background preloader

La virtualisation

Facebook Twitter

La virtualisation, qu'est-ce que c'est ? Définition La virtualisation est un mécanisme informatique qui consiste à faire fonctionner plusieurs systèmes, serveurs ou applications, sur un même serveur physique.

La virtualisation, qu'est-ce que c'est ?

La virtualisation est un composant technique clé dans le Cloud Computing. Comment ça marche ? La virtualisation repose sur le mécanisme suivant : Un système d'exploitation principal (appelé « système hôte ») est installé sur un serveur physique unique. Usages La virtualisation permet différents types d'applications : installation de plusieurs systèmes d'exploitation sur un unique serveur,mise en place d'un Plan de retour d'activité rapide en cas d'incident,test des applications sur plusieurs systèmes dans les phases de développement,accélération de la montée en puissance du système d'information. Avantages.

La virtualisation réduit les coûts de 30 % 01Business le 11/10/12 à 00h00 sommaire Mille cinq cents euros par an.

La virtualisation réduit les coûts de 30 %

C'est, selon Gartner, ce que coûte un poste de travail à une société de taille moyenne. “ Environ un tiers de ce prix correspond au prix d'achat du PC et des logiciels associés comme le système, la bureautique, les progiciels, détaille Emmanuel Bernard, spécialiste de la virtualisation chez EMC. Le reste comprend les opérations de maintien en condition, l'assistance à l'utilisateur et la sauvegarde. ” A la maintenance, s'ajoute régulièrement le traumatisme de suivre les évolutions technologiques. Virtualiser le poste de travail peut générer des économies Bâtir un tout nouveau modèle de poste de travail stoppe quelquefois l'hémorragie budgétaire. Venom : la faille zero day qui pourrait mettre le cloud à genoux.

01net. le 13/05/15 à 17h39 Sauter le pas du stockage dans le cloud n’est jamais facile.

Venom : la faille zero day qui pourrait mettre le cloud à genoux

Où sont les données ? Puis-je les récupérer à l’envi ? Sont-elles en sécurité ? Coup de tonnerre dans le nuage Baptisée Venom, pour Virtualized Environment Neglected Operations Manipulation, elle concerne donc certaines plates-formes de virtualisation. Alcatel-Lucent s'appuie sur Red Hat pour virtualiser les réseaux mobiles. Le portefeuille de virtualisation du réseau d'Alcatel-Lucent comprend un vEPC pour gérer les abonnés et une plateforme vIMS pour exécuter les services IP.

Alcatel-Lucent s'appuie sur Red Hat pour virtualiser les réseaux mobiles

(crédit : Alcatel-Lucent) Lors du prochain Mobile World Congress de Barcelone (24-27 février), Alcatel-Lucent prévoit de faire avec China Mobile une démonstration de voix sur LTE (VoLTE) en utilisant ses solutions de virtualisation de réseau. Alcatel-Lucent fait un pari important sur les opérateurs qui souhaitent virtualiser leurs réseaux mobiles en utilisant la technologie NFV (Network Functions Virtualization), laquelle apporte plus d'agilité et réduit la dépendance vis-à-vis des matériels propriétaires.

La virtualisation a déjà modifié la façon dont les entreprises construisent et gèrent leurs infrastructures informatiques et les opérateurs mobiles voudraient faire la même chose sur les réseaux. VMware lance sa distribution OpenStack basée sur vSphere. VMware travaille notamment avec Red Hat, SuSE, Canonical et HP pour s'assurer que leurs versions d'OpenStack fonctionnent avec son infrastructure de virtualisation.

VMware lance sa distribution OpenStack basée sur vSphere

(crédit : D.R.) Le champion de la virtualisation VMware a annoncé lors de sa conférence annuelle à San Francisco la disponibilité en version preview de sa distribution OpenStack. L'éditeur veut séduire les entreprises avec une offre packagée clef en mains. VMware cherche à apporter une fiabilité « de classe entreprise » à OpenStack en lançant sa propre distribution d'OpenStack, le framework cloud Open Source qui connaît un succès croissant depuis son lancement en 2010. Cette distribution, pour le moment disponible en version preview pour certains clients de VMware après inscription depuis ce formulaire, tourne au-dessus de sa pile de virtualisation vSphere.

Des workloads qui peuvent être déplacés vers d'autres versions d'OpenStack. Le cloud peut-il apporter plus de sécurité ? Selon une étude réalisée par le Ponemon Institut, 40% des données hébergées dans le cloud échapperaient au contrôle du DSI ou du RSSI.

Le cloud peut-il apporter plus de sécurité ?

PublicitéDans toutes les entreprises, le cloud n'est plus une question mais un fait. Soit. Mais la sécurité des données n'en pâtit-elle pas ? Selon une étude réalisée par le Ponemon Institut sur la commande de Safenet, en moyenne 30% des données des entreprises sont stockées dans un cloud mais 44% de ces données ne sont pas sous le contrôle de la DSI, soit environ 13% de toutes les données de l'entreprise. Il est vrai que la moitié des environnements clouds sont eux-mêmes installés sans intervention de la DSI !

Article rédigé par Laurent Mavallet, Journaliste Partager cet article. Kaspersky garantit la sécurité des plateformes de virtualisation. Kaspersky Lab propose une nouvelle solution de sécurité offrant une protection spécifique pour les plates-formes de virtualisation (VMware, Citrix et Microsoft) : Kaspersky Security for Virtualization | Light Agent.

Kaspersky garantit la sécurité des plateformes de virtualisation

Kaspersky a décidé de venir en aide aux environnements virtuels, qui sont particulièrement vulnérables durant le laps de temps qui s’écoule entre la création d’une machine virtuelle et le téléchargement des plus récentes mises à jour de sécurité par l’agent de protection présent sur chaque machine virtuelle. Tant que ces mises à jour ne sont pas installées, la machine virtuelle reste vulnérable. Et en fonction du nombre d’utilisateurs qui téléchargent simultanément ces mises à jour et du nombre de mises à jour de sécurité à traiter, cette fenêtre de vulnérabilité peut aller de plusieurs minutes à plusieurs heures.

VMware

Le cloud.