background preloader

9.2.4. Influence

Facebook Twitter

Le pouvoir médiatique en France, une affiche (Le Monde diplomatique, décembre 2016) Cette affiche prend le parti de la lisibilité plutôt que de l’exhaustivité. Y figurent des médias d’information qui « font l’opinion » et qui dépendent d’intérêts industriels ou financiers, de groupes de presse ou de l’État : publications généralistes nationales, quotidiens régionaux, audiovisuel national (et quelques chaînes de télévision locales). Les journaux départementaux, les titres indépendants (comme Le Canard enchaîné) ainsi que la presse dite alternative ne sont pas représentés. 25 ans après : Retour sur « La nomenklatura française – pouvoirs et privilèges des élites » C Delarue. Goldman Sachs et la Maison Blanche, une histoire d’allers-retours et d’intérêts bien compris. En dépit de son discours hostile aux élites, Donald Trump a annoncé l’arrivée de cinq anciens « Goldmanites » à des postes-clés.

Goldman Sachs et la Maison Blanche, une histoire d’allers-retours et d’intérêts bien compris

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé S’il est une entreprise qui est sortie gagnante de l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, c’est bien la banque d’affaires Goldman Sachs, dont le cours en Bourse s’est amélioré d’un tiers depuis le 8 novembre et a frôlé un record historique. Goldman Sachs et les administrations US / fichier public. Goldman Sachs: All Recipients. Une théorie du complot ? « En cas de doute, il y a trois questions à se poser » Data Memo Third Presidential Debate. Project on Algorithms, Computational Propaganda, and Digital Politics. Pdf. Presse française : qui possède quoi, par Marie Beyer & Jérémie Fabre (Le Monde diplomatique, juillet 2016) Dernière mise à jour : décembre 2020 (v. 16.2) Cette affiche prend le parti de la lisibilité plutôt que de l’exhaustivité. Y figurent des médias d’information qui « font l’opinion » et qui dépendent d’intérêts industriels ou financiers, de groupes de presse ou de l’État : • les titres de presse écrite papier à diffusion nationale de type généraliste, économique et politique ; • les titres de la presse quotidienne régionale ; • la télévision nationale (et quelques chaînes de télévision locales) ; • les canaux de radio à portée nationale ; • certains sites d’information en ligne.

Les titres indépendants (comme Le Canard enchaîné) ainsi que la presse dite alternative ne sont pas représentés (1). Enfin, on a limité les liens capitalistiques aux principaux actionnaires (2). Journalist Exposes Inside Strategies to Censor News. La première plateforme collaborative de consommateurs dédiée aux actions de groupe. COMMISSION DE REFLEXION SUR LA PREVENTION DES CONFLITS DINTERETS DANS LA VIE PUBLIQUE. LobbyPlanet Europe: Corporate Europe Observatory cartographie les lobbyistes auprès des institutions européennes et leurs méthodes.

Corporate Europe Observatory (CEO) vient de publier le livre "Lobby Planet.

LobbyPlanet Europe: Corporate Europe Observatory cartographie les lobbyistes auprès des institutions européennes et leurs méthodes

Putting Brussels Lobbyists on the Map", dont je décris plus bas le contexte et les grandes lignes, avant de donner des extraits édifiants et de rappeler deux autres livres essentiels parus sur le même sujet. L'image, signée Khalil Bendib, accompagne la présentation de Lobby Planet sur le site du CEO. Dans l’article sur « L’argent du lobbying: une ‘transparence’ à géométrie variable », je résumais les dernières actualités et rendais compte d’un rapport édifiant de la coalition européenne ALTER-EU (Alliance for Lobbying Transparency and Ethics Regulation), tout en disant que j’avais eu le plaisir de rencontrer plusieurs représentants et responsables de la coalition et d’un réseau qui en est l’un des membres fondateurs les plus actifs : Corporate Europe Observatory. WorldGov2004gris. Influence Networks by OWNI. "lobbycratie" OpenSecrets.org: Money in Politics.

Google, Dow and Deutsche Bank break into top-10 biggest corporate lobbying spenders. NationalRepresentationBrussels%20FINAL. Haute-finance & sociétés secrètes. Pour atteindre leur objectif, ceux qui prétendent dominer le Monde disposent de deux moyens d’action principaux : les Sociétés Secrètes et l’Argent, c’est-à-dire la Haute Finance, dont l’intervention a été souvent décisive dans le déclenchement des guerres et des révolutions.

Haute-finance & sociétés secrètes

Alena : comment la Maison Blanche acheta le Congrès, par John R. MacArthur (Le Monde diplomatique, 2010) Pour convaincre les Américains des bienfaits du libéralisme, les projets comme l’Accord de libre-échange nord-américain, ou Alena, doivent dissimuler, sous des arguments voulus incontournables, les pressions exercées par le président, les parlementaires qui le soutiennent et les groupes de pression des multinationales.

Alena : comment la Maison Blanche acheta le Congrès, par John R. MacArthur (Le Monde diplomatique, 2010)

Aux Etats-Unis, la notion de « libre-échange » réfère, certes, à une théorie économique. Mais aussi à la libre circulation d’argent et de services, notamment politiques, entre la Maison Blanche, point d’appui des lobbies d’affaires, et les élus de la Chambre des représentants et du Sénat qui doivent ratifier tout accord traitant du commerce avec l’étranger. Cet « échange » a pris une tournure spectaculaire en 1993, lors du débat sur les barrières douanières entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. Le Parti démocrate est lui-même divisé. Une aile anti-Alena y est conduite par deux membres puissants de la Chambre des représentants, Richard Gephardt et David Bonior.