background preloader

Resistance

Facebook Twitter

222. Catalogue. CNRD 2016, Résister par l’art et la littérature. Résister par l’art et la littérature, combattre et survivre Exposés et conférences : « Chroniques interdites » Résister par l’art et la littérature, 1940-1945 exposition au Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne Parc Vercors – 88 avenue Marx Dormoy – 94500 Champigny-sur-Marne 17 janvier-31 août 2016CNRD 2016, MNR, Champigny L’art pendant l’Holocauste, 1939-1945, Berlin, Art from the Holocaust 1939–1945 Deutsches Historisches Museum, Unter den Linden 2,10117 But my soul is free – pendant l’Holocauste, 1939-1945, Berlin Des artistes Theresienstadt "On y croise les fantômes de Robert Desnos et de W.

Helga WeissováDessine ce que tu vois ! Musique composée à Theresienstadt, Gideon Klein et Karel Reiner, compositeurs tchèques. L’art et la Shoah : Cf. L’art en guerre Analyse des mots du sujet. Resistance 2016 web. Concours National de la Résistance et de la Déportation. Il devient difficile d'enregistrer des témoignages directs. Les historiens de la période et les héritiers des victimes et des témoins apportent de nouvelles ressources à travers exposés et conférences construits autour du thème du Concours. Mon père, Jean Bruller dit Vercors Jean Bruller est un dessinateur graveur de bonne réputation. Dès le début de la guerre, il souhaite ne pas se soumettre devant l’ennemi. L’écrivain et éditeur Pierre de Lescure est une de ses relations. Il l’introduit dans un des réseaux de l’Intelligence Service. Entretien avec François Bruller, fils de Jean Bruller dit Vercors. Filmé en décembre 2015 au Musée de la Résistance nationale La poésie en Résistance La poésie connaît une grande vitalité avec la Résistance.

Entretien avec Francis Combes, diplômé de Sciences-Po et poète. André Fougeron, un peintre en Résistance André Fougeron, artiste peintre, entre en Résistance dès 1940. La musique en Résistance Conférence de Christine Lévisse-Touzé sur le thème 2015-2016. Analyse voc cnrd2016. L'Occupation. Période pendant laquelle la France a été occupée par les troupes allemandes (1940-1944). En mai 1940, l'offensive foudroyante des blindés allemands provoque bientôt la débâcle de l'armée française et l'exode des civils sur les routes.

Au gouvernement Paul Reynaud succède un gouvernement Pétain, qui demande l'armistice dès le 17 juin 1940. La convention d'armistice franco-allemande du 22 juin 1940 fixe aussi le principe de la contribution financière de la France à l'entretien des troupes d'occupation et subordonne l'économie française à l'effort de guerre du Reich : participations financières allemandes dans l'industrie, commandes imposées. Elle détermine aussi une ligne de démarcation qui sépare la zone « occupée » de la zone « libre » où siège le gouvernement Pétain, à Vichy. Paris est le siège du haut commandement allemand, auprès duquel Vichy a accrédité un délégué général qui fut longtemps Fernand de Brinon, dévoué à la cause nazie. La Résistance. Ensemble des actions menées, durant la Seconde Guerre mondiale, contre les occupants et leurs auxiliaires ; ensemble de ceux qui ont participé à ces actions.

Introduction De 1940 à 1944, l'Allemagne hitlérienne domine le continent européen. L'ambition de Hitler est de modeler autour du grand Reich germanique (Grossdeutschland) une Europe inféodée, contrainte de mettre ses richesses humaines et économiques à sa disposition. Mais la nazification de l'Europe se heurte dans tous les pays à des actes de résistance, qui vont aller en s'amplifiant au fur et à mesure du durcissement des conditions d'occupation et de l'amélioration de l'organisation des réseaux de résistants. Les objectifs de la Résistance sont militaires et visent à aider l'effort de guerre par le sabotage, le renseignement, le rapatriement des combattants (aviateurs par exemple) puis la formation de maquis.

Perçue comme une force occasionnelle, la Résistance n'est pas incluse dans une stratégie élaborée par les Alliés. 1. 1.1.