background preloader

Guerre 14-18

Facebook Twitter

Bande dessinée : le regard indigné de Tardi sur 14-18. Verdun dans la Grande Guerre - Mémorial de Verdun. Comment se situe Verdun dans ce contexte général ?

Verdun dans la Grande Guerre - Mémorial de Verdun

Le polytechnicien Séré de Rivières fut chargé de la fortification du Nord-est de la France après la guerre de 1870. Il construisit des régions fortifiées linéaires intégrant les obstacles naturels et ponctuées de camps retranchés. Verdun, môle nord privilégié dans le nouveau réseau défensif, retrouva alors son rôle historique de forteresse. En effet, c'était une base offensive: tête de pont de la France sur la Meuse pouvant contrebalancer Metz, alors annexée, et un nœud de communication Nord/Sud et Est/Ouest. Site Officiel Historial. Le journal de Maurice Audoin, médecin militaire 1914-1916.

Ces cahiers sont restés dans la famille, et présentent l’intérêt d’un témoignage qui sort largement des sentiers battus.

Le journal de Maurice Audoin, médecin militaire 1914-1916

Il n’a jusqu’à présent jamais été utilisé ni édité. C’est dire toute l’importance que nous attachons au recueil de cette source, en s’interrogeant sur le fait de savoir si nous méritons vraiment d’en être les dépositaires. À l’origine de cette aventure, il y a tout simplement un contact Internet, par l’intermédiaire d’un moteur de recherche [1] , comme il y en a tant. Et c’est ainsi que Anne-Marie Audoin-Berode est entrée en contact avec nous. Avec un beau sourire et tout son dynamisme cette jeune retraitée se demandait comment faire en sorte que ce témoignage puisse servir.

Servir l’histoire incontestablement, et le journal intime de Maurice Audoin est un témoignage historique. Maurice Audoin n’est pas un tout jeune homme lorsqu’il est appelé sous les drapeaux. Mercredi 9 septembre 1914 : « je suis de service. (...) Bruno Modica Président des Clionautes. Guillaume II. (château de Potsdam 1859-Doorn, Pays-Bas, 1941), roi de Prusse et empereur d'Allemagne (1888-1918).

Guillaume II

Le prince héritier Fils du prince héritier Frédéric (le futur Frédéric III), le prince Frédéric-Guillaume – qui deviendra Guillaume II – est beaucoup plus « Hohenzollern » que son père et goûte cette ambiance de victoire qui caractérise les années 1870. Si le jeune prince s'entend mal avec son père, le kronprinz, il s'oppose plus encore à sa mère, une Anglaise, Victoria, fille de la reine d'Angleterre, car il entend affirmer son caractère prussien et rejette tout ce qui peut rappeler l'ascendance anglaise. En conflit plus ou moins latent avec ses parents, il souffre aussi d'une infirmité congénitale.

Qui était donc le Kaiser ? Livres.

Qui était donc le Kaiser ?

Pour en finir avec dix idées reçues sur la guerre de 14-18. Alors que débutent jeudi les célébrations de son centenaire, passage en revue des erreurs et légendes qui travestissent, dans de nombreux récits, la réalité du premier conflit mondial.

Pour en finir avec dix idées reçues sur la guerre de 14-18

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Offenstadt La Grande Guerre est un événement si immense qu'il suscite sans cesse interprétations et réinterprétations. Son fort impact sur la société française alimente également la circulation d'images et de clichés qui ne correspondent pas à l'état du savoir des historiens. Le point sur dix idées reçues. 1. Les interprétations marxistes des origines de la guerre, derrière les réflexions de Lénine sur l'impérialisme comme stade suprême du capitalisme, allouent une place centrale aux rivalités économiques accentuées par la baisse tendancielle du taux de profit, et au caractère prédateur des milieux industriels. 2. 3. 4. La baïonnette est en vérité d'un usage rare dans les combats, même si elle équipe les soldats de différentes armées. La Grande Guerre et les théories de l’impérialisme. LE MONDE | • Mis à jour le | Pierre Bezbakh (maître de conférences à l'université Paris-Dauphine) Le président de la République, François Hollande, a lancé, jeudi 7 novembre, les célébrations du centenaire de la Grande Guerre en France.

La Grande Guerre et les théories de l’impérialisme

Si les causes du premier conflit mondial sont multiples et certaines de nature politique (le nationalisme « revanchard », les alliances militaires, etc.), elles sont aussi économiques – la rivalité entre la France et l'Allemagne devenue une puissance industrielle, ou celle opposant cette dernière à une Angleterre en déclin. Lire : Hollande : "Commémorer la première guerre mondiale, c'est prononcer un message de paix" Au début du XXe siècle, plusieurs auteurs influencés par la pensée marxiste ont forgé le « concept » d'impérialisme pour expliquer les conflits armés menés par les grands pays industriels capitalistes. Guerre de 14-18. Retrouvez vos chers disparus - Sur les pas des Poilus bretons.

Comment en est-on arrivé à l'armistice ? L'année 1917 est marquée par des mouvements de contestation à l'Est, puisque la population et l'armée russes, dans une commune majorité, désirent la fin de la guerre, ce qui va d'ailleurs précipiter le pays vers la guerre civile et la révolution.

Comment en est-on arrivé à l'armistice ?

Le mois d'octobre de cette même année marque l'accession des bolcheviks au pouvoir. À la suite de cela, tout s'accélère, et, le 26 octobre 1917, le congrès des soviets ratifie un décret de paix que Trotski, commissaire du peuple aux Affaires étrangères, va suggérer aux alliés et aux empires centraux le 7 novembre 1917.