background preloader

Loren-ziom - Eco coll.

Facebook Twitter

Économie collaborative et développement durable. Quelle place pour l’hôtellerie indépendante face à la pression des agences de voyage en ligne (OTA) et à l’émergence de l’économie collaborative ? Les métamorphoses du capitalisme. Revue Sociologies pratiques 2015/2. Attention : Cette offre est exclusivement réservée aux particuliers. Si vous souhaitez abonner votre institution, veuillez vous adresser à votre libraire ou à votre fournisseur habituel.

Les prix ici indiqués sont les prix TTC, hors frais de livraison. Pour plus d'informations, veuillez consulter les conditions générales de vente. Les prix ici indiqués sont les prix TTC. L’innovation sociale connaît un regain d’attention tant du côté des acteurs socio-économiques et des responsables publics que des chercheurs. Nouvelle réponse à des besoins non ou mal satisfaits ou expérience alternative visant à des changements sociaux, ce concept polysémique donne lieu à de multiples interprétations. Avant-Propos Page 1 à 6 Innovation sociale, les enjeux de la diffusion Entretiens Page 9 à 14 Concevoir l’innovation sociale dans une perspective de transformation Page 15 à 18 Analyser en contexte la dimension normative de l’innovation sociale Réponses sociologiques Page 21 à 30 Page 31 à 40 Page 41 à 54 Page 55 à 64.

Partager pour mieux consommer ? Recherche simple. L’économie collaborative, entre utopie et big business. Robert Isabelle, La consommation collaborative, le versant encore équivoque de l’économie de la fonctionnalité | ISIDORE - Accès aux données et services numériques de SHS. Aubry Alexis, La prohibition des pratiques discriminatoires face à l’émergence de l’économie collaborative | ISIDORE - Accès aux données et services numériques de SHS.

La prohibition des pratiques discriminatoires face à l’émergence de l’économie collaborative. Par souci d’anonymat, Ahmed est un nom fictif. Toutefois, le réel prénom est également associé à la culture arabe. Nous utilisons son expérience non pas pour démontrer l’existence de pratiques discriminatoires, mais uniquement afin de préciser l’objet de l’article. Rachel BOTSMAN, « The Sharing Economy Lacks a Shared Definition », Collaborative consumption, Nov. 22, 2013, , consulté le 14 avril 2016. Pascal TERRASSE, « Rapport au premier ministre sur l’économie collaborative », février 2016, < ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/164000100.pdf>, consulté le 15 avril 2016, p. 9. Pascal TERRASSE, « Rapport au premier ministre sur l’économie collaborative », préc., note 4, p. 11.

PIPAME, « Enjeux et perspectives de la consommation collaborative », préc., note 5, p. 38. Plateforme de transport de moyenne ou longue distance entre particuliers. Benjamin G. Id., p. 8. Workshop Economie collaborative et capitalisme cognitif – FICOPS. Dans le cadre de l’axe 2 de la MSHS de Nice, un séminaire de recherche est organisé. Il sera consacré à l’économie collaborative et au capitalisme cognitif. 3 séances sont prévues. La première séance aura lieu le lundi 23 mars autour de Philippe Aigrain, Michel Bauwens, et Jean-samuel Beuscart. Elle est intitulée « Société de la connaissance, biens communs et économie collaborative : où en sommes-nous ? » L’atelier se tiendra de 14h à 18h30 dans la salle 128 de la MSHS (tramway Saint-Jean d’Angely Université). Merci de confirmer votre présence en écrivant à com-mshs@unice.fr Le programme est le suivant : Philippe Aigrain : « communs, pratiques non marchandes et économie » Michel Bauwens : « la nouvelle logique du travail dans l’économie contributive des communs » Jean-Samuel Beuscart : « « Les marchés et un supplément d’âme : les usages de la consommation collaborative » Syllabus L’objectif du workshop est de faire le point sur la transformation de la société de la connaissance.

Défense et illustration de l’économie collaborative. 1L’expression « économie collaborative » recouvre une grande diversité d'initiatives : elles peuvent être aussi bien citoyennes qu'entrepreneuriales (les deux termes ne s'opposant pas forcément !) , et elles expérimentent ou développent des modèles économiques et de gouvernance très différents les uns des autres. Leur principal point commun réside dans le fait qu’elles reposent sur des échanges, des relations de pair à pair (P2P) et sur l'existence de communautés d'utilisateurs qui sont le plus souvent aussi contributeurs.

On parle aussi d'économie distribuée. L'un des points de départ de cette économie, que prévoyait le prospectiviste américain Jeremy Rifkin il y a déjà plus de 10 ans et qui est advenue bien plus vite qu'il ne l’imaginait, c'est que l'accès (aux ressources) devient plus important que la propriété. 3Si l’on s’attache à une définition simple, les « biens communs » – commons en anglais – sont des ressources partagées et gérées par des communautés d'utilisateurs. Évaluer la qualité du travail - Université de Rouen Normandie. Eco partage AG Feb2. Eco partage Axel Gautier. L’économie du partage : une réponse à la crise ? – Architecture de l'Information.

Ce billet a été rédigé par Claire Bonnenfant (Enssib) et Loup Cellard (ENS-Lyon) dans le cadre du cours en ligne Economie du web. Partager, collaborer, contribuer À l’origine du web, le partage En 1989, Tim Berners-Lee crée le web comme lieu même du partage. L’informaticien répond ni plus ni moins à un besoin très fort de la communauté universitaire : créer un système d’intéropérabilité documentaire pour que les chercheurs puissent partager leurs documents. Qu’en est-il aujourd’hui de cette motivation première du partage ? D’après Julien Breitfield, le partage signifie donner accès à la ressource : « Le partage, c’est « l’action de diviser un tout en parties ».

Dans le numérique, monde des intangibles, la définition qui sied le mieux est « le fait d’avoir part à quelque chose avec quelqu’un ». La force du réseau Le réseau a permis le développement du peer-to-peer, caractéristique fondamentale de l’économie du partage. La crise et l’économie du partage La richesse du partage Conclusion. L’économie du partage : généreuse ou destructrice ? – Architecture de l'Information.

Billet rédigé par Chloé Demarbaix (ENS-Lyon), Cynthia Tremblay (EBSI) et par Eléonore De Macedo (Enssib) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web. L’économie du partage repose sur l’idée que chacun puisse requérir ou proposer un service, en s’adressant au reste de la communauté que constitue Internet. Il n’est plus obligatoire de passer par des fournisseurs de services : l’offre du particulier au particulier est facilitée dans tous les domaines.

De jeunes entreprises ont exploité cette économie et l’ont rendue pérenne, mais comment la comprendre ? A qui profite-t-elle ? Plusieurs acteurs y participent conjointement : les entreprises qui deviennent des plateformes de proposition de services de particulier à particulier ; ces mêmes consommateurs ; et les différents États dans lesquels cette économie se développe. 1. On peut également citer Airbnb qui nous permet de louer des logements de tout type (villa, château ou encore igloo) pour un séjour plus ou moins long. 2. 1. 2.

Partie Lorenzo : éducation collaborative