background preloader

Naissance de coopératives

Facebook Twitter

SCIC : une entreprise à bénéfice et avec impact social | économie & Solidarité. Attention. Dans cet article on parle économie. On parle entreprise. C’est du sérieux. Mais l’économie ce n’est pas le bandeau des indices du CAC 40 qui défilent en bas de l’écran ou les analyses aussi rapides que lacunaires, que grossières de l’expert (sic) ès économie de bfmTV. L’économie, nous dit la sociologie économie, c’est un peu plus complexe que l’histoire de l’offre et de la demande qui se rencontrent le soir sur le marché. L’économie, pour le dire rapidement, c’est une série d’échanges de biens et de services entre des individus, dont les relations recouvrent des enjeux qui dépassent le seul registre du coût, du prix, des bénéfices et qui impactent les conditions de vie. [Didactique - Lecture facultative] Prenons trois exemples. 1) Derrière le coût d’un produit il y a le salaire. Économie – social – environnement – psychologie. Alors on va parler d’entreprise, d’entreprise coopérative, collaborative.

Entreprendre pour coopérer Dans les années 90’, l’entrepreneur était à la mode. ComtéL'Usine explore le modèle du coworking à Belfort. L’Usine a déjà hébergé une vingtaine d’entreprises individuelles en quatre ans. INNOVATION SOCIALE. Créée en 2010, L’Usine à Belfort a été le premier espace de coworking en Franche-Comté. Environ 80 entreprises individuelles ont fait appel à ses services depuis sa création.

L’objectif de son animatrice et créatrice, Émilie Castellano, est de transformer cette année l’association en société coopérative. Cliquer sur les photos pour les agrandir. « Nous sommes une entreprise apprenante. Nous produisons de l’autonomie, de la coopération qui intègre chaque individu comme capable de générer des idées qui font évoluer la société. C’est ainsi qu’Émilie Castellano définissait le rôle de L’Usine, à Belfort (Territoire de Belfort), lors de ses vœux pour 2014. Premier implanté en Franche-Comté, cet espace de coworking est né voilà déjà quatre ans.

Consultante en graphisme, Émilie Castellano travaillait alors à domicile, tout comme Philippe Martin, le photographe avec qui elle collabore. Infos pratiques. "C'est quoi une coopérative?" La réponse pédagogique et en images de CoopFr. SCOP : quand l’entreprise devient démocratique sur Newmanity. Héritières en France des « associations ouvrières » autorisées dès 1848, les SCOP existent aujourd’hui dans de nombreux pays du monde, sous des formes plus ou moins semblables.

Le principe est le suivant : les salariés doivent détenir la majorité du capital de l’entreprise, soit 51%, et prennent les décisions importantes ensemble (ils représentent au moins 65% des droits de vote, et chaque votant compte pour une voix, quelle que soit son nombre de parts). Il existe aujourd’hui plus de 160.000 coopératives en Europe pour 5,5 millions de salariés concernés, et environ 2.000 en France pour plus de 40.000 salariés.

Une direction tout de même Le vote n’est pas utilisé tous les jours dans une SCOP. On y a recours pour les grandes décisions stratégiques, pour accepter ou non le bilan, et pour désigner la direction de l’entreprise. Le « patron » est donc « élu » par ses salariés. La répartition des bénéfices Une question de valeurs De toutes les tailles Une autre forme: la SCIC. Les Scop : lancement d’une campagne de communication à destination des dirigeants de PME. SCOP/SCIC. SCIC : une entreprise à bénéfice et avec impact social | Economie & Solidarité. Lancement de l’expérimentation Coopérative Jeunesse de Services (CJS) en Bretagne. Les Coopérative Jeunesse de Services ont pour objectif d’éduquer les jeunes mineurs à l’entrepreneuriat coopératif.

