background preloader

Ville durable

Facebook Twitter

Les toits : verts ou solaires, mais pas déserts. Les toits recouvrent entre 15 et 35% de la surface des grandes villes.

Les toits : verts ou solaires, mais pas déserts.

Cette surface est le plus souvent complètement perdue alors qu’elle pourrait être utilisée pour rendre les villes plus rentables et plus saines donc plus durable. Retenons deux moyens d’utiliser nos toits comme des outils de développement durable : la végétalisation et l’installation de panneaux solaires. Les toits végétalisés : Le toit végétalisé est une technique très ancienne qui consiste à recouvrir un toit par des couches successives de matériaux étanches, isolants, de drainage et de terre qui va servir de support à la végétation.

Selon les projets et l'inclinaison du toit, on va pouvoir utiliser une couche plus ou moins épaisse de terre et engrais afin d'accueillir la végétation souhaitée. Les toits solaires : Bien entendu, cette méthode consiste à utiliser le potentiel solaire qui se perd sur nos toits. Un seul support pour de nombreux effets positifs. Plus qu’un idéal, ce serait logique et durable… La recherche - OUVDD UNIL. Les travaux de recherche des enseignants et des chercheurs rattachés à l’Observatoire contribuent à une meilleure connaissance de la ville et de l’urbain.

La recherche - OUVDD UNIL

Les travaux de recherche fondamentale visent la théorie urbaine, l’analyse des régimes urbains et de leurs incidences sociales, spatiales et environnementales, la production urbaine et l’urbanisme de projet. Savoirs et savoirs-faire Production et critique des connaissances relatives aux champs épistémologiques et méthodologiques du développement urbain durable et de l’aménagement. Production de connaissances dans le domaine de l’urbanisme durable. Actualisation et activation des savoirs qui intègrent la théorie du territoire et des espaces, leurs modalités d’organisation, d’aménagement et de gestion et une éthique de la connaissance fondée sur les principes généraux du développement durable.

Compétences Produits Rapports de recherche (cf. La Suède veut combiner écologie et croissance. Il n’y a pas si longtemps, la région était surtout connue pour ses verreries et pour l’un des fleurons de l’industrie suédoise : le géant Ikea.

La Suède veut combiner écologie et croissance

C’est à Almhult, à deux pas de Växjö, qu’Ingvar Kamprad a ouvert le magasin de meubles dont il fera une multinationale aux couleurs du pays. Aujourd’hui, Växjö a détrôné Almhult. En 2007, cette cité de 83 000 habitants a été consacrée « ville la plus verte d’Europe ». Ici, les émissions de CO2 par habitant sont inférieures de plus de deux tonnes à la moyenne nationale, elle-même l’une des moins élevées parmi les pays de l’OCDE : grâce à une politique publique volontariste et ambitieuse, chaque Suédois rejette en moyenne 5,3 tonnes de dioxyde de carbone par an dans l’atmosphère contre 8,1 tonnes en Europe et 19 tonnes aux Etats-Unis.

Ces bons résultats tiennent en partie à une énergie hydroélectrique abondante et à dix réacteurs nucléaires qui assurent l’essentiel de l’approvisionnement en électricité. Pétrole vert et immeubles en bois. La ville équitable. Après avoir abordé la question de la ville autosuffisante, et avant de s’intéresser à la ville démocratique, La Vie des Idées propose, en partenariat avec Métropolitiques, de revenir sur les enjeux de la ville équitable.

La ville équitable

Les questions posées par les politiques urbaines, le partage de la valeur ajoutée à l’échelle des grandes conurbations urbaines, l’accès équitable au logement ou encore les inégalités territoriales face aux risques, invitent à réfléchir aux conditions d’un modèle de développement urbain équitable. La « ville durable » (sustainable city) s’impose aujourd’hui comme un paradigme dominant en matière d’aménagement et d’urbanisme. L’expression « ville durable » demeure pourtant passablement confuse et la question de son opérationnalité largement ouverte. Sommaire : Saskia Sassen, « Mégarégions et villes durables », La Vie des idées. « L’équité urbaine : un choix politique », par Claude Dilain, Stéphane Füzesséry & Nathalie Roseau, Métropolitiques.

Voyage dans l’innovation sociale scandinave (1/3) : Construire la ville durable avec ses habitants. A l’invitation de la 27e Région pour son second voyage d’étude dans l’innovation sociale européenne (après la Grande-Bretagne l’année dernière), nous nous sommes intéressés cette année à l’innovation sociale scandinave, avec un voyage d’études à Copenhague et Malmö.

Voyage dans l’innovation sociale scandinave (1/3) : Construire la ville durable avec ses habitants

Malmö, laboratoire scandinave Malmö est la porte d’entrée de la Suède. C’est la ville opposée à Copenhague, qui se trouve de l’autre côté du détroit de l’Øresund qui relie la mer baltique à la mer du Nord, reliée depuis 10 ans par un pont qui a transformé l’économie de la 3e ville de Suède qui compte désormais quelque 300 000 habitants. Passés les charmes de son centre ancien, Malmö est une ville en explosion démographique, économique et urbaine, notamment via l’écoquartier modèle Bo01, un ancien chantier naval conquis sur la mer.

Image : Turning Torso, la plus haute tour d’habitation d’Europe, emblème du nouveau quartier de Malmö, Bo01, par Olof S. Image : Le Medea Lab à Malmö, par la 27e Région. Impliquer les habitants.