background preloader

Physiologie

Facebook Twitter

Le bassin, la pelvimétrie, et la césarienne. Lorsqu’on rentre dans une médicalisation à outrance, on crée de la pathologie. À l’heure où beaucoup des actes de la vie quotidienne sont déjà monitorés, numérisés, la médecine d’État semble n’être plus qu’un bon petit chien de garde participant, profitant et valorisant ce monde-là.

Lorsqu’on rentre dans une médicalisation à outrance, on crée de la pathologie

Aller toujours plus vite, faire toujours plus, contrôler chaque parcelle d’un corps-machine apparait comme l’avenir que se fixent les toutes-puissantes personnes en charge de l’avenir du monde hospitalier, au grand désarroi de ses petites mains et de certains de ses usagers. Heureusement, d’autres visions existent et tentent de se répandre, proposant de faire mieux, plus simplement et avec un personnel qui a le temps de se permettre l’humanité.

La maternité au féminin. Infirmière diplômée en 1986, Isabelle Challut a d’abord travaillé dans le milieu hospitalier en France et en Suisse avant de s’installer au Québec, il y a plus de 20 ans.

La maternité au féminin

À travers son cheminement personnel et professionnel, elle est devenue accompagnante à la naissance. Elle a développé une expertise et une passion pour l’accouchement naturel, respectueux du rythme physiologique de la mère et de l’enfant. En 2005, elle a créé au Québec le Centre Pleine Lune, un lieu d’accompagnement et d’enseignement pour les parents et les professionnels. Ses activités de formatrice en périnatalité l’emmènent aussi en France, en Belgique et en Suisse. Entre sécurité et intimité de la naissance. Un nouveau regard sur la naissance. Ne gérez pas la troisième phase du travail ! Le pouvoir des mots. Nous sommes des êtres de langage et notre langage reflète nos croyances.

Le pouvoir des mots

Quand on analyse le champ lexical de la naissance, on comprend pourquoi, dans nos sociétés occidentales, celle-ci est vécue par les femmes et les enfants comme une étape difficile et douloureuse. Dans et article, initialement publié par le journal américain Midwifery Today1, Michel Odent nous propose une analyse des mots, de leur pouvoir et comment il est possible d'en neutraliser les effets délétères.

Comment l'évolution des conditions de naissance est en train de modifier l'humain. «Nous avons perturbé les conditions de naissance et c’est en train de modifier l’être humain», avertit Michel Odent1.

Comment l'évolution des conditions de naissance est en train de modifier l'humain

Conscient des progrès remarquables réalisés par la médecine moderne, dont il a été l’un des premiers à faire usage, ce médecin né en 1930 est aussi très lucide sur les risques à long terme posés par la généralisation de pratiques qui auraient pu être limitées aux cas d’urgence : quel est l’avenir d’une civilisation née sous ocytocine synthétique, privée d’un abondant flot d’hormones de l’amour à un moment critique de la vie humaine, ayant perdu le contact avec le terrain bactériologique aussi familier que riche à qui elle devait son immunité ?

Aucune phase de la vie moderne n’a été autant bouleversée que la naissance», expliquait Michel Odent aux avant-dernières Journées des Doulas, le 7 juin 2014. Modifier les conditions de naissance, qu’est-ce que cela change ? Lumière sur le hands off. Le regard du naissant. Semaine mondiale de l'accouchement respecté. Hommage au Docteur Frédérick Leboyer (1918-2017) L’ouvrage, illustré de belles photos et assorti de considérations lyriques, fait sensation parce qu’il décrit les souffrances du tout-petit soumis aux protocoles hygiénistes en vigueur dans les maternités occidentales, et montre a contrario l’épanouissement des nouveau-nés accueillis dans la douceur.

Hommage au Docteur Frédérick Leboyer (1918-2017)

Le succès de cet ouvrage entraîne à la fois d’énormes résistances des professionnels de la naissance, dont les médias se font l’écho, et des demandes nouvelles de la part des “usagers” des maternités. Né en 1918 dans une famille de la bourgeoisie juive alsacienne, il fait des études de médecine à Paris, devient interne des hôpitaux, puis chef de clinique en chirurgie et en obstétrique à la Faculté de médecine. Il exerce d’abord comme accoucheur mondain dans une clinique de Neuilly, où il fait plus de 9000 accouchements selon les méthodes classiques et souvent en endormant complètement la parturiente. Normal birth - a moral and ethical imperative — Sheena Byrom. WHO says that 80% or more of women should be able to give birth normally around the world (which means more should be able to do so in the UK, given the overall level of health in the UK as a high income country).

Normal birth - a moral and ethical imperative — Sheena Byrom

The fact that only about 35% of women are supported well enough to actually achieve this in the UK (and that many of the remaining 65% feel failures as a consequence) is an indictment of our maternity service provision, and not of women themselves. If we actually were successful in supporting women to achieve the rates of physiological birth that should be possible for them, at the same time as helping the small minority of women for whom this is not possible to feel positive about the interventions that are really needed for themselves and/or their baby, we would not be in the position we are in now, where normal is seen as something exotic that should not be promoted.

Stand and Deliver: Obstetric Blinders: Cord Clamping. In my last post on obstetric blinders, I quoted a 1970 article that discussed upright birth among the Bantu and Polynesian people.

Stand and Deliver: Obstetric Blinders: Cord Clamping

That article quoted M.C Botha's 1968 article on the management of the umbilical cord in labor from the South African Medical Journal. (Full text here.)