background preloader

HDA : Tout va très bien Madame la Marquise

Facebook Twitter

Le Net plus ultra de la chanson française. En 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate en Europe juste après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne.

Le Net plus ultra de la chanson française

La France, alliée À Varsovie, déclare la guerre à Hitler avec les conséquences que nous connaissons. Afin de rallier les troupes, de fouetter le moral de la soldatesque et des autres Français, plusieurs écrivent des chansons qui exhortent le caractère national. Parmi celle-ci, mentionnons Ça fait d’excellents Français, née de la plume de Jean Boyer, composée par Georges Van Parys et créée par l’homme au canotier, Maurice Chevalier.

Audio Player. Antiwar Songs (AWS) - Ça fait d'excellents français. 238. Pierre Dac: "Tout ça, ça fait..." (1944) Nous nous intéressons ici à la chanson de variétés et ses interprètes en France pendant la seconde guerre mondiale.

238. Pierre Dac: "Tout ça, ça fait..." (1944)

Avec l'occupation se pose la question de l'engagement. Doit-on garder le silence ou au contraire continuer à chanter, composer? De septembre 1939 à mai 1940, le ministère de la guerre met en place le théâtre aux armées, organisant des spectacles le long de la ligne Maginot. Des chanteurs vedettes tels que Maurice Chevalier, Joséphine Baker, Fernandel se rendent ainsi au front afin de maintenir le moral des troupes plongées dans la "drôle de guerre". Leurs chansons ont pour vocation d'égayer la longue attente des soldats. Maurice Chevalier et Joséphine Baker sur la ligne Maginot en 1940.

Or, les lignes françaises sont rapidement enfoncées. Aussi, en dépit des restrictions et du couvre-feu, la vie culturelle et artistique présente une grande vitalité durant l'occupation, véritable âge d'or. Le Casino de Paris, l'ABC, les Folies-Bergères ou l'Alhambra font salle comble. HDA : Tout va très bien Madame la Marquise by Mikael NOAILLES on Prezi. Texte de : Tout va très bien Madame la Marquise. On connaît sinon les paroles au complet, tout au moins le refrain.

Texte de : Tout va très bien Madame la Marquise

Un des grands succès de Ray Ventura et de ses Collégiens qui se termine par : "Et bien voilà, Madame la Marquise Apprenant qu'il était ruiné À peine fut- il revenu de sa surprise Que'Monsieur le Marquis s'est suicidé Et c'est en ramassant la pelle Qu'il renversa toutes les chandelles Mettant le feu à tout le château Qui s'consumma de bas en haut Le vent soufflant sur l'incendie Le propagea sur l'écurie Et c'est ainsi qu'en un moment On vit périr votre jument...

" Paroles À l'origine, les paroles de cette chanson furent attribuées à Paul Misraki (musique de Ray Ventura) mais comme elle ressemblait étrangement à un sketch créé quatre ans auparavant par Bach et Laverne, en l'espace de quelques mois, les noms de ces deux compères furent ajoutés aux éditions subséquentes. Dans le livret accompagnant le coffret Bach et Laverne, la compil ! Fort possible. [*] Voir à Rodolphe Salis Le texte de cette comédie anglaise est ici. Ray Ventura.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ray Ventura

Ray Ventura Ray Ventura en 1950 aux Pays-Bas. Il joue un rôle non négligeable pour la promotion du jazz en France au cours des années 1930[1]. Il est l'oncle du chanteur et guitariste Sacha Distel. Biographie[modifier | modifier le code] Il est élève au sein des classes élémentaires du lycée Molière[2] (Paris). Influencé par les orchestres de Paul Whiteman aux États-Unis et de Jack Hylton en Grande-Bretagne, Raymond Ventura fonde un des premiers orchestres à sketches de France, « Ray Ventura et ses Collégiens » avec quelques-uns de ses amis. Raymond Legrand (orchestrations) rejoint la formation en 1934, ainsi que André Cauzard (trombone et arrangements) puis Guy Dejardin (orchestrations à partir de 1939). À la déclaration de guerre, en septembre 1939, il est incorporé au Train des Équipage dans l'est de la France. En 1959, il effectue la promotion du grand orchestre de Caravelli, alors à ses débuts.

Œuvres musicales[modifier | modifier le code] Chansons de l'entre-deux-guerres. Tout va très bien madame la marquise (chanson) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tout va très bien madame la marquise (chanson)

Tout va très bien, madame la marquise est une chanson de 1935, paroles et musique de Paul Misraki, publiée aux éditions Ray Ventura ; c'est un des grands succès de l'orchestre de Ray Ventura et ses Collégiens avec Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Et Ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine. Tout va très bien Madame la Marquise est devenu une expression proverbiale pour désigner une attitude d'aveuglement face à une situation désespérée. L'origine (moderne) du refrain est attribuée à Bach et Laverne, auteur d'un sketch portant le même titre. Sa création résulte, selon Paul Misraki lui-même ["Tout va très bien, la vie d'un compositeur", manuscrit inédit] de l'échec d'une première soirée de tournée de Ray Ventura et ses Collégiens, dans le Sud de la France.

Ray VENTURA - Tout va tres bien Madame la Marquise.