Concrètement, pendant la période estivale, 3 groupe de jeunes mineurs, accompagnés par 2 animateurs-trices, vont apprendre à conduire une entreprise coopérative : proposer des services à la population du territoire, prendre des décisions collectivement, définir une stratégie de commercialisation, décider de l’affectation des résultats … Mais au-delà, c’est pour ces jeunes vivre une expérience d’apprentissage, d’engagement citoyen et d’émancipation personnelle. Ce projet est aussi soutenu par l’Etat, la région Bretagne, les conseils généraux, et un ensemble de partenaires publics et privés locaux.

Communiqué de presse Vidéo promotionnelle. Dirigeant, et si vous cédiez votre PME à... vos salariés ? "Et si le meilleur des repreneurs était déjà dans votre entreprise ? ", interpelle la nouvelle campagne de communication des Scop (Sociétés coopératives et participatives), officiellement lancée à partir du 15 juin. L'objectif de l'opération est clair : convaincre les patrons de PME des multiples intérêts de céder leur entreprise à leurs salariés. Parmi lesquels, la Confédération générale des Scop avance la pérennité de l'activité, la sauvegarde des emplois ou encore l'accompagnement du réseau.

Une campagne multi-canal La transmission des PME est même devenue la priorité numéro un de la Confédération générale des Scop. Spots télévisés (BFM TV), publicité sur internet et en presse écrite... Elle n'a pas lésiné sur les moyens pour toucher le plus grand nombre à l'échelle nationale et régionale en deux temps forts (mi-juin et septembre). Le spot publicitaire "Les repreneurs" : Pour aller plus loin : Scop et Scic, une infographie pour mieux comprendre. 118 nouvelles coopératives artisanales en trois ans. Les salariés de Bioluz créent une coopérative pour sauver leur emploi. Ettre la main à la poche pour sauver son emploi. C'est la formule choisie par la majorité des employés (35 sur 49) du laboratoire pharmaceutique Bioluz, spécialisé dans le remplissage de poches souples stériles, installé à Saint-Jean-de-Luz.

Placée sous la protection du tribunal de commerce de Bayonne l'an dernier, la société est devenue une coopérative (sous la forme d'une Scop), à la fin de février, après validation du projet de reprise. Concrètement, les salariés associés se sont engagés à verser cinq mois de salaire (en étalant les versements sur une durée plus ou moins longue), en plus d'un apport initial. « Nous avons vraiment l'impression d'avoir les cartes de notre entreprise en main », témoigne Lucie Pinel, responsable qualité. Elle décrypte ses motivations : « Je suis entrée dans la société il y a deux ans seulement, mais je ne voulais pas me retrouver au chômage.

La solution de la coopérative me semblait intéressante, j'ai l'impression d'être davantage impliquée. » Bioluz devient une Scop et sauve ses emplois. 35 des 49 salariés de Bioluz, un laboratoire pharmaceutique situé à Saint-Jean-de-Luz, et spécialisé dans le remplissage de poches souples stériles, ont accepté de mettre la main au portefeuille pour sauver leur entreprise.

Bioluz avait été placé sous administration du tribunal de commerce de Bayonne en 2012 à la suite de difficultés économiques ; celui-ci vient de valider le projet de reprise sous forme de Scop (société coopérative). Selon la Confédération générale des Scop, qui fédère en France l’ensemble des entreprises fonctionnant sous ce régime, Bioluz est le premier laboratoire pharmaceutique à adopter cette forme juridique. L’addition est néanmoins salée pour les salariés qui, en plus d’une mise de fonds initiale, se sont engagés à faire des versements échelonnés à l’entreprise pour un montant de 5 mois de salaire. Selon la Confédération générale des Scop, Bioluz a prévu d’investir 1,4 million d’euros au cours des trois prochaines années pour consolider son activité. La CGT de Goodyear veut créer une SCOP pour sauver le site d'Amiens. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Cédric Pietralunga, avec Francine Aizicovici Les délégués CGT de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord (Somme), accusés ces dernières semaines d'avoir provoqué par leur intransigeance la fermeture du site, devaient annoncer, mardi 26 février, leur intention de créer une Société coopérative et participative (SCOP), afin de sauver une partie de l'activité du fabricant américain de pneus.

"Nous allons demander à la direction de Goodyear que les salariés puissent reprendre à leur compte la production de pneus agricoles", précise Mickaël Wamen, le leader controversé de la section locale du syndicat. "Cette activité est en effet très rentable et n'a aucune raison de fermer", ajoute-t-il. Goodyear se porte bien et n'a "aucune raison de fermer l'usine" d'Amiens-Nord, selon la CGT Selon la CGT, cette reprise en SCOP pourrait permettre de sauver environ 800 emplois sur les quelque 1 200 que compte encore l’usine. La réplique du PDG de Titan à Montebourg. Aix-en-Provence : le pari d'une Scop en faveur de l'insertion professionnelle. Fontanille devient Scop. Le fabricant de dentelle Fontanille, en Haute-Loire, qui était en liquidation judiciaire vient d’être repris par ses salariés sous forme de Scop.

Syndex, qui a longtemps assisté le CE, a soutenu cette transformation. Paulo Terroso, secrétaire CFDT du CE raconte. « Fontanille a été placé en règlement judiciaire une première fois en 2009. La CFDT a eu alors l’idée de créer une Scop, mais l’encadrement n’était pas prêt et nous n’avons pas eu le temps de monter le dossier. Cette fois, on a pu anticiper. Les coopératives constituent une solution habitation à découvrir ! Les Coopératives d'Activités et d'Emploi, une réussite née en Rhône-Alpes. Entreprendre de manière individuelle tout en choisissant le statut de salarié et en bénéficiant d’un réseau actif pour se lancer ? C’est possible grâce aux Coopératives d’Activités et d’Emploi (CAE). Si près de 70 entreprises existent aujourd’hui en France et accompagnent plus de 6 500 porteurs de projets, Rhône-Alpes se signale tout particulièrement sur le sujet.

Après en avoir été le berceau en 1995, la région fait toujours preuve d’une forte dynamique et annonce un plan de développement ambitieux : multiplier par 4 le nombre de personnes accompagnées d’ici 2020. Un contrat sectoriel dédié à l’économie sociale et solidaire, une initiative unique en France Cette dynamique s’inscrit dans une stratégie partagée entre le Conseil Régional Rhône-Alpes, l’Etat et la CRESS Rhône-Alpes, pour le développement de l’ESS déployée à travers un plan d’actions pluriannuel : le Contrat Economique Sectoriel pour l’économie sociale et solidaire en Rhône-Alpes. Valdivienne : Buroform redémarre sous forme de SCOP.

Le tribunal de commerce de Poitiers a entériné ce vendredi après-midi le plan de reprise du groupe Arféo de Château-Gontier (Mayenne) et de sa filiale Buroform installée à Valdivienne. Ce plan prévoit la création d'une Société coopérative et participative (SCOP) baptisée Société nouvelle Arféo Buroform, dont le siège restera à Château-Gontier.

Le comité de direction de la SCOP sera élu par les sociétaires dès la semaine prochaine. Michel Moinet, actuel directeur des sites d'Arféo, qui a élaboré le projet de reprise semble être bien placé pour être élu président de la SCOP. Le site de Valdivienne comptera 89 emplois contre 107 actuellement. 70 salariés ont fait part de leur intention de devenir adhérents de la SCOP. Selon Sophie Mussche, responsable du site de Valdivienne, les deux sites disposent dès aujourd'hui d'1,8 million de commandes fermes que l'entreprise ne pouvait satisfaire faute de pouvoir acheter la matière première. Arféo. La coopérative des salariés est validée, le site de La Pommeraye fermerait - Cholet.maville.com.

L’information est tombée : la reprise de la société castrogontérienne Arféo-Faroé par la coopérative des salariés a été validée à l’instant par le tribunal de commerce de Poitiers. Un grand soulagement pour les salariés du fabricant de mobilier de bureaux basés à Château-Gontier (Mayenne), une triste nouvelle pour ceux de La Pommeraye, dans le Maine-et-Loire. Il y a quelques jours déjà, André Grimault, le maire de La Pommeraye et un des principaux acteurs du dossier, avait estimé que la proposition de Scop (Société coopérative et participative), en projet depuis des mois, devrait aboutir « à 90 ou 95 % ». La branche Arféo-Faroé, implantée à Château-Gontier et La Pommeraye, avait été placée en redressement judiciaire le 4 octobre. La branche sœur Arféo-Buroform, basée à Valdivienne (Vienne), a elle aussi été placée en redressement judiciaire, le 20 novembre, pour qu’une solution de reprise globale soit étudiée.

Casse sociale Mais la reprise ne se fera pas sans casse sociale. La Rochelle : l'association Cristal Production devient une Scic, Société coopérative d'intérêt collectif. Guide de la création d'entreprise en Scop. A Augan (56) : une épicerie coopérative pour redynamiser une commune ... - L'économie sociale, l'alternative ? sur Viadeo.com. Bonjour, @ Basta Mag | by Camille Botella | 04.01.13 | Déserts ruraux ?

- Mieux qu’un centre commercial : une épicerie coopérative, culturelle et solidaire dynamise une commune ... C’est une épicerie, bar, café concert. Un lieu multi-services que font vivre les habitants d’une commune du Morbihan : vente de produits bio, production de bière locale, livraisons pour les personnes âgées, lieu de débat... Trouver une alternative au capitalisme marchand tout en créant de l’emploi et en répondant aux besoins locaux ? (relayé par) JPh Brun________________ SCOP : mode d’emploi sur zoomdici. Il y a un mois est née Fontanille Scop, une société coopérative et participative qui a permis aux salariés de sauver leur entreprise mise en liquidation judiciaire. En ces temps de crise, cela pourrait donner des idées à d'autres employés dont l'outil de travail est mis en péril.

Le 22 novembre 2012, après un long mois d’attente, les salariés de Fontanille poussaient un ouf de soulagement : Benoît Hamon, ministre délégué à l’Economie Sociale et Solidaire, confirmait le plan de reprise de l’entreprise textile par ces mêmes salariés (lire l'article). Un plan de reprise rendu possible par la mutation de Fontanille en Scop (société coopérative et participative) structure dont il a été question en ce jeudi 20 décembre à l’occasion du « petit-déjeuner de la Coopération » organisé dans les bâtiments de la Scop du Velay, dans la zone industrielle de Blavozy. Thème principal de la réunion : reprendre/transmettre une entreprise sous statut coopératif, en reprenant l’exemple de Fontanille. Les coopératives et les mutuelles, une solution pour notre temps. 08/12/12 par Monique F. Leroux L’Année internationale des coopératives qui s’achève a permis de découvrir comment un milliard de coopérateurs contribuent à bâtir un monde meilleur.

Ainsi, les coopératives et mutuelles emploient 100 millions de personnes dans 100 pays. C’est davantage que les emplois créés par l’ensemble des multinationales sur la planète. De plus, les 300 plus importantes coopératives et mutuelles au monde génèrent des revenus de près de 2 000 milliards de dollars, dépassant le PIB du Canada, 10e économie mondiale. Parmi ces leaders, neuf sont Canadiens, dont La Coop fédérée, Agropur, SSQ et Desjardins. En octobre dernier, l’Alliance coopérative internationale (ACI), l’Université St. Ce sommet a mis en lumière les grands enjeux d’affaires des coopératives. Les prémices d'une loi pour la formation des Scop.

CAE Clara: "mon entreprise d'entrepreneurs" Scop : "Etre heureux d'aller travailler, ça change tout !" L'association Cap Savoir devient une société coopérative participative - Séniors Compétences.