lors d'un voyage au Japon, a le coup de foudre pour une BD en cinq lettres qui résonneront bientôt dans tout l'hexagone : AKIRA, devient, en 1990, le premier manga publié en France. Suit trois ans plus tard la sortie de Dragon Ball, le manga le plus vendu au monde : il s'en écoule plus de 17 millions d'exemplaires rien qu'en France. Ces manga seront les premiers d'une longue série de titres toujours plus audacieux. Aujourd'hui, avec plus de 120 titres à son catalogue, Glénat est un éditeur de manga incontournable en France avec 25% de parts de marché. Des séries aussi mythiques que Gunnm (Yukito Kishiro), Appleseed et Ghost in the Shell (Masamune Shirow), Evangelion (Yoshiyuki Sadamoto), Bastard (Kazushi Hagiwara), Kenshin (Nobuhiro Watsuki) ou Nausicaä de la Vallée du Vent (Hayao Miyazaki) figurent parmi les incontournables du manga moderne.

Les origines du manga ? Le manga BNF. Avec la précision minutieuse du botaniste, Hokuzai dispose, comme sur les planches d'une encyclopédie, arbres, arbustes, fleurs et herbes, les accompagnant souvent d'annotations descriptives, de gros plans et de détails.

le manga BNF

Ici, une planche descriptive avec annotations sur les couleurs (de droite à gauche) : ôsei (sceau-de-Salomon), misumisô (hépatique commune), kuroyuri (lis noir). La Manga de Hokusai (Denshin kaishu Hokusai manga) « L'initiation à la transmission de l'essence des choses » Hokusai Katsushika (1760-1849), 1812-1878. 15 volumesLivre illustré de gravures sur bois imprimées en deux teintes. 227 x 155 mmÉditeurs : à Nagoya, Eirakuya Tôshirô ; à Edo, Kakumaruya Jinsuke, Hanabusaya Heikichi, Takegawa Tôbei BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DD-655, vol. 8, fol. 22v°-23r° © Bibliothèque nationale de France BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DD-654, vol. 7, fol. 2v°-3r° Page de gauche : un fantôme et la vieille ogresse des montagnes.

Articles : Les origines historiques du manga. Quand on pense aux origines du manga, on songe très souvent à Osamu Tezuka et à son admiration pour Walt Disney, ce qui en soi n’est pas faux.

Articles : Les origines historiques du manga

Mais au final, on oublie que le manga a des racines bel et bien japonaises, sur lesquelles se sont greffées d’autres influences (surtout américaines), et que ces racines remontent très loin dans le temps. Le manga trouve sa source à la période de Nara (entre 710 et 794) avec l’apparition des emakimono, des rouleaux peints (plus de dix mètres de papier pour chacun) avec des textes calligraphiés. Il s’agit de l’adaptation japonaise de rouleaux venant de Chine et de Corée importés par les moines bouddhistes. Le sens de lecture était de droite à gauche, il fallait dérouler le rouleau de gauche tout en réenroulant celui de droite pour ainsi ne voir qu’une partie de l’histoire, laquelle se découvrait à mesure. Les premiers emakimono servaient de support pour véhiculer les idées du bouddhisme. Extrait du Chôjû-jinbutsu-giga. Manga. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manga

Ne doit pas être confondu avec anime. Wikipe-tan, un exemple de dessin d'inspiration manga. Un manga (漫画, manga?) Est une bande dessinée japonaise. Le mot « manga » est parfois utilisé pour désigner, par extension, une bande dessinée non japonaise respectant les codes des productions populaires japonaises ou pour nommer, maladroitement, d'autres produits visuels rappelant certaines de ces bandes dessinées (dessins animés, style graphique, etc.). Le dessinateur de mangas est appelé mangaka. Étymologie[modifier | modifier le code] Le terme devient courant à partir de la fin du XVIIIe siècle avec la publication d'ouvrages tels que Mankaku zuihitsu (1771) de Kankei Suzuki, Shiji no yukikai (1798) de Kyōden Santō ou Manga hyakujo (1814) de Minwa Aikawa.

Il ne prend le sens précis de « bande dessinée » qu'au cours du XXe siècle, avec l'introduction de celle-ci au Japon. Les 20 mangas les plus populaires de tous les temps. Le site mangazenkan a compilé les chiffres de ventes et publié une longue liste des mangas les plus populaires, comprenez vendus, de tous les temps.

Les 20 mangas les plus populaires de tous les temps

Shingeki no Kyojin, le manga le plus populaire de l’année 2013 vient de dépasser les 36 millions d’exemplaires écoulés et surclasse les ventes de Docteur Slump ou 20th Century Boys. S'il est évident que ce sont des séries fleuves, toujours en cours de publication, qui trustent les premières places, quelques troublions sont de la partie tel Black Jack qui arrive étonnement en troisième position.

Sachant que l'oeuvre de Tezuka ne comporte que 17 volumes, c'est une véritable surprise. Autre exploit impressionnant, Touch, la série connue en france sous le titre Théo ou la batte de la victoire a atteint la barre symbolique des 100 millions d'unités. Tout en haut de ce classement, la série la plus appréciée par les lecteurs nippons n’est autre que One Piece, la vache à lait d’Eiichirō Oda, dépassant les 300 millions de copies achetées